Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

O√Ļ il y a plusieurs lettres, mais n√©anmois pas de w

Je crois que c’est ici que tout a commenc√©. Puis ca a √©t√© l’escalade infernale. Du coup, je ne pouvais que jeter ma pierre dans l’√©difice.

les chapitres pr√©c√©dents d’avant:

Chapitre 2 – O√Ļ la passion √©treint Karina comme seul un homme sait le faire, par Nacha
Chapitre 17 – O√Ļ la passion n’emp√™che pas les malentendus tragiques, par Louise Lazzy

Chapitre 23 – O√Ļ la passion est la plus forte, par Ataraxie
Chapitre 24 РConsolation champêtre, par Life Burner
Chapitre 24bis – O√Ļ la passion est aussi grande que celle d’Omar Sharif pour le Tierc√©, par Joseph Pujol
Chapitre 34 – O√Ļ la passion vacille comme la flamme d’une bougie dans le vent, par Chypor

Chapitre cinquante-douze : O√Ļ la passion reprendra bien un peu de taboul√©-poulet, par DesMurmures
Chapitre 74 – O√Ļ la passion prend le vent par la voile arri√®re, par Marie
Chapitre 76 – O√Ļ la passion enfle comme un corn-flakes dans le lait, par Ellea

“Docteur, soigne mon coeur”, Les √©ditions Arlequin d√©g, Chapitre plusieurs, “O√Ļ la passion selon Saint-Habib”

Lorsque Karina le croisa, son sang ne fit qu’un tour dans ses tempes. En un instant, Karina se reprit dans les dents tout un pan d’un pass√© qu’elle croyait √† jamais oubli√© tant elle n’y pensait plus que rarement.

Il n’avait pas chang√©, c’√©tait toujours ce garcon un peu fou qui lui parlait d’Am√©rique et de saucisses de veau. Il avait le m√™me regard flamboyant, √† mi-chemin entre Ridge Forrester et Kevin, le doberman de la famille Fongerolles, des amis intimes de la famille, sauf Pierre-Andr√©, le petit dernier, qu’on n’aimait pas trop depuis cette tragique histoire de trampoline. Le temps semblait n’avoir aucune prise sur lui et Karina avait soudain l’√©trange sensation d’avoir voyag√© dans le temps, comme dans les films de s√©rie B qu’ils aimaient tant √† regarder apr√®s leurs balades au clair de lune.

De la lune, son visage avait conserv√© l’aspect gr√©l√©. Il avait pouss√© la coquetterie jusqu’√† conserver, √† 29 ans bien sonn√©s, l’envahissante acn√© de son adolescence. Jean-Basile aurait fait le ravissement de tout vendeur de produit pour la peau d√©sireux de trouver un cobaye. Depuis des ann√©es, il arborait constamment toute une arm√©e de bubons savamment dispos√©s.

Karina se souvint clairement de leurs premiers √©bats. Elle avait longtemps h√©sit√© √† c√©der aux avances de l’imp√©tueux jeune homme. Le d√©sir l’√©treignait certes comme un kayakiste √©treint sa pagaie, mais la perspective de devoir rep√©rer, avant cette premi√®re fois qu’elle avait si souvent imagin√©e magique et merveilleuse comme dans le film qu’elle avait vu une fois, mais pas celui que papa planquait sur l’√©tag√®re du haut avec l’infirmi√®re et le livreur de pizzas, les endroits o√Ļ poser ses mains sous peine de se retrouver macul√©e de s√©bum ne l’enchantait gu√®re. Elle avait beau √™tre follement √©prise de Jean-Basile, qui lui composait souvent de magnifiques po√®mes avec des vers et tout, l’id√©e avait un je ne sais quoi de r√©pugnant. Puis elle finit par c√©der. Avec le recul, elle se dit qu’elle avait eu tort de se poser tant de questions pour ces malheureuses sept secondes.

Cette exp√©rience l’avait marqu√©e. Depuis ce jour, chaque fois qu’elle s’abandonnait entre les bras mordor√©s d’un Apollon, l’image fugace de Jean-Basile et de son visage, quelque part au-milieu d’une mar√©e acn√©ique. Cette image et celle du gigot d’agneau qui pendait mollement au plafond pendant leurs √©bats passionn√©s. Fils du plus c√©l√®bre boucher du village, Jean-Basile avait en effet emmen√© sa conqu√™te dans la chambre froide de l’√©tablissement paternel. Charmant endroit pour d√©couvrir les d√©lices de la chair, avait alors pens√© la jeune fille.

Jean-Basile avait √©galement reconnu Karina. Elle sentit son regard intens√©ment pos√© sur elle. “Karina?”, interrogea-t-il, “c’est bien toi? Dis,” dit-il, “j’ai ma propre boucherie, maintenant… Et si on s’en payait une bonne tranche, comme √† l’√©poque?”, ajouta-t-il subtilement.

D√©cid√©ment, il n’avait pas chang√©.

Edit 33: Pour les lecteurs de le Biel Bienne:

“Doktor pflegt mein Herz”, die Ausgaben Harlekin d√©g, Kapitel mehrere, “wo die Leidenschaft nach Heiligen” Wenn Karina es kreuzte, machte sein Blut nur eine Umdrehung in seinen Schl√§fen. In einem Moment nahm sich Karina in den Z√§hnen eine ganze Seite einer Vergangenheit zur√ľck, die sie an nie vergessen glaubte so viel sie dachte daran nur mehr selten. Er hatte nicht gewechselt, es war immer dieser etwas verr√ľckte Junge, der ihm √ľber Amerika und √ľber Kalbw√ľrste sprach. Er hatte denselben aufleuchtenden Blick auf halbem Wege zwischen Ridge Forrester und Kevin das doberman der Familie Fongerolles von den intimen Freunden der Familie au√üer Stein-Andr√© der kleine Letzte, den man nicht zu sehr seit dieser tragischen arget1_0_geschichte mochte. Die Zeit schien, keine Ergreifung auf ihm zu haben, und Karina hatte pl√∂tzlich das fremde Gef√ľhl, in der Zeit gereist zu sein, wie in den Filmen von Serie B, da√ü sie so viel mochten, nach ihr balades zum Mondlicht anzuschauen. Vom Mond hatte sein Gesicht den gehagelten Aspekt beibehalten. Er hatte das coquetterie bis zu zu bewahren gedr√ľckt an 29 gut gel√§uteten Jahren in es eindringenden Akne seiner Jugend. Jean- Basile w√ľrde das Entz√ľcken jedes Produktverk√§ufers f√ľr die Haut machen bestrebt, ein Meerschweinchen zu finden. Seit Jahren trug er stetig eine ganze Armee von bubons gelehrt zur Schau bereit. Karina erinnerte sich deutlich an ihr erstes Herumtollen. Sie war lange Zeit unentschlossen gewesen, den Vorauszahlungen ungest√ľm des jungen Menschen nachzugeben. Das Verlangen √©treignait es sicherlich als kayakiste √©treint sein Paddel, aber die Perspektive, vor diesem ersten Mal entdecken zu m√ľssen, das sie sich so oft magisch und wunderbar wie im Film vorgestellt hatte, den sie einmal, aber nicht sah jener, den Papa auf dem Regal des oberen Teiles mit der Krankenschwester und dem Pizzalieferanten versteckte, die Stellen, wo seine H√§nde auf die Gefahr hin zu stellen, sich von s√©bum befleckt wiederzufinden es kaum erfreute. Sie hatte Sch√∂nes, √©prise wahnsinnig zu sein von Jean- Basile, der ihm oft gro√üartige Gedichte mit der W√ľrmer und alles zusammensetzte, die Idee hatte einen ich wei√ü nicht, der r√©pugnant. Dann beendet sie durch zu lassen. Mit dem R√ľckgang sagt sie sich, da√ü sie Unrecht gehabt habe, sich so sehr Fragen f√ľr diese ungl√ľcklich sieben Sekunden zu stellen. Diese Erfahrung hatte es markiert. Seit an diesem Tag, jedesmal,wenn sie sich zwischen den mordor√©s Armen Appolon, dem fl√ľchtigen Bild von Jean- Basile und ihres Gesichtes aufgab, irgendein Teil an-Mitte einem Aknegezeiten. Dieses Bild und jenes der Lammkeule, die weich an die Decke w√§hrend ihres mit Leidenschaft erf√ľllten Herumtollens hing. F√§den von mehr feiern Metzger des Dorfes, Jean- Basile hatte in der Tat seine Eroberung in der kalten Kammer der v√§terlichen Einrichtung mitgenommen. Das junge M√§dchen bezaubert Stelle, um die Gen√ľsse des Fleisches aufzudecken dann dachte und. Jean- Basile hatte ebenfalls Karina wiedererkannt. Sie f√ľhlte ihren auf ihr intensiv gestellten Blick. “Karina?”, befragte er “es ist wirklich toi? Sagen Sie sagt “er” ich habe meine eigene Metzgerei, jetzt… Und wenn man sich davon eine gute Tranche zahlte, wie seinerzeit?”, f√ľgte er scharfsinnig hinzu. Tats√§chlich hatte er nicht gewechselt.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (5 votes, moyenne: 4.80)
Pondu par raph le Tuesday 28 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

chtoink

Pour faire comme Vinvin, j’ai d√©cid√© d’internationaliser ce blog.
Pour faire plaisir à mon premier plagiaire, je vous refais une petite chanson.
Et pour faire comme St√©phane Lambiel, parce que lui aussi, il est rigolo, You’re beautiful de James Blunt.

“You’re Beautiful”, James Blunt

Tu es belle, James Emoussé
Notons au passage l’originalit√© du titre

My life is brilliant.

My life is brilliant.

Ma vie est brillante, ma vie est brillante
J’ai envie de dire, grand bien t’en fasse.

My love is pure.

Mon amour est pur
Il se la p√®te un peu, le James…

I saw an angel.
Of that I’m sure.

J’ai vu un ange / De √ßa je suis s√Ľr
C’est bien d’en √™tre s√Ľr. En m√™me temps, c’est relativement facile: les anges, √ßa a des grandes ailes dans le dos. Comme les dindes. D’ailleurs, rappelons que si vous voyez un ange mort sur le bord de la route, il ne faut absolument pas y toucher, c’est dangereux. Vous pouvez le manger, c’est sans risques, mais uniquement √† condition de ne pas y toucher.

She smiled at me on the subway.

Elle m’a souri dans le metro
Quelqu’un qui sourit dans le metro, y a effectivement des chances que ce soit une apparition divine. Ou une dinde. En tout cas, c’est pas humain.

She was with another man.

Elle était avec un autre homme
Elle √©tait avec un autre homme, elle t’a souri. Mouais… finalement, c’√©tait peut-√™tre plus une dinde qu’un ange.

But I won’t lose no sleep on that,
‘Cause I’ve got a plan.

Mais je ne vais pas perdre aucun sommeil sur √ßa / car j’ai un plan
Du métro?

You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful,

Tu es belle, tu es belle, tu es belle
ça fait trois fois beautiful, ça

it’s true

c’est vrai
Ah ben √ßa, j’esp√®re bien que c’est vrai, si tu le r√©p√®tes trois fois.

I saw your face in a crowded place,

J’ai vu ton visage dans un endroit peupl√©
le metro, donc

And I don’t know what to do,

Et je ne sais pas quoi faire
Je croyais que t’avais un plan, gros malin.

‘Cause I’ll never be with you.

Parce que je ne serai jamais avec toi
Tu t’avoues vite vaincu, pour un mec brillant √† l’amour pur.

Yeah, she caught my eye,
As we walked on by.
She could see from my face that I was,
Flying high, [ – video/radio edited version]
Fucking high, [ – CD version]

Ouais, elle a attrapé mon oeil, Comme nous avons marché sur par.
Elle pourrait voir de mon visage que j’√©tais, Volant haut, [-le vid√©o/radio la version √©dit√©e] le Baisage haut, [-la version de CD]

Hum… les traducteurs automatiques de le web, c’est peut-√™tre pas toujours g√©nial… On reprend avec cette version.

Yeah, she caught my eye,
As we walked on by.

Oui, elle a attiré mon regard,
Car nous avons marché cote à cote

Bon, les traductions pas automatiques, c’est peut-√™tre pas toujours id√©al. Mais bon, on a compris l’id√©e g√©n√©rale: il a vu une meuf trop bonne. Plus de six mois qu’il nous bassine avec √ßa. Alors que bon, je sais pas comment √ßa se passe √† Bedlam, mais des jolies filles dans le metro, √ßa arrive.

She could see from my face that I was,
Flying high,

(Ils ont pris la radio version, ils ont bien fait. C’est mal de dire des gros mots. Bon c’est pas g√©nial non plus d’essayer de draguer des anges qui sont avec un autre homme, mais l√† n’est pas la question)
Elle pouvait voir √† mon visage que j’√©tais,
Très haut

Parce qu’il avait le visage tr√®s haut. Il se la p√®te, d√©cid√©ment, le James.

And I don’t think that I’ll see her again,
But we shared a moment that will last till the end.

Et je ne pense pas que je la reverrai
Mais nous avons partagé un moment qui durera toujours

Ou pas.

You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful, it’s true.

Parce que si ton plan, c’est de r√©p√©ter beeeelle comme le premier Garou venu, elle va vite s’arranger pour oublier, hein.

I saw your face in a crowded place,
And I don’t know what to do,
‘Cause I’ll never be with you.

Voilà.

You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful, it’s true.

Faut vraiment traduire?
R√©p√®te-le encore un peu, des fois que quelqu’un ait pas compris.

There must be an angel with a smile on her face,

Il doit y avoir un ange avec un sourire sur son visage
Ben oui sur son visage, tu veux qu’il ait un sourire o√Ļ d’autre?

When she thought up that I should be with you.

Quand elle pense que je devrais être avec toi
Non mais y a que toi, qui penses √ßa. Et nous, aussi, parce qu’on se dit que si tu conclus, tu vas peut-√™tre te taire.

But it’s time to face the truth,
I will never be with you.

Mais il est temps d’affronter la r√©alit√©,
je ne serai jamais avec toi.

Mouais. Le gars James, pour un type n√© dans une famille de militaires, il est pas beaucoup plus combatif qu’un hockeyeur helv√®te.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (10 votes, moyenne: 4.70)
Pondu par raph le Sunday 26 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Mi-figue, mitoyen

Si j’ai bien compris ce que j’ai lu dans internet, nous, les blogueurs, on fait du journalisme citoyen. J’ai longtemps essay√© de comprendre ce terme.

Alors j’ai pris mon petit Bob sous le bras, et je l’ai ouvert √† la page des citoyens. Parce que si nous, les blogueurs, on est des journalistes citoyens, √ßa veut dire que nous, les journalistes, on n’est pas des citoyens, sinon y aurait pas besoin de pr√©ciser. Alors Bob, pour citoyen, il conna√ģt trois antonymes: √©tranger, barbare et sujet.

Bon. La premi√®re, c’est pas √ßa: selon une rapide statistique, y a des tas de journalistes citoyens √©trangers. Et pas des masses de journalistes √©trangers √† la conf√©rence de presse du club des accord√©onistes (ils vont organiser une rencontre interdistrict en 2012). Je sais pas pourquoi, d’ailleurs, la presse internationale a pas daign√© se d√©placer.

Je connais aussi 2-3 journalistes qui mangent un peu comme des barbares. Mais des l√† o√Ļ ils passent, l’herbe ne repousse jamais, non, pas des masses.

Je connais aussi 2-3 journalistes hors-sujet. Bon, mais de là à leur enlever leur citoyenneté, y a quand même un pas.

Alors j’ai r√©fl√©chi, et je me suis dit qu’il n’y avait qu’une seule explication possible. Si les journalistes non-citoyens ne sont pas citoyens, c’est qu’ils vivent dans un monde parall√®le. A la cl√īture de la r√©daction, ils passent par une porte scintillante et ils entrent dans un monde parall√®le o√Ļ y a que des journalistes. (et des bistrots, bien s√Ľr). Ils s’appellent journaliste grognon (mais non, Fran√ßois, je parle pas de toi), journaliste farceur, journaliste pr√©tentieux, journaliste musicien (mais non, Pascal, je parle pas de toi)(vraiment pas), journaliste coquet, journaliste costaud, ils vivent des tas d’aventures et ils se battent contre le terrible Secr√©taire de R√©daction.

Après, je me suis rappelé que en fait non.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (No Ratings Yet)
Pondu par raph le Saturday 25 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

l’avenir est dans le futur, des fois

Sur internet, on peut difficilement faire trois pas sans tomber sur une pub pour un site de rencontres. Des tas de pubs pour des tas de sites de rencontres, de la toute simple qui te propose de faire la connaissance de soeur L√Ę√Ęm √† la vachement web 2.0 qui se renseigne discr√®tement sur l’origine de ta provenance et qui te pr√©sente des jeunes filles comme par hasard aussi court v√™tues qu’originaires de tout pr√®s de chez toi.

Apparemment, sur internet, les gens passent leurs journ√©es √† se rencontrer au lieu de l√Ęcher leurs comms ou de faire des concours de recettes de cuisine comme tout le monde.

Du coup, dans une petite dizaine d’ann√©es, si √ßa se trouve, les rencontres, √ßa se fera plus que par internet. De temps en temps, y aura des gens qui se rencontreront √† la f√™te des moissons ou m√™me lors d’un trekking au Nicaragua, mais ce sera rare. Et √ßa les g√™nera un peu d’en parler. Jean-Luc Delarue invitera des gens dont les regards se sont crois√©s au mariage de Ginette et Hector, des couples qui se sont form√©s √† la soir√©e du bureau. Ils viendront t√©moigner, ils diront “au d√©but, les gens nous ont jug√©s, mais finalement l’important c’est l’amour” et Delarue leur dira que “finalement, vous √™tes un peu les couples des temps modernes” et ce sera √©mouvant et tout.

Parce que les gens qui ne se seront pas connus sur des sites de rencontre, √ßa √©tonnera tout le monde. Les gens leur diront “Quoi? Mais tu veux dire que vous ne vous √™tes jamais √©chang√© d’e-mail? Je pourrais pas…” et ils r√©pondront “Non mais tu sais, au d√©but, √ßa fait un peu bizarre de se voir avant de se parler, mais on s’y fait… Bon c’est juste un peu emb√™tant, elle habite la m√™me ville que moi alors on se voit tous les jours…”

Les gens regarderont bizarrement les asociaux qui pr√©f√®rent aller se promener ou faire du sport au lieu de se connecter √† internet histoire de voir du monde, un peu. Et les parents de jeunes adolescents diront: “Non, ce soir, je veux pas que tu restes √† la maison, tu sors en bo√ģte. Moi √† ton √Ęge, je rentrais jamais avant deux heures du matin”, de peur que leurs rejetons n’aillent tra√ģner sur le net et faire des mauvaises rencontres, tout √ßa.

Et forc√©ment, y a un moment o√Ļ, soucieux des convenances, les am√©ricains s’efforceront de r√©√©crire quelques-uns des grands classiques de la litt√©rature, histoire de pas choquer:

La Genèse:
Dieu cr√©a Adam, qui se dit qu’il √©tait un peu seul. Du coup, Dieu extrait une c√īte d’Adam pour fabriquer l’adsl et Adam put enfin se connecter √† Meetoc o√Ļ il ne tarda pas √† rencontrer Eva59 Sa description, “salu, je sui issi pr me fer des nouvo ami, lollll”, fit imm√©diatement flasher Adam. ils se mari√®rent et eurent deux enfants un peu demeur√©s.

Romeo et Juliette:

Au cours d’un chat, Romeo_le_bogoss flashe sur la belle JulietDu93. Tr√®s vite, ils s’√©changent un baiser sur msn. Mais h√©las, leur amour est impossible: Juliette a un skyblog alors que Romeo est sur canalblog. Puis le PC de Romeo plante et il est oblig√© de rebooter. Juliette croit qu’il s’est suicid√©, alors elle va manger un MacDo.

Le petit chaperon rouge:
Une jeune fille tout de rouge carmin v√™tu doit mailer une galette et un pot de beurre √† sa grand-m√®re. Elle en profite pour aller sur un chat, o√Ļ elle croise un loup (Oui bon, ben c’est un conte de f√©e, quoi). Celui-ci d√©cide alors de hacker le compte de la grand-m√®re, car il est fourbe, comme tous les loups. Mais la grand-m√®re a install√© un firewall gr√Ęce √† son ami Bucheron212.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (16 votes, moyenne: 4.75)
Pondu par raph le Wednesday 22 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

la censure est en dérangement

Il ne faut pas rire des religions.
Il ne faut pas se moquer des sportifs.
Il ne faut pas dire du mal des politiciens.
Il ne faut pas rire des handicapés, même pas de Mimie Mathy. Ni de Pierrick Lilliu.
Même pas des daltoniens.
Ni des blondes. A la limite, on peut se moquer des gens qui vont sur humour.com lire des blagues sur les blondes, mais dans certains √©tats, c’est consid√©r√© comme une forme de handicap.
Il ne faut pas se moquer des pr√©sentateurs t√©l√©, sinon ils chouinent et leurs coll√®gues sont oblig√©s d’organiser des qui veut gagner des millions sp√©ciale animateurs de t√©l√© pour les consoler.
Il ne faut pas se moquer des standards du web et de leurs disciples des gens qui aiment bien ça.
Et il ne faut pas se moquer des toboggans, parce que c’est moyennement dr√īle.

C’est pourquoi, pendant qu’il est encore temps,

je vous propose de vous moquer des tapirs.

et des galagos, aussi, tiens.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (6 votes, moyenne: 3.50)
Pondu par raph le Tuesday 21 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

de toutes façons, je préfère le Ragusa

Chaque ann√©e, sauf les ann√©es impaires, les Jeux Olympiques suscitent de nombreuses vocations. Des gens qui, confortablement install√©s devant leur √©cran, se disent “un jour, moi aussi je participerai √† la finale du tournoi olympique de curling”. Des gens qui r√™vent de briller en skeleton, en boardercross et m√™me en biathlon. Des gens qui gardent un secret espoir de participer aux Jeux de Paris en 201224, mais aussi √† ceux de Vancouver, de P√©kin, de Vladivostok et de Morges.

C’est √† ces gens qu’est destin√©e la Nelson Academy.

Pour la modique somme de 43270 $ norvégiens, vous y apprendrez tous les rudiments du métier de commentateur sportif olympique. Voici un petit aperçu des cours proposés par la Nelson Academy:

Cours de diction
Donn√©s par de c√©l√®bres dictologues, ces cours vous permettront d’affronter sans soucis nimporte quel Kazakhstan-Bi√©lorussie de hockey sur glace. Indispensable pour les jeux olympiques d’hiver, qui sont pleins de russes et de lettons.

Cours de poncifs
Vous apprendrez √† utiliser de nombreuses phrases telles que “il faut prendre les matches les uns apr√®s les autres”, “on n’a pas grand chose √† se mettre sous la pupille” et “une comp√©tition n’est jamais termin√©e avant la fin”. Vous apprendrez aussi √† alourdir inutilement vos constructions de phrases et √† employer des tas de formules toutes faites avec un mauvais escient.

Cours d’improvisation
Vous apprendrez quoi r√©pondre quand le consultant dont on vous aura affubl√© se mettra √† affirmer, sans rire, que “gr√Ęce au backgrab de son slide, il va pouvoir faire un backdraft sur le powerplay du glawaz √† sens giratoire invers√©” ou que gr√Ęce √† la magnifique pierre √† trois quarts cach√©es, la skip adverse va devoir donner de la longueur dans sa maison.

(Malheureusement, les cours de comprenage des r√®gles des sports comment√©s ont du √™tre supprim√©s, mais c’est pas grave, les spectateurs n’y verront que du feu, sauf en hockey sur glace o√Ļ c’est dangereux de voir du feu, rapport √† la glace)

Cours d’enthousiasme juv√©nile
Il est parfois difficile d’hurler de joie pendant toute la prestation du candidat de le pays que vous vous devez par contrat de soutenir, quelles que soit les circonstances: essayez un peu de hurler “C’est merveilleux, Roger, ahlalala, quelle performance extraordinaire, c’est incroyable, il m√©riterait de monter sur le podium aujourd’hui, magnifique, on n’a jamais vu √ßa, en m√™me temps c’est la premi√®re fois qu’on assiste √† une comp√©tition de tir √† l’arc, et c’est vrai que c’est chiant, mais tout de m√™me, c’est incroyable, quelle performance majestueuse”, pour voir. De m√™me, il est souvent difficile de se r√©jouir de la victoire de son prot√©g√© si, au hasard, une concurrente est en train de sortir de la piste sur une civi√®re ou si deux-trois gamins qui n’avaient pas demand√© grand chose se sont fait √©craser pendant l’√©preuve. Gr√Ęce √† la Nelson Academy, vous saurez enfin distinguer l’important (la glorieuse incertitude du sport, surtout quand c’est nous qu’on a gagn√©) du futile.

Cours de langues
Malheureusement indispensables pour les futurs commentateurs suisses, les m√©daill√©s helv√®tes ayant la sale manie d’√™tre oberlandais.

Cours de généalogie
Vous devez commenter une √©preuve o√Ļ les gens de le pays que vous vous devez par contrat de soutenir sont mauvais? Pas de probl√®mes, nos professeurs de g√©n√©alogie vous apprendront d’habiles subterfuges, tels que “Shi-Yung Kee qui est d’ailleurs un petit peu fran√ßais, puisque sa grand-m√®re avait pass√© les vacances de No√ęl √† Meg√®ve en 1913”

Cours de mauvaise foi
Vous apprendrez √† justifier n’importe quel revers du candidat de le pays que vous vous devez par contrat de soutenir, quelles que soient les circonstances. Des m√©t√©orologues viendront vous expliquer comment le vent peut d√©stabiliser le candidat fran√ßais, mais pas le norv√©gien. Des th√©oriciens du complot am√©ricain vous apprendront pourquoi le juge moldave tient absolument √† ce que Brian finisse douzi√®me, ceci √† cause de la situation politique actuelle. Vous apprendrez √† affirmer des opinions aussi tranch√©es que “bon, on ne veut pas accuser ou quoi, mais quand m√™me, quand on voit les performances de l’am√©ricain, sans rien vouloir insinuer, tout de m√™me, on est en droit de se poser quelques questions.”
Des professeurs d’histoire du sport vous aideront √©galement √† affirmer que “si on avait utilis√© les r√®gles de 1912, Maurice n’aurait jamais √©t√© disqualifi√©”.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (8 votes, moyenne: 4.38)
Pondu par raph le Saturday 18 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

le temps, c’est cool

Tiens, j’avais failli l’oublier, celle-l√†.

Lucie (Paroles et Musique: L.Florence, P.Obispo)

(paroles trouv√©es sur paroles.net, les fautes d’orthographe sont d’origine)

Lucie, Lucie c’est moi je sais,

En même temps si toi tu sais pas je vois pas qui va savoir.

Il y a des soirs comme √ßa o√Ļ tout…
s’√©croule autour de vous.
Sans trop savoir pourquoi toujours

Pascal Obispo √©tant un immense parolier, le toujours a sans doute sa raison d’√™tre, oui, sa raison d’√™tre. Mais sur le fond, c’est vrai que des fois, quand tout s’√©croule autour de soi, on ne sait pas pourquoi toujours, probablement un d√©faut de fabrication. Si ca se trouve, Lucie elle bosse dans une entreprise de d√©molition mais des fois ca se d√©molit pas au bon moment toujours.

Regarder devant soi
Sans jamais baisser les bras,

ca fait un peu d√©marche de somnambule, son truc…

je sais…
C’est pas le rem√®de √† tout,

Non, par exemple si tu bosses dans une entreprise de démolition, faut savoir regarder un peu autour de toi et baisser le bras au bon moment.

Mais ‘faut se forcer parfois…

Ca, c’est vrai, par exemple quand on va manger chez tata Georgette et qu’elle a fait des tripes, sinon elle fait la gueule.

Lucie, Lucie dépêche toi, on vit,
On ne meurt qu’une fois…

Ce que j’aime bien, avec Obispo, c’est qu’il aime pas les poncifs du tout. Tu vas voir que dans un moment il va lui dire que si il devait mourir demain, il aimerait quand m√™me bien se la faire avant.

Et on n’a le temps de rien,

Sauf de composer 2-3 chansons indigentes, si on a envie, toujours.

Que c’est d√©j√† la fin mais…

Mais? (le suspense est à son comble)

{Refrain: x2}
C’est pas marqu√© dans les livres,
Que le plus important à vivre,
Est de vivre au jour le jour.
Le temps c’est de l’Amour…

C’est bien. C’est vrai, y a d√©j√† assez de conneries comme ca, dans les livres, sans rajouter des trucs du genre “le temps c’est de l’amour”. Non parce que le temps, hein, c’est de l’argent et que l’argent, c’est le nerf de la guerre. Et que le nerf, ca rend la viande dur alors que l’amour, c’est tendre, sauf l’amour vache et le steak de boeuf.
En plus, essaie un peu d’arriver 20 minutes en retard au boulot toujours pour voir si ton patron trouve que le temps c’est de l’amour.

M√™me, si je n’ai pas le temps,
D’assurer mes sentiments…

Surtout, tu trouveras pas un assureur d’accord de t’assurer sur ca, tout le monde sait que les sentiments entre les chanteurs et les d√©molisseuses, ca dure jamais longtemps.

J’ai en moi, oh de plus en plus fort,
Des envies d’encore…

Il a pas le temps d’assurer ses sentiments, mais il a des envies d’encore: il veut bien revoir Lucie, limite, elle est sympa quand elle cause de d√©molition et tout, mais faudrait pas qu’elle s’accroche trop, genre pas qu’il soit oblig√© de la pr√©senter aux copains et tout, merde, quand m√™me, une d√©molisseuse, ca fait pas s√©rieux, apr√®s on va plus l’inviter √† staracademy, Pascal, toujours.

Tu sais, non, je n’ai plus √† cŇďur,
De réparer mes erreurs ou de,
Refaire c’qu’est plus √† faire :
Revenir en arri√®re…

Par contre, il va pas aller revoir son ex.

Lucie, Lucie t’arr√™te pas, on ne vit
Qu’une vie √† la fois…

Au d√©but, il lui dit on ne vit qu’une vie. Maintenant, du coup, il dit “une vie √† la fois”. Si ca se trouve, il a appris qu’elle croyait en la r√©incarnation, alors hop, discr√®tement, il change son fusil d’√©paule. Ou alors il a eu peur de d√©clencher une fatwa bouddhiste…

A peine le temps de savoir,
Qu’il est d√©j√† trop tard…

Ah ben ca, le jour o√Ļ tu sais enfin si on vit une fois, deux ou douze, ben tu peux plus trop aller le dire aux copains, c’est s√Ľr.

{Refrain x2}
de l’Amour…

En plus, “le plus important √† vivre, c’est de vivre au jour le jour”, ca veut rien dire non plus. Et ca fait vite deux fois vivre.

Mmmm, Lucie, j’ai fait le tour,
De tant d’histoires d’amour.
J’ai bien, bien assez de courage,
Pour tourner d’autres pages, s√Ęche…

Mmm Pascal, ton plan drague il est minable, √† mon avis… “Bon alors Lucie, j’ai eu des tas de meufs, j’ai toujours fini par en avoir marre de leur gueule, mais t’inqui√®te, de la tienne aussi je vais en avoir marre vite fait.”

Que le temps nous est compté.

“Lucie, je veux juste coucher avec toi, je vais finir par me barrer, mais t’as pas √† tirer la gueule parce qu’on va tous crever.” Sympa, comme mec, tr√®s classe.

Faut jamais se retourner

Ben non, faut regarder devant soi sans baisser les bras, alors si en plus tu te retournes, ca va pas.

en se disant,
“Que c’est dommage,
d’avoir pass√© l’√Ęge”

Par contre se retourner en disant “Tiens, je ne suis pas une fourchette aujourd’hui”, on peut.

Lucie, Lucie t’encombre pas
De souvenirs, de choses comme ça.

C’est vrai, Lucie, un bon vieil Alzheimer et tu seras tranquille.

Aucun regrêt ne vaut le coup
Pour qu’on le garde en nous…

Par exemple, Pascal ne regrette pas pour qu’il a s√©ch√© les cours de francais.

{Refrain x2}
De l’Amour

C’est important de r√©p√©ter deux fois √† chaque fois, parce que comme c’est pas marqu√© dans les livres, faut bien que ca rentre pour dans la t√™te des gens, toujours.

Edith Cresson: Pour plus de détails quant au refrain, adressez-vous à Monsieur le Nonal.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (7 votes, moyenne: 4.57)
Pondu par raph le Saturday 11 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

web 6.5

Après le sudoku, découvrez le nouveau jeu qui va faire fureur:

le sudoku des casernes, qui vous permet d’occuper agr√©ablement votre temps entre un bivouac sous la neige et une murg√©e sous un bar.

Les règles sont simples

Munissez-vous d’une grille de jeu 12.3.1, d’un crayon de camouflage selon point 4.6 du regl mil et d’une gomme de combat
Munissez-vous de 9 chiffres de 1 à 9, classés selon ordre antéchronologique, mais du plus petit au plus grand.
Au signal de votre sup√©rieur hi√©rarchique, tentez d’aligner parfaitement les chiffres de mani√®re √† ce qu’il n’y ait jamais deux fois le m√™me dans la m√™me colonne, la m√™me ligne, ou la m√™me case, sauf selon accord pr√©alable du comm comp selon pt 12.3.8 du regl mil sur le sud en camp.
Si toutefois vous deviez constater qu’un chiffre persistait √† se trouver plusieurs fois dans la m√™me case, veuillez en informer votre sup√©rieur direct.
Attendez les ordres.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (2 votes, moyenne: 3.00)
Pondu par raph le Tuesday 7 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

triple axel

Bient√īt sur vos √©crans, une grande coproduction M6-TSR:

Une √©quipe olympique suisse tente de gagner des m√©dailles dans des sports ne comportant ni th√©i√®res ni balais. Au d√©but, ce sont un peu des branquignoles. Heureusement, la production de l’√©mission leur envoie un coach, qui leur donne des tas de conseils, comme par exemple de prendre les matches les uns apr√®s les autres et ne pas oublier de prendre les petits cachets roses. Gr√Ęce √† ces conseils, r√©ussiront-ils √† battre le Kazakhstan?

coach hockey

coach ski

(images trouv√©es ici en passant par l√†. Et puisqu’on parle de brain not found, j’y retourne en deuxi√®me semaine, soyez sages, m√©fiez-vous des poneys et parlez-moi un peu de vous pendant que je panosse)


:\'(:-/:-):-D\\o/ (1 votes, moyenne: 3.00)
Pondu par raph le Sunday 5 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Attention, ce billet ne parle pas de Kreuzlingen

Au d√©but du Moyen-√āge le d√©veloppement de la f√©odalit√© provoque de nombreux bouleversements.

Il permet de construire des archers longs et qu’on peut l’√©changer contre l’imprimerie avec les Azt√®ques, juste avant de leur mettre sur la gueule. Mais √ßa, c’est seulement dans Civilization IV, dans la vraie vie, les Azt√®ques jouent de la fl√Ľte de Pan devant le Prisu et, si au lieu de leur filer des pi√®ces, tu mets la f√©odalit√© dans leur petit chapeau, ils tirent un peu la gueule.

Mais revenons-en √† notre mardi: avec la f√©odalit√©, des tas de gens deviennent ducs, barons, comtes, ce genre de choses. Comme ils se font tous construire des ch√Ęteaux luxuriants, le b√Ętiment marche bien. Mais, √† l’√©poque, il est une tradition dans ce secteur: celle de raconter n’importe quoi. Les contrema√ģtres pr√©tendent que pour un ch√Ęteau avec deux tourelles et une √©chauguette, il va falloir compter dans les 300 briques et quand ils pr√©sentent la facture finale, le montant a doubl√©, faut comprendre, on a eu des frais.

De nombreux constructeurs de ch√Ęteaux d√©couvrant imm√©diatement que leurs oubliettes sont super bien foutues, sauf au niveau de l’isolation, quelques rebelles d√©cident de toujours dire la v√©rit√©. L’ordre des franc-ma√ßons est n√©.

Seulement, (S’il y a des enfants dans le coin, je les prie de ne pas lire la phrase suivante) la franchise √ßa ne paie pas. Quand les seigneurs demandent un devis, s’entendre r√©pondre “Bon alors, √ßa va nous prendre une quinzaine d’ann√©es pour construire √ßa, faut dire que nos ouvriers au noir ligures vont sans doute se faire arr√™ter, apr√®s faudra qu’on engage des Rauraques… et on va vous le faire pour moins cher que la concurrence, sauf qu’on va essayer de vous rouler sur la qualit√© de la brique et que l’architecte qui a dessin√© les plans est aveugle”, √ßa leur pla√ģt pas. En plus, les ma√ßons normaux aiment pas trop les franc-ma√ßons, qui r√©v√®lent des tas de secrets jalousement gard√©s.

Du coup, les membres de l’ordre des francs-ma√ßons d√©cident de se cacher dans des loges et √©laborent des tas de codes secrets rigolos. Au lieu de construire des ch√Ęteaux en briques, ils d√©veloppent des nouveaux jeux. Ils devront malheureusement attendre dix si√®cles pour que les magazines sp√©cialis√©s les ach√®tent et trouveront le temps un peu long. C’est pour le passer que le fr√®re Zinedinus, un de leurs chefs spirituels, inventera le coup-franc.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (3 votes, moyenne: 3.67)
Pondu par raph le Saturday 4 February 2006 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillť avec Wordpress. La banniŤre est de Luria