Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Grimm de sang, part II

Le type qui se baladait avec une corbeille de chatons sur la tête Il était une fois un mec outré par le sort réservé aux chatons par la follasse du conte de hier. Il décida donc d’adopter tous ceux qu’il croisait pour les protéger de leur funeste destin. Rapidement encombré, il acheta un superbe panier en rotin à Fayl-Billot, se le posa sur la tête et y plaça les chatons.
Un jour qu’il se reposait à l’ombre d’un sycomore, il constata que la populace aimait à s’arrêter pour se rire des incessants jeux des félins. Dès lors, il interrompit son activité professionnelle, courtier en assurances, de toutes façons fortement compromise par la présence d’une petite centaine de matous sur son crâne, et passa de ville en ville pour montrer ses chatons à tout le monde.
– Oh, regarde, celui-là, il joue avec une pelote, c’est trop mignon et oh, là, deux qui se battent, trop chou et un autre qui fait pipi, trop kawai », s’exclamaient en choeur les spectateurs de ce spectacle au succès jamais démenti, que l’heureux inventeur avait baptisé du nom de sa huitième épouse, Hioutubbe.

Le mec qui se baladait avec une corbeille de bébés moches furieux sur la tête
Il était une fois un homme fort jaloux du succès du Hioutubbe. Il se dit « si ça marche avec des chatons, ça va marcher avec des bébés » et se mit à parcourir les routes du royaume à la recherche de nourrissons à placer dans son joli panier.
Hélas, en cette époque reculée et barbare, il était plus facile d’émouvoir les foules à l’aide de petits animaux mignons qu’à l’aide d’enfants incapables de courir après une pelote ou de faire de petits bonds maladroits. Affamé, l’homme fut contraint de dévorer les bébés. Il constata qu’ils étaient ma foi fort goûteux et ouvrit au restaurant, « A l’ogre joyeux », dont le succès ne se fit pas attendre.

Blanche-NeigeIl était une fois une jeune fille bonne comme la plus bonne de tes copines. Cela agaçait particulièrement sa belle-mère, pas mal non plus mais juste un peu moins. Jalouse, elle ourdit un plan machiavélique : donner des tas de pommes à sa bru. « Bru, deux pommes ? », demandait-elle. « Soif de mordre », répondait l’ingénue, pas toujours hyper claire dans ses raisonnements.
Or, comme chacun le sait, manger des pommes donne un bon teint et des joues rouges peu compatibles avec la blancheur post-gothique de celle que l’on surnommait fort à propos Blanche-Neige. En plus, c’est plein de pectines (Plus tard, la marâtre affirmera à la presse avoir donné des pommes parce que c’est très sain, un argument un peu léger).
Outrée par ce comportement délétère, Blanche-Neige s’en fut dans la forêt en criant que « personne ne m’aime et de toutes façons vous n’êtes pas mes vrais parents », ce en quoi sa belle-mère ne pouvait pas lui donner complètement tort.
Mais, comble de l’ironie, alors qu’elle fuyait pour se sortir de la pomme, elle y retomba. Des nains qui passaient par là en revenant d’une mine où ils travaillaient (on n’engageait plus que des nains dans les mines, suite à un récent drame chilien)(33 mineurs s’étaient mis en tête de faire une tournée dans tout le pays en chantant “au nord c’était les corons” accompagnés par l’ex-présidente Michelle Bachelet, une catastrophe)(heureusement, la configuration géographique du Chili empêche les tournées, puisque ce pays ne permet d’aller que dans un sens) la trouvèrent et décidèrent de la ramener chez eux pour en faire leur esclave sexuelle mais, comme ils s’y prenaient relativement mal, rapidement, ce furent eux qui se retrouvèrent à faire le ménage et la bouffe pendant que B-N surfait sur adopteunprincecharmant.com.
Le jour où un bellâtre se ramena et lui dit « Kikoo, jsui tro love de toi lol, on va fer un tour dant la foré », elle s’en fut sur son grand cheval blanc et les nains se dirent qu’ils avaient super mal géré.

Le mec qui avait raté sa carrièreIl était une fois un nain qui, suite à une déconvenue amoureuse, ne croyait plus en rien. Il décida alors de s’engager dans une carrière cinématographique. « Bonjour, c’est ici le bureau de placement pour acteurs pornos », demanda-t-il au guichet de Pôpôle emploi. « Ouais, lui répondit la responsable, mais ça va pas le faire, mec, t’as pas le physique qu’il faut pour ça. » (En effet, en cliquant sur la photo ci-contre pour l’agrandir, vous pourrez constater que le nain ne portait pas de barbe, pourtant très demandée dans les films érotiques cette année là) Meurtri et contrit, il se tourna alors vers le cinéma d’auteur et décrocha un rôle dans « L’Histoire sans fin : 30 ans après. »

Inutile de vous préciser que tous les protagonistes de ces belles histoires vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.


Pondu par raph le Friday 29 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

Grimm de sang

Si tu vas à Berlin, n’oublie pas d’aller visiter la Märchenbrunnen. Ça veut dire fontaine des contes et, comme les Allemands sont des gens très carrés, c’est une fontaine illustrée par des personnages de contes. Des frères Grimm, même.
Seulement, si tu n’es familier qu’avec les contes des frères Disney, tu ne les reconnaîtras peut-être pas tous, la fontaine n’étant même pas dûment légendée. Heureusement, je suis là pour pallier à ça.

Le petit garçon dont l’épagneul breton avait une drôle de tête
Il était une fois un petit garçon qui voulait absolument un chien pour Noël. Ses parents, qui voulaient lui faire plaisir mais n’avaient pas les moyens, à cause de la crise mondiale, du taux de chômage et des grévistes qui prenaient en otage les clients des animaleries, décidèrent de miser sur son inculture, car à l’époque les enfants n’avaient ni l’école, ni wikipedia pour s’instruire, et lui offrirent un cochon. « Ça nous fait le rôti pour Noël prochain, quand le môme en aura marre et voudra plutôt un goujon », se disaient-ils, car ils avaient l’esprit pratique des gens pratiques.
Mais leur fils, qui avait pris des cours de cynologie en cachette, se douta de quelque chose assez rapidement. En effet, son jeune cochon, Grouik, passait, comme tous ceux de la gent cochonne, le plus clair de ses journées sur des sites internet cochons, où il s’abrutissait en visionnant à longueur de journée des recettes à base de truffe.
Puis un jour, survint le drame : Grouik répondit à l’appel de la nature et à un sms de son jeune frère pour aller dans la forêt se lancer dans la construction de maisons écologiques entièrement en bois et en paille. Dès lors, le jeune garçon perdit irrémédiablement toute foi en la fidélité animale, et ses parents commandèrent des pizzas pour Noël.

L’enfant qui mangeait des goujonsIl était une fois un jeune enfant qui, au lieu d’apprendre ses leçons bien sagement, passait ses journées à la pêche. Un jour, il ferra un goujon d’au moins 120 kilos. Affamé, il décida de croquer immédiatement dans la pauvre bête.
– Ohla, camarade, pas si vite, je suis un goujon magique ! Si tu me laisses la vie sauve, j’exaucerai pour toi 41 voeux. »
– Ça alors, c’est pas banal ! Allez, soit, tu ne seras point mangé. »
– Mais tout d’abord, il te faudra signer cette décharge qui dit que tu me cèdes tous les droits de cette histoire en cas d’adaptation ultérieure par un studio de dessin animé, et qui stipule que je ne peux pas être tenu pour responsable, légalement, en cas d’accident subséquent à l’un ou l’autre de tes voeux. »
– Boarf. Bon, j’aimerais être immensément riche. »
– Je ne puis hélas créer artificiellement de biens monétaires car cela tendrait à déséquilibrer les marchés mondiaux. »
– C’est nul ton truc. Je pourrais au moins être célèbre et me taper plein de meufs ? »
– Tu dois chercher la solution dans ton coeur, moi, je peux rien faire. En plus, t’es même pas majeur, on va avoir des problèmes avec les droits du conte. »
A ces mots, l’enfant ne se sentit plus de joie et croqua dans le goujon encore cru. Il se rendit compte que c’était pas si mauvais et devint riche et célèbre car il venait d’inventer le sushi.

La meuf qui avait des corbeaux agrippés à ses nichonsIl était une fois une jeune fille simple et très sage qui trouva un malheureux chaton affamé en faisant son jogging matinal.
Emue par le sort de la pauvre bête (qui, en réalité, grâce à une habile stratégie de personal branding basée avant tout sur l’air mignon et le miaulement chou, se faisait dans les 7 kilocroquettes/mois), elle décida de le nourrir en dégrafant tout simplement son corsage. Ne comprenant pas où l’on voulait exactement en venir, le chaton réagit comme un instinct séculaire l’y poussait et, d’un coup de griffe rapide et précis, lacéra le divin nichon.
La jeune fille, furieuse, ne fit pas un geste quand un corbeau, par l’odeur alléché, emporta le chaton pour s’en aller ripailler.
Elle décida alors de se lancer dans l’élevage intensif de chatons pour en nourrir les corbeaux alentours et fut connue dans la région comme la meuf qui avait des corbeaux agrippés à ses nichons, ce qui est exactement le titre de ce conte, comme quoi c’est assez bien foutu, finalement.

La petite ceinture rougeIl était une fois une fille qui était ceinture rouge de karaté.
– Maman, maman, tu m’as lavé mon kimono ? J’ai une compète dans une heure », s’exclama-t-elle un jour qu’elle avait une compète dans une heure et qu’elle ne trouvait plus son kimono.
– Ah ben justement, sur la route du dojo, tu pourrais pas passer chez ta grand-mère lui ramener un peu de beurre ? »
– Encore ? mais elle fout quoi avec tout ce beurre ? »
– C’est parce qu’elle fait le régime Dukan. Bon par contre tu te gafferas, il paraît que la forêt est infestée de loups qui parlent, il paraît que c’est une conséquence de la politique laxiste de la gauche. »
Mais la petite ceinture rouge n’avait pas peur car elle était ceinture rouge de karaté alors si le loup approche, double Mawashi Geri dans ta face et à la niche le caniche.
Mais le loup, qui avait suivi une initiation accélérée aux arts martiaux sur DVD, avait plus d’un tour dans sa besace et, quand il vit arriver la joufflue jeune fille dont il aurait bien fait son quatre heures, il lui lécha doucement le coude, un coup formellement interdit tant en kata qu’en kumite, ce qui déstabilisa la petite ceinture rouge, qui rata sa compétition.

to be continued


Pondu par raph le Thursday 28 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

Selon la police

Parmi les phrases qui reviennent souvent dans les conversations politiques, aux côtés de “de toutes façons ils sont tous à la solde” et “passe-moi le sel”, il en est une sur laquelle j’aimerais me pencher un peu, une phrase que vous avez souvent entendue et peut-être même, un jour de grand vent, prononcé vous même : “Oui, oh, de toutes façons, les chiffres, on leur fait dire ce qu’on veut.”

C’est bien évidemment totalement faux. Prenons un chiffre au hasard : 4. Essayons de lui faire dire ceci : “Je sais bien que je suis un tournevis cruciforme. Et alors ? J’adore la salade à tondre, c’est tout !” C’est tout bonnement impossible (je pourrais vous le prouver scientifiquement, mais on n’est pas là pour ça).

Cependant, il est vrai qu’il est facile de profiter que les gens, à 82,13%, sont plutôt nuls en maths pour faire dire absolument n’importe quoi aux statistiques. Par pure malice, pour les besoins du Complot Mondial ou alors juste pour détourner l’attention des vrais problèmes de la société (“qu’est-ce qu’on mange ce soir”, à 47,32% et “mais si je t’avais dit que j’étais marié!” à 12,16%). Et, surtout, parce que quand tu es statisticien, c’est pas tous les jours que tu rigoles, parole, alors faut bien relever un peu un quotidien morne en faisant croire n’importe quoi aux gens.

Une étude américaine démontre ainsi que les personnes qui passent plus de 17 heures par jour à regarder des vidéos de chats sur internet sont plus souvent sujettes à la dépression que celles qui préfèrent organiser des parties de belote avec leurs amis. Là où un oeil averti se dirait que oui, bon, le mec, il doit pas forcément transpirer la joie de vivre pour préférer passer tout son temps à regarder des chats sur internet alors qu’il pourrait très bien faire de temps en temps une pause pour filmer Gribouille qui est en train de dormir d’une façon trop chou, l’expert en sondage, lui, y verra une preuve que c’est bien la preuve qu’internet est satanique.

De même, une étude britannique prouve que les personnes les moins fortunées ont tendance à consommer moins fréquemment des mets carnés. On peut donc, en toute logique, en déduire que les légumes rendent pauvre.

Cette méthode, assortie à des techniques plus classiques comme comparer n’importe quoi pourvu que ce soit pas comparable (les choux poussent 23% plus vite dans les pays où la population étrangère est inférieure à 11%) ou mettre en avant les valeurs qui vous arrangent (Inquiétante augmentation de la criminalité. Le rapport annuel de la police cantonale de Buchillens indique que les vols d’objets en bois sont en augmentation de 100%. Seule note réjouissante dans ce constat accablant, les homicides et les trucs du genre ont en revanche baissé d’autant)

Mais le plus inquiétant, là-dedans: quand votre journal préféré cite une récente étude, il parle dans environ 0% de cas de votre rapport au fromage frais. Alors que quand des sondeurs vous appellent à 22 heures 30 à la maison, y en a pour 5 minutes, juré, dans 0% des cas, ils vous posent des questions telles que êtes-vous une gameuse et si oui est-ce que tu baises ? On peut en déduire, à 14,8%, que le gouvernement nous ment, à 39,2% que c’est toujours les autres qui ont de la chance, et à 0,78% que ok, je vais encore répondre à ce sondage, des fois qu’on me pose enfin des questions intéressantes, mais c’est le dernier.

Tout cela prouve à 67,34% que les mecs qui font les sondages sont des complices actifs du complot mondial (et que les journalistes se contentent de recopier leurs résultats sans les vérifier, parce qu’ils sont des rouages du Complot mondial, mais surtout afin d’avoir plus de temps pour regarder des vidéos de chats).
Et que si on peut difficilement faire dire n’importe quoi aux chiffres, il suffit d’en coller deux après la virgule pour que tout change.


Pondu par raph le Friday 22 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

Tout le monde s’attache, on trace la route

« je comprends pas j’veux dire LE SENS des paroles de la chanson ‘Belle demoiselle’ de Christophe Maé » clamait récemment sur Facebook une amie de Facebook. Toujours serviable avec ceux qui connaissent personnellement Maïtena Biraben, je décidai d’empoigner le taureau par les cornes et le Maé par les cordes.

Christophe Maé – Belle demoiselle

Du fond de ma rue une silhouette comme un bruit aigu

Une silhouette comme un bruit aigu, de prime abord, on ne comprend pas, il faut connaître un peu le monde de la poésie pour pouvoir analyser ça correctement. Et celui de la bande dessinée franco-belge. Un bruit aigu, tous les lecteurs de Tintin vous le diront, ça peut casser du verre. Cette silhouette est en train de casser du verre.

Se rapproche à hauteur de mes yeux nus

Même celui des lunettes de Christophe Maé, dis donc ! Ou alors il les a simplement oubliées à la maison. Ou alors il n’en porte pas, mais il avait besoin d’une rime en u (il y avait aussi tordu et seppuku, mais on y aurait perdu en intensité poétique).

La silhouette c’est une fille jour de fête nationale

Ça explique bien des choses. Déjà, la raison d’être de la chanson. Depuis que j’ai inauguré cette rubrique, je me suis penché sur les textes d’environ plusieurs chansons et j’ai remarqué une chose : personne n’écrit jamais de ballade déchirante quand il aperçoit, au loin, la silhouette d’un dugong ou des éboueurs municipaux. A la limite, un mec qui croise des loups ou Marine Le Pen dans Paris, il peut essayer d’en faire quelque chose mais la plupart du temps, les silhouettes, c’est des filles. Comme dans cette magnifique histoire, souviens-toi.
Et le fait que ça se passe un 14 juillet explique pourquoi elle est en train de péter des bouteilles, c’est probablement une jeune issue des quartiers qui exprime sa colère et son désarroi face à une société dont elle s’estime exclue. Ou alors elle est juste bourrée.

Ronflante comme une escadrille qui domine mon moral

Christophe Maé déteste le défilé, ce qui explique qu’il ne soit pas là pour le voir mais se trouve dans une ruelle à mater des silhouettes, surtout les parades aériennes, trop bruyantes. Bien que sémillante et accorte, la jeune fille est également très bruyante, on peut imaginer qu’elle chante des chansons paillardes, ce qui tend à accréditer la thèse de l’alcool.

Je la regarde
me sourire
Je baisse la garde

J’aime pas critiquer, vraiment, mais jusque là, je la trouvais déjà pas très très haute, ta garde. Je veux dire, t’as commencé à t’affoler, on savait même pas encore si c’était une ivrogne ou l’ombre de ton chien qui allait débarquer.

et les yeux pour me dire…

Les amateurs de zeugma sauront apprécier.

[Refrain] :
Belle demoiselle,
qui se presse dans l’allée
sa démarche lui donne des ailes
mais j’ose pas m’emballer, yeahéhé
Si jamais je m’approche d’elle
Aucun doute elle s’envole comme une hirondelle

Alors que la jeune fille a une démarche bien altière malgré son état d’ébriété, Christophe Maé fait son timide.

Du milieu de ma rue la silhouette comme un nuage
S’éloigne sans un bruit alors c’est grave

Terrible retournement de situation : jusque là, on pensait que Christophe Maé et la silhouette étaient chacun à un bout différent de la même rue, celle du chanteur (celle où il habite, (un village, dans le Sud de la France, d’après ce site spécialisé) je suppose, il n’y a probablement nulle part de rue Christophe Maé). Là, on apprend que quand elle atteint le milieu, elle s’éloigne. Donc qu’ils étaient les deux au fond de la rue. Quelqu’un a une plage pour que je dessine un schéma sur le sable ?

Ça s’bouscule dans ma tête
Dopé à l’effet de plaire

Les amateurs de jeux de mots apprécieront. Je pense qu’il essaie de dire que plus elle est loin, moins le bruit est aigu, mais je suis nul en physique.

C’est pas vraiment la fête
Pourtant j’ai l’air de lui plaire

Elle te sourit mais quand même, elle file à l’autre bout de la rue : J’aime pas trop casser les illusions des amoureux transis, mais où tu vois que tu lui plais ?

Qu’ai-je fait
au bon dieu
pour être fidèle
à cet aveu

Christophe Maé est en fait prêtre. Il a fait aveu de chasteté. D’où, probablement, sa timidité.

[Refrain]
La belle demoiselle qui se presse dans l’allée
Sa démarche lui donne des ailes
mais j’ose pas m’emballer, yeahéhé
Si jamais je m’approche d’elle
Aucun doute elle s’envole comme une hirondelle

Qui s’envole à tire d’aile et c’est très bien, avec ses coquilles de noix et tout, mais on y reviendra un autre jour.

inaccessible comme une hirondelle

Inaccessible comme une hirondelle, c’est une expression peu courante. Je connaissais désuet comme un buffle et intransigeant comme une crevette, mais pas inaccessible comme une hirondelle.

Je calcule dans ma tête

L’air de rien, Christophe Maé glisse qu’il est fort en calcul mental, on sait jamais, y a des filles que ça impressionne.

dopé à l’effet de plaire

Il relance discrètement le jeu de mots histoire d’être sûr que tout le monde l’a bien compris.

C’est quand même la fête
Le fantasme qui peut distraire
Je n’suis pas parfait (je n’suis pas parfait)
Merci mon dieu
Mais je tire un trait
Sur cet aveu

Là, Christophe Maé se dit “oh et puis allez, qu’à cela ne tienne, c’est la fête” et tombe la soutane.

[Refrain]
La belle demoiselle disparaît dans l’allée
Sa démarche lui donne des ailes
mais j’ose pas m’emballer, yeahé
Si jamais je m’approche d’elle
Aucun doute elle s’envole (elle s’envole !!!)

Mais trop tard, la meuf s’est cassée. Toi aussi, si tu croises une bombasse dans la rue, au lieu de passer une petite annonce dans “Transports amoureux”, écris une chanson, tes chances de la toucher sont plus grandes. Inutile, donc, de préciser que c’est une très belle chanson porteuse d’espoir.


Pondu par raph le Wednesday 20 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

A l’arrière de Berlin

Charmante bourgade de 3,5 millions et quelques sangliers sise au confluent de la Spree et de la Havel, Berlin est également la capitale du Land de Berlin.

Origines

En 1191, un mardi, le duc de Zähringen fonde une nouvelle ville, à laquelle il donne le nom du premier animal abattu dans la forêt du coin : Berne, de Bär, l’ours, future capitale suisse. Jaloux, les Allemands décident de eux aussi buter un animal et donner son nom à une ville qui deviendra leur future capitale. Cependant, ils ne tueront qu’un ourson mignon, en allemand ancien “Lug da, ds Bärli, so süss !”, qui deviendra Berlin.

Histoire
Comme il est interdit, sur Internet, d’utiliser les mots “nazis”, “communistes” et “Hohenzollern”, le chapitre Histoire sera exceptionnellement remplacé par une photo de poney prise à la Hauptbahnhof

Climat
Voir gastronomie.

Gastronomie

Berlin n’est pas seulement la ville des boules de Berlin, hommages permanents au cholestérol, boules de pâte farcies de confiture et délicatement recouvertes d’une petite soixantaine de kilos de sucre. Non. Berlin la multiculturelle est également la ville d’origine d’un plat emblématique de la fusion food, cette cuisine qui marie savamment les traditions culinaires de différentes provenances pour se les réapproprier. Ainsi, le savoir-faire charcutier germanique, les audaces culinaires outre-atlantiques et les saveurs épicées orientales ont donné naissance à ce plat si unique, la Currywurst. Accompagné évidemment de pommes frites, ce plat savoureux couvre à lui seul les besoins annuels en gras d’un ménage moyen.
Le dimanche, à Berlin, c’est le jour de l’empiffrage. Lors de vos brunches, plutôt que d’aller vous resservir toutes les 5 minutes, remplissez vos assiettes sur une douzaine de couches. Non seulement vous éviterez de perdre quelques unes des précieuses calories emmagasinées, mais, grâce aux glissements, vous pourrez donner naissance à de nouveaux mélanges de saveurs originaux, ainsi de ce mélange oeuf – confiture de cerises qui a eu son heure de gloire à la fin des années 90 : le Spiegelei Cherry.

Tourisme
Longtemps, on a visité Berlin pour son célèbre mur. Jaloux que les maçons soient toujours au centre de l’attention, d’autres corps de métier ont vivement réagi et Berlin est aujourd’hui une capitale de l’electro.

De nombreux parcs immenses sont situés en plein coeur de Berlin. Mais que les amateurs d’urbanisme sombre et humide ne renoncent pas pour autant au déplacement : ils pourront en effet rencontrer de véritables punks dans leur milieu naturel, de splendides squats où de magnifiques objets d’art anticonsumériste traditionnel, à faire pâlir de jalousie tous vos amis, sont en vente.

Quelques Berlinois célèbres
John Fitzgerald Kennedy
Knut
le Spandau Ballet
Le FC Hertha Berlin, seul club de football au monde dont les joueurs sont des jambons.

Culture
Il paraît qu’il y a pas mal de musées et de monuments à Berlin, mais bon, pourquoi visiter des musées et des monuments quand on est dans une ville où le demi-litre de bière coûte le prix d’un demi-centilitre d’eau à Paris et d’une photo de chope en Suisse ?


Pondu par raph le Tuesday 19 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

Comme un oiseau sur le fil du rasoir

– Alors, il paraît que tu as un blog ? »
– C’est vrai, il est bleu. »
– Et ça parle de quoi ? »

Cette question me fit blêmir comme la rosée du matin.

– Euh, bah… des fois, y a des blagues sur les poneys et puis sinon… il est bleu. »
Gunda, ma community manager imaginaire, me convoqua immédiatement dans son bureau, une pièce exiguë et sombre décorée avec goût et des objets en inox.

– Putain, merde », me dit-elle dans son français des quartiers (car elle était originaire de la Vignettaz, qui est un quartier), « il faut que tu trouves un fil rouge à ton blog sinon, on court tout droit à la débandade. »

Je tentai vaguement de glisser une blague sur le fait que c’était en avril qu’il fallait découvrir son fil rouge, et puis que je préférais quand même le bleu, mais seule une pointe de consternation vint faire soubresauter l’impassibilité scandinave de son visage elliptique.

– Tu as déjà pensé au sexe ? »
– Ecoute, Gunda, tu es imaginaire, je préfère qu’on reste amis. »
– Tu as déjà pensé au sexe ? », derechefa-t-elle.
– Ben… j’ai été nerd dans les années 90 alors… »
– Non mais sur ton blog ! »
– Non mais arrête de dire n’importe quoi, Gunda. Je veux dire, ok, c’est un sujet intéressant, mais de là à en parler sur un blog ? Pour y dire quoi ? Premier billet : ” le sexe, c’est super. Et vous ? ” Deuxième billet : ” Si je me mets comme ça (voir figure b) et que je mets mon doigt là et mon pied là, ça reste super. Et vous ? “. Non, à mon avis, un blog qui ne parle que de sexe, ça ne se fera jamais ! »

Je vis une veine tressauter dans son visage lusophone.
– Bon alors un sujet pas super à faire mais dont on peut parler pendant des heures… l’équipe suisse de foot, la politique ? »
– Mouais… »
– T’es chiant, un peu. Les tutos maquillage, ça plaît toujours mais je sais pas pourquoi, je te vois pas bien là dedans… »
– Hmpf !»
– C’est pas une raison. Bon, la cuisine, tu aimes la cuisine ? »
– J’adore. Tu reprendras un peu de pâtes au Gruyère ? »
– Bon en même temps, le marché est un peu saturé. Tu aimes les bébés animaux ? »
– J’adore, mais l’humour de leurs amis est un peu trop glacé et sophistiqué pour que je m’y risque… »
– Et tu as déjà pensé à raconter ta vie sur un ton décalé et désabusé ? Ça marche bien, ça ! »
– Ouais, j’y ai pensé. »
– Et alors ? »
– Bah vendredi dernier, j’ai été à la poste. Et ce matin, j’ai acheté du pain. »
– Ouais, ok, je vois. Trouvons autre chose. ».
– Non mais attends, on peut essayer », insisté-je. « Tu me connais, j’adore le pain. Alors ce matin, j’étais à la boulangerie et j’ai dit, bonjour, donnez-moi une belle baguette… »
– Et un blog sur les chaussures à velcro, tu y as pensé ? »

La discussion se poursuivit pendant de longues heures, au cours desquelles nous évoquâmes moult sujets porteurs, le macramé, l’herpétologie, l’influence de la politique sur la cuisine, les tutos couture, les dindons, les tests comparatifs d’enclumes, les endives, Nicola Sirkis, l’histoire suisse, le pâté, les nouvelles technologies, les anciennes technologies, la danse, la météo, l’astrologie, les mots croisés…

– Bon, y en a marre », souffla l’impétueuse Gunda, « je démissionne. »
– Attends, et si le fil rouge c’était : les billets sans chute ? »
– Ah, oui, ça c’est pas mal ! »
– Hé, au fait, tu as remarqué qu’on était le 11/10 et qu’il était 14 heures 12 ? »
– C’est fou ! Le monde est petit ! »


Pondu par raph le Monday 11 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.

Thumbs Up

Il y a des inventions qui ont durablement marqué leur époque et changé le cours de l’Histoire : le feu, l’agriculture, l’imprimerie, la télévision, la politique, les filets de maquereau surgelés et le like sur facebook.

D’un seul clic, on pouvait désormais dire “Je suis bien d’accord avec toi”, “Quel comique tu fais”, “J’aime tout ce que tu dis mais c’est juste parce que j’aimerais coucher avec toi” ou encore “Il se passe quoi si j’appuie-là ?” Vos amis pouvaient enfin claironner leur passion pour des centaines de trucs dont “les chatons”, “avoir des relations sexuelles avec une personne majeure et consentante” et “Incroyable, il mange un kougloff en faisant du monocycle, vous n’allez pas en croire vos yeux (vidéo qui spamme ton mur en te faisant des bisous, clique, vite)”.

Sur plein de sites sans rapport avec facebook, l’homo internetis pouvait désormais liker comme un fou et s’unir avec le monde entier dans une grande ronde virtuelle d’amour, ce qui aurait dû attirer son attention sur la volonté de Mark Zuckerberg (en français: Marc Montagne de sucre) de faire du monde une dictature bisounours. Sur le forum des amis de la charcuterie, plus besoin de dire “ahlala ce Paulo du 59 nous aura encore tant fait rire avec ses traits d’esprits !”. Un like, et tout facebook était au courant. Pareil sur tuning-passion, un simple clic permettait d’afficher son amour pour la VW Polo modifiée de Plectrude du 59. Ou encore sur Banque Départementale du 59 online, où l’on pouvait, toujours le pouce lever, clamer haut sa joie d’être enfin dans les chiffres noirs (cette utilisation a toutefois assez vite été retirée du marché).

Ainsi, quand le facebook phone apparut sur le marché, l’engouement fut immédiat. La fonction like était enfin utilisable dans tous les domaines de la vie. Plus d’achat de céréales ou de croquettes pour chat sans vérifier que 42 friends and 173 917 people like this.
Plus d’erreur de jugement possible: quand vous vous demandiez “c’est moi, ou il est nul ce film ?”, vous pouviez instantanément réaliser que 93% de la salle l’aimait, qu’il devait donc être super et qu’en ne partageant pas cet avis, vous prouviez être un dangereux ennemi de la démocratie. Pareil pour les concerts, les jeux vidéos, les puzzles 500 pièces, pour tout. Seules quelques applications ne rencontrèrent pas le succès escompté (“92 personnes, dont 23 amis, ont aimé Kimberley Dévanthéry. J’aime / Je n’aime plus / Je m’en fous”)

Puis Google installa la fonction “J’aime, mais je préférerais quand même une saucisse de veau” sur son Google phone, et c’en fut fini du like.


Pondu par raph le Wednesday 6 October 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tête.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La bannière est de Luria