Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Mylène, Colin

EDIT : Comme le disait souvent Lao-Tseu √† Confucius, le probl√®me, avec les paroles sur internet, c’est que c’est pas toujours super juste. Petite correction de post, donc, avec des paroles un peu moins fausses j’esp√®re.

Se doutait-il, le p√©tulant Guyzmo, qu’en postant ce commentaire il allait occuper une bonne partie de mon apr√®s-midi ?
Il est vrai qu’√† la premi√®re lecture, je n’ai rien compris. A la 22e, non plus, mais j’avais envie de faire du mal √† des b√©b√©s animaux. A la 57e, j’ai d√©cid√© d’aller voir sur un site de fans s’ils en savaient plus : FAIL, comme on dit dans les milieux autoris√©s. Quand soudain, l’illumination.

Oui, mais non

Paroles: Mylène Farmer, musique: le mec qui a commis lady Gaga

Tout pas tout dit le monde entier dépend de nous

Cette chanson √©voque le destin cruel et fragile de super-h√©ros qui doivent √† tout bout de champ sauver le monde alors qu’ils pr√©f√©reraient prendre un peu de bon temps de temps √† autres, que diable.

Destin fragile et monde hostile on devient fou

C’est un m√©tier tr√®s difficile.

Tout pas tout dit

dont ils n’ont pas le droit de parler en dehors du bureau.

mais la vie m’effraie elle a bon dos

C’est bien vrai, √ßa.

De voir que toi rien qu’une fois rend tout plus beau

Heureusement, la jeune super-h√©ro√Įne magistralement camp√©e par Myl√®ne Farmer trouve un peu de r√©confort dans l’amour de Colin, un jeune loup-garou. (Rien ne pr√©cise express√©ment qu’il s’appelle Colin mais √ßa me fait plaisir)

Regarde-moi, √™tre au pas c’est n’√™tre pas

Mylène déteste les militaires. Elle a bien raison.

C’est peut-√™tre chic de faire du toc
Tac au tac c’est l’√®re du toc
C’est non, ah han

Le m√©tier de super-h√©ros paie tr√®s peu. Surtout les loups-garous, qui ne peuvent travailler que quelques jours par mois (de la m√™me mani√®re que l’√©pouse de l’Homme Invisible, Nana Invisible, mais il n’est pas question d’elle dans cette chanson et je ne voudrais pas vous embrouiller.
Pour arrondir ses fins de mois, Colin aimerait fabriquer des fausses Rolex mais Mylène trouve que ça ferait vulgaire.

Bon
C’est peut-√™tre chic, c’est l’√®re du toc
Pour l’authentique on traque du stock
Du tac au tac changeons d’√©poque
Oh oui, dis-moi

Elle pr√©f√®re user de ses super-pouvoirs et remonter dans le temps pour aller acheter des pi√®ces authentiques pas cher, parce qu’elle aime quand c’est sans contrefa√ßons.

Dis-moi oui mais non
Ne dis plus jamais non
L’amour, le loup est risque

L√† elle fait du chantage affectif : √™tre amoureuse d’un loup-garou, c’est assez dangereux, un moment de distraction un soir de pleine lune et tu te retrouves un bras en moins, alors tu pourrais √™tre d’accord avec moi, quoi.

Dis moi Oui mais Non
Ne dis plus jamais non
Et plus mon coeur sous X

Y a deux choses qu’elle d√©teste, Myl√®ne, c’est quand on lui dit “non”, ou “mon coeur sous X” (c’est plus rare).

Dis-moi oui mais non
Ne dis plus jamais non
L’amour, mon loup se risque

Jonathan et Jennifer

Dis-moi oui mais non
Dieu mon Dieu que c’est long
Sans toi mon corps sous X

Quand elle fait des trucs qu’on voit dans les films X (r√©parer des photocopieuses, livrer des pizzas) sans Colin le loup, √ßa dure nettement plus que 15 secondes, elle a pas l’habitude, elle s’ennuie un peu.

Quand nuit meurt, allongé sur le dos
L’amour rend tout plus beau, oh oh oh oh oh

Oui ben on voit bien que t’as pas besoin de te lever le matin pour aller bosser avec des coll√®gues rev√™ches alors que l’amour reste encore 5 minutes au lit, mais je m’√©gare.

Dis-moi oui mais non
Ne dis plus jamais non
Amour, le loup c’est ton nom

Oui, j’avais un peu spoil√© ce passage, pardon.

Tout pas tout dit, ode à la vie, la mort compose
La nuit se couche les yeux rougis l’aube est morose

Super-h√©ros, c’est un m√©tier risqu√© et fatigant, le monde √ßa se sauve surtout de nuit.

Tout pas tout dit, si la vie est gaie tout va √† l’eau, oh oh
Oh bateau ivre et joie de vivre me fait défaut

Jamais le temps pour lire un peu de poésie ou rigoler avec les copains.

Au refrain

C’est une tr√®s belle chanson, porteuse d’espoir et d’une cape rigolote.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (9 votes, moyenne: 4.11)
Pondu par raph le Wednesday 29 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Hue ! Au frais !

Tu crois vraiment que je vais laisser artypop et Fille me piquer mes requêtes google ? Ah non !

Poème pour son poney qui est méchant

Il s’appelait Boule de rago√Ľt
C’√©tait un poney roux
Je l’aurais pr√©f√©r√© mauve
Mais c’√©tait un vrai fauve

Quand je le montais à cru,
Il me faisait tomber dru,
Quand je lui mettais sa selle,
Il me traitait de pucelle,

Car ce poney parlait,
Toujours il grommelait,
Il pensait qu’√† bouffer
Et à se recoiffer

Je lui ai dit : Poney !
Joue pas les gros bonnets,
Ou j’t’envoie chez l’boucher
De toi il fera qu’une bouch√©e

Pas du tout abattu,
Ce qu’il m’a r√©pondu,
C’est qu’une rime pareille,
Lui faisait saigner les oreilles

M√©chant Boule de rago√Ľt
Plus con qu’une plaque d’√©gout !
Tu as fini au Knie,
Et tu es bien puni.

Des sales mioches sur le dos,
Qui te font pas d’cadeau,
Si t’√©tais plus lucide
T’aurais pas fait ton ca√Įd.

EDIT : Mademoiselle Cassis, M’dame Jo, Nekkonezumi ou encore le c√©l√®bre entra√ģneur de football Henry Michel ont √©galement particip√© √† cette aventure tellement incroyable qu’elle a m√™me son propre hashtag.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (8 votes, moyenne: 4.50)
Pondu par raph le Friday 24 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Quatre consonnes

Rapha√ęl sort un nouvel album. Le chanteur, pas la tortue ninja. Le chanteur √† qui l’on doit trois chansons sur le nouvel album de Zaz, la chanteuse, pas la pizza. Et √† qui on doit aussi des phrases telles que “Allez viens je suis n√© dans cette caravane” (ce qui est mal vu en ce moment) voire “J’aimerais √™tre un oiseau pour pouvoir cracher de plus haut” (ce qui est mal vu en tout temps).

Sur cet album, une chanson, “Bar de l’h√ītel”, qui a √©t√© interdite de diffusion sur M6 la journ√©e, non pas pour des raisons de sensibilit√© auditive, mais parce que le clip est trop violent. Plus violent, donc, qu’un programme de M6, genre une rediffusion de l’amour est dans le pr√©. √áa fiche la trouille.


Raphael – Bar De L'hôtel
envoyé par raphaelofficiel. – Regardez d'autres vidéos de musique.
Attention, ne clique pas avant que le jour soit couché sinon ça fait peur

Dans les paroles de cette chanson, Rapha√ęl pose un certain nombre de questions. Or √ßa tombe bien: parmi mes passions il y a les paroles de chansons et r√©pondre √† des questions (ainsi que l’√©levage des Pok√©mon, la politique et la nudit√© f√©minine, mais cela n’a aucun rapport avec le pr√©sent post)

Bar de l’h√ītel

C’est donc une chanson qui parle d’un voyageur, qui se retrouve dans un h√ītel, mais un h√ītel un peu classe, avec un bar, pas le Formule 1 du coin.

D’o√Ļ vient, d’o√Ļ vient le vent du matin
Que le jour, que le jour chasse en chemin?

√áa, bon, quand on part en voyage, conna√ģtre les provenances exactes des vents, c’est surtout utile quand on est marin, sinon √ßa a pas grand int√©r√™t, mais c’est bien d’√™tre curieux.

O√Ļ s’en vont, o√Ļ s’en vont les poussi√®res qui br√Ľlent nos yeux
Nous troublent la vue et nous rendent amoureux?

Donc s’il y a poussi√®res, c’est probablement du Sirocco. C’est un vent de Sud-Est. Mais il ne faut pas en tomber amoureux, c’est une combine √† se prendre un vent. M√™me s’il est vrai que certaines personnes trouvent, parfois, leur amant sirocco.

Des plumes dans les cheveux et rien dans les mains

Les Indiens ! (mais pourquoi on parle de ça, déjà ?)

Se coudre les paupières pour ne plus voir rien

C’est un peu couillon, on vend de tr√®s bons masques de sommeil pour pas cher.

C’est dans ma nature et c’est dans mon sang

Ah. Oui bon alors si c’est un genre de coutume locale, couds donc, comme disent nos amis qu√©b√©cois.

Un poison violent mélange de mes parents

Toujours de la faute des parents, hein ? Quand on se coud l’oeil, on assume.

Refrain

Est ce mon squelette au bar de l’h√ītel?

Probablement pas, en g√©n√©ral, c’est un truc qu’on garde le plus possible sur soi.

Est-ce ma toilette faite au scalpel?

A l’a√©roport, tu as √©chang√© ta valise avec un chirurgien, √ßa arrive. Tu as mal dormi √† cause du vent, tu es un peu distrait, √ßa arrive. Profites-en pour te d√©coudre un peu les yeux.

Est-ce que ce sont mes effets aux enchères?

Le chirurgien, lui, a déjà tout balancé sur e-bay. Ils en manquent pas une, ceux-là !

Et cette détresse que je paye bien cher

Non mais n’ench√©ris pas, voyons, appelle la police !

Pour combien tu m’aimes,

Ça ne se monnaie pas, en plus tu as déjà une histoire avec le sirocco, mais enfin contre un gros chèque je veux bien acheter un de tes disques

pour combien tu me quittes?

Là, par contre, je peux faire un effort et faire ça gratuitement.

Tu me tiens en laisse, tu me laisses quitte

Oui ben c’est comme √ßa, les chanteurs fran√ßais doivent √™tre tenus en laisse √† l’int√©rieur de l’√©tablissement, j’y peux rien.

D’o√Ļ vient, d’o√Ļ vient que je t’aimais avant?

Ecoute, j’en sais rien, je trouve √ßa bizarre, en plus on n’a jamais √©t√© pr√©sent√©s, tu es s√Ľr que tu confonds pas ? Ou alors c’est par narcissisme, √† cause de cette histoire de pr√©nom partag√©, mais bon, √ßa va te faire beaucoup de monde √† aimer.

D’o√Ļ vient le hoquet?

Tu es au bar de l’h√ītel depuis des plombes √† d√©blat√©rer des √Ęneries: √† mon avis, le hoquet, c’est l’alcool.

Comment tombe la pluie?

dru

Combien co√Ľte, combien co√Ľte le bonheur d’une seule nuit?

100 balles

Et comment sommes-nous arrivés ici?

Moi j’√©coutais une chanson, toi je sais pas, je dirais en taxi depuis l’a√©roport.

Qui a fait les océans

Dieu. Ou la licorne rose invisible.

et les c¬Ĺur br√Ľl√©s

Jean Sagols

La colonne et le coup ne cessent de marcher

Euh, je vais pas te contrarier, il para√ģt que tu peux devenir tellement violent que m√™me M6 te censure, mais je pense que √ßa ne veut rien dire, √ßa.

Est-ce que tout peut pourrir m√™me ce qu’il ya de plus doux?

Le savon pour la laine, les b√©b√©s animaux, le cidre doux, effectivement, c’est putrescible.

On nous jette des fleurs ou bien des cailloux.

Si tu continues √† faire peur √† tous les clients du bar de l’h√ītel, je ne te cache pas que le patron va plut√īt opter pour les cailloux. Qui, soit dit en passant, sont assez rarement doux, toutes les victimes de lapidation te le confirmeront, mais totalement imputrescibles.

Refrain
Est ce mon squelette au bar de l’h√ītel?
Est-ce ma toilette faite au scalpel?
Est-ce mon souvenir aux enchères ?
Et cette détresse que je paye si cher
Pour combien tu m’aimes, pour combien tu me laisses?
Tu me tiens en laisse.
Tu me laisses quitte

Ce n’est que moi, ce n’est que moi

Oui oui, on avait reconnu, ça va.

Une espèce disparue, une espèce menacée

Disparue ou menac√©e, il faut choisir, mais il est s√Ľr qu’√† se coudre les yeux, se raser au scalpel et se mettre des mines tout seul √† l’h√ītel, on vit pas bien vieux.

Ce n’est que moi, ce n’est que moi x2

Cette belle chanson, bien que totalement inintelligible est porteuse d’espoir, l’espoir que les radios aussi la jugent trop violente pour la diffuser de jour.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (12 votes, moyenne: 4.67)
Pondu par raph le Thursday 23 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Don’t tell me there is a twist

Il y a, en littérature, des petites astuces qui sont interdites tant elles ont été usées par le passé.

Parmi celles-ci, le coup du “fais gaffe derri√®re-toi” que connaissent bien les amis de la bande dessin√©e franco-belge, des s√©ries am√©ricaines, mais aussi des romans de gare :

“L’√©motion √©treignait le visage poulpin de Jean-Sven. Combien de fois avait-il r√™v√© √† des retrouvailles enfi√©vr√©es avec Esperanza, son amour de jeunesse ? Quand il l’avait crois√©e au rayon charcuterie de l’√©picerie du village, il en avait √† peine cru ses yeux.
– Esperanza, est-ce bien toi ?
– Fais gaffe, derri√®re toi, y a l’√©picier qui essaie de t’attaquer avec une mortadelle g√©ante !
Le temps que Jean-Sven r√©alise qu’il √©tait tomb√© dans un pi√®ge grossier, les cruels al√©as de la vie l’avaient √† nouveau √©loign√© de la belle Esperanza, disparue comme neige au soleil.”

A noter que le coup du double fais gaffe derrière toi est également totalement proscrit :

“- Cette histoire de mortadelle ne tient pas la route, Jean-Sven ! Dis-moi ce qui s’est r√©ellement pass√© !, s’exclama l’inspecteur H√•ffnard√łttir dans un rictus sardonique.
– Tr√®s bien, je vais tout avouer… Oh, fais gaffe, derri√®re toi ! Un troupeau de wapitis !
– Ah, tu crois me pi√©ger avec cette vieille ruse ? Malheureusement pour toi, hier soir, alors que je souffrais d’insomnies, tant j’ai du mal √† retrouver le sommeil depuis que Gulbrandsson, ma ravissante √©pouse, s’en est all√©e refaire sa vivre avec Esperanza, j’ai relu un vieux Mickey Parade qui tra√ģnait, je connais tr√®s bien ce truc…
Quand soudain, le bus 17 des transports publics morgiens, qui venait justement d’√™tre d√©tourn√© par un wapiti coca√Įnomane, le faucha de plein fouet.”

Le coup du triple fais gaffe derrière toi avec inversion simultanée, bien que plus rare, est toutefois fortement déconseillé :

” – Fais gaffe, derri√®re toi, les choeurs de l’arm√©e rouge !
– Attends. C’est une ruse. Tu essaies de me faire croire qu’ils ne sont pas derri√®re moi parce qu’en fait ils le sont vraiment, donc… non, attends, c’est le bordel, ils sont l√†, ou pas ?
РJe ne sais pas, je ne sais plus, ne pourrions-nous refaire notre vie comme avant, nous commanderions des pizzas toi, la télé et moi ?
– Mais il est trop tard, trop tard, si je ne t’arr√™te pas, adieu mon passage √† “les 100 plus grands d√©tectives moustachus”, ma pauvre m√®re qui est mourante ne me le pardonnerait jamais.
РOh fais gaffe, derrière toi, Julien Lepers !
РNon mais arrête avec ça, bordel, ça devient lourd.
Quand soudain, ils se firent encercler par une horde de sc√©naristes hollywoodiens qui revendiquaient de meilleures conditions de travail.”

A noter que ces interdictions ne s’appliquent pas au domaine de la politique, o√Ļ le coup du fais gaffe derri√®re toi est encore parfois usit√© dans des situations urgentes :

“Le d√©sarroi se lisait sur le visage de Nicolas. Il ne comprenait pas pourquoi ses amis europ√©ens s’emportaient pour quelques renvois de Roms : apr√®s tout, eux aussi savaient bien ce que c’√©tait d’avoir une r√©√©lection √† pr√©parer, non ? Et m√™me si la base de son √©lectorat √©tait toute pr√™te √† croire que la plupart de ses soucis quotidiens √©taient de la faute non plus des 35 heures mais des Gipsy Kings et de Thomas Dutronc, il sentait bien qu’il fallait d√©tourner un peu l’attention. Mais comment faire ?
– Fais gaffe, derri√®re toi, demanda-t-il √† ses ministres de s’exclamer, une menace terroriste !”


:\'(:-/:-):-D\\o/ (14 votes, moyenne: 4.43)
Pondu par raph le Monday 20 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Le contre-asocial

JJ Rousseau est n√© le 28 juin 1712 √† Gen√®ve, et d√©c√©d√© le 2 juillet 1778 √† H√©maisnonville, ou quelque chose comme √ßa. Malgr√© cette curieuse id√©e de quitter la ville la plus classe du monde pour aller dans un bled qu’on sait m√™me pas o√Ļ c’est, on peut dire de Jean-Jacques, philosophe, √©crivain, musicien et grand amateur de badminton qu’il changeait la vie.

Dans la famille Rousseau, on est traditionnellement douaniers de p√®re en fils. Pour √©chapper √† ce cruel destin, Jean-Jacques fuit, tr√®s jeune, avec son amour du lyc√©e, Carole, et part se planquer sur l’√ģle Saint-Pierre qui, amusante anecdote, √©tait √† l’√©poque une √ģle. Pour subvenir √† leurs besoins, Carole, chanteuse √©m√©rite, se produit dans des estaminets louches des rives embourb√©es du Seeland sous le pseudonyme de LaRousseau. Pour ne plus l’entendre vocaliser, Rousseau a coutume de prendre des ma√ģtresses sur l’autre rive. C’est √† cette √©poque qu’il publie son c√©l√®bre roman “Comment elle s’appelle, d√©j√†, la nouvelle ? Ah oui, H√©lo√Įse !”, dont son √©diteur d√©cidera de raccourcir un peu le titre.
Carole sera oblig√©e d’interrompre sa carri√®re dans le show-business pour s’occuper d’Emile, leur premier enfant, ainsi nomm√© en hommage au c√©l√®bre footballeur Gianfranco Zola. Jean-Jacques n’a pas le temps de pr√™ter main forte √† sa s√©millante compagne, tout occup√© qu’il est √† √©crire son ouvrage sur l’√©ducation “Emile ou l’√©ducation”, car il a entre-temps appris √† raccourcir ses titres. C’est √† cette √©poque √©galement qu’il publiera son best-seller “Candide de Voltaire”, un roman sentimental.

Alors que Carole lui reproche d’√™tre toujours plus souvent absent du domicile conjugal, JJ lui r√©pond “Non mais laisse, c’est pour le boulot, je dois aller perdre mon regard dans l’infini, c’est un truc d’√©crivains, tu peux pas comprendre”. Pour lui prouver que si, c’est un truc d’√©crivain, il r√©digera les “R√™veries d’un promeneur solitaire”, ouvrage bien connu de tous les amateurs de randonn√©e tant il d√©crit √† merveille l’art d’avoir le regard perdu dans l’infini.

Puis ils se disent que c’est bien peu funky de vivre sur une √ģle et partent ailleurs. Puis Rousseau explique √† son √©pouse que ¬ę Non mais t’as vu, quoi, la femme et l’homme sont faits l’un pour l’autre, mais leur mutuelle d√©pendance n’est pas √©gale : les hommes d√©pendent des femmes par leurs d√©sirs; les femmes d√©pendent des hommes et par leurs d√©sirs et par leurs besoins ; nous subsisterions plut√īt sans elles qu’elles sans nous, donc bon, je me casse, ciao, la bise aux gosses ! ¬Ľ


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.20)
Pondu par raph le Tuesday 14 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Ne vous faites pas de Biel

Bon. Pour une fois que la presse internationale parle de Bienne, capitale mondiale auto-proclam√©e de plein de choses dont on ne cause jamais, je suis bien oblig√© d’en faire un post, ou bien ?

Si tu ne vois pas du tout de quoi je parle, je te laisse avec ce r√©sum√© de 20minutes.fr et sa conclusion magique. Si tu sais de quoi je parle, peut-√™tre n’as-tu pas suivi le dernier √©pisode de cette bien rocambolesque affaire. La police, donc, a eu une id√©e g√©niale : balancer des tracts par avion, en esp√©rant que Le Forcen√© tombe dessus (enfin, techniquement, c’est le contraire, mais ne chipote pas), contenant cette lettre √©crite par un de ses proches.

Je trouve √ßa chou. Probablement inutile, mais chou. Mais tant qu’√† balancer du papier, on aurait pu √©tudier plus avant le contenu du tract. Par exemple, tenez :

– “Kikoo Peter ! Ici c’est la police ! Ecoute on a bien rigol√©, sauf quand tu as tir√© sur un de nos copains, √ßa c’√©tait pas bien, mais maintenant on en a un peu assez, tout le monde se moque de nous, tu pourrais te rendre ? Merci ! Ta police qui t’aime. Bisous.”

– “Cher Peter, si tu es dans la for√™t, pourrais-tu nous ramener quelques champignons ? Nous avons alert√© Olivia Ruiz, elle est d’accord pour te faire des cr√™pes si tu reviens √† la maison. Ta police qui t’aime. Bisous.”

– “Le professeur Karamba r√©sout tout. D√©senvo√Ľtement, sentiment de pers√©cution, retour de l’√™tre aim√©, traques polici√®res, vente aux ench√®res, chance au jeu, mauvais sort, examens, permis de conduire, monnaie pour la lessive. Contacter la police cantonale qui transmettra.”

– “Hello Peter, on voudrait racheter les droits de ta fuite pour en faire un film, mais comme ce sera un film suisse, est-ce que tu pourrais fuir de mani√®re plus immobile, une sorte de fuite int√©rieure ? et on voulait confier un r√īle √† Jessica Biel, est-ce que tu pourrais t’arranger pour prendre une otage qui tomberait secr√®tement amoureuse de toi ? Merci, Steven. Non pas Steven Spielberg, Steven Chompard, je suis en deuxi√®me ann√©e √† l’ECAL, lol, bisous.”

– “Penser √† ramener du pain.”

– “Salut Peter ! Tu pourrais m’expliquer comment tu as fait pour dispara√ģtre au milieu de cent policiers ? C’est pour relancer ma carri√®re. Merci, bisous. Sylvain Mirouf”


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 3.87)
Pondu par raph le Monday 13 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Dès Métal

Je d√©ambulais, l’autre jour, dans les verdoyantes rues de Lausanne, quand je suis tomb√© nez √† nez avec une affiche, annon√ßant le nouveau spectacle du chanteur suisse le plus cool, loin devant Franz Treichler et Christian Wicky.

Mon √Ęme d’enfant se mit alors √† chanter des histoires de petite Charlotte pas foutue d’avoir du mat√©riel chez elle et √† faire de la musique dans la salle de bains. Mais mon regard, soudain, se porta vers l’affiche de droite et l√†, mon √Ęme d’enfant, terrifi√©e, d√©cida de partir six mois en vacances aux √ģles Fidji. Car je venais de voir la nouvelle campagne d’affichage des assureurs-maladie suisses. Un homme √† la mine patibulaire me demandait, comme si j’y √©tais pour quelque chose, “qui n’a pas le droit de faire du profit ?” “Zaz”, j’ai r√©pondu. Mais en fait il s’agissait des assureurs suisses, ces Robins des Bois modernes (le mec de la for√™t de Sherwood, pas la troupe comique) et de leur nouvelle campagne de pub.

Si tu n’es pas Suisse, je t’explique. Si tu es Suisse, tu peux directement passer au paragraphe suivant en grignotant une cuchaule de ma part. Chez nous, donc, il n’y a pas de S√©cu mais plein d’assureurs. Chacun d’entre nous est oblig√© d’√™tre assur√© chez l’un d’entre eux. Chaque ann√©e, les primes augmentent mais ce n’est pas de la faute des assureurs, qui se sentent tout de m√™me mal aim√©s. Ils sont malheureux, ils se sentent rejet√©s. Et du coup, pour qu’on les aime, au lieu d’offrir des fleurs ou des balades √† poney comme vous et moi, ils se paient une campagne de pub. Sauf qu’ils s’y prennent assez mal, les pauvres : bien s√Ľr, on comprend bien qu’ils ont pris des mannequins low-cost pour pas que leurs affiches co√Ľtent trop des sous de la prochaine augmentation. Mais tout de m√™me, √©tait-ce n√©cessaire de faire peur aux enfants pour se r√©concilier ?

Bref, en voyant ces affiches c√īte √† c√īte, je me suis dit que les assureurs auraient simplement d√Ľ confier leurs soucis √† Henri D√®s, il aurait su nous les rendre sympathique.

Assureur, assureur,
pourquoi tu pleures, pourquoi tu pleures ?

On dit que j’aime l’argent,
C’est rageant, c’est rageant

Que je ne pense qu’aux sous,
√áa m’rend fou, √ßa m’rend fou !

Les gens ne m’aiment pas,
J’en dors pas, j’en dors pas,

J’en fais une maladie,
Du lundi, au samedi

Chaque fois qu’j’augmente tes primes
√áa m’d√©prime, √ßa m’d√©prime

Pourtant en toute franchise,
T’y laisseras ta chemise !


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.40)
Pondu par raph le Tuesday 7 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Licorne d’abondance

David Chicotte n’avait pas imm√©diatement saisi la port√©e de sa d√©couverte. Et il n’avait pas h√©sit√© une seule seconde √† la d√©voiler : apr√®s tout, n’avait-Elle pas dit, dans Son infinie sagesse : “La v√©rit√© toujours tu ch√©riras, sauf si cela doit blesser des petits lapins ou des b√©b√©s animaux mignons en g√©n√©ral” ? Car David √©tait croyant. Jamais il n’avait manqu√© la Grande Chevauch√©e du samedi apr√®s-midi. De m√™me qu’il respectait Ses principes, le repos du lundi matin, les trois siestes sacr√©es quotidiennes, l’√©merveillement rituel face aux doubles arcs-en-ciel.

Mais les r√©v√©lations de David avaient √©t√© tr√®s mal accept√©es et les sages du Grand Haras C√©leste l’avaient vou√© √† la plus terrible des punitions : la Grande Bouderie. Ceux qui le croisaient devaient d√©tourner le regard en affichant une moue r√©probatrice. Et, surtout, lui interdire l’acc√®s des b√Ętiments officiels, notamment ceux distribuant de la nourriture. David avait √©t√© forc√© de pourvoir lui-m√™me √† ses besoins, et avait m√™me mang√© de la viande non-artificielle √† plusieurs reprises.

Il y a dix ans, David avait d√©cid√© de se consacrer √† l’histoire. Ses amis, ne comprenaient pas ce choix, “√† quoi √ßa sert, le pass√©, de toutes fa√ßons c’est tout des gens qui sont morts”, disaient-ils. Ses parents auraient pr√©f√©r√© qu’il choisisse une voie d’√©tude s√©rieuse, comme la Palefrenerie ou le V√©t√©rinarisme. Mais il n’en avait fait qu’√† sa t√™te. Et pis encore, il avait d√©cid√© de s’int√©resser aux temps anciens, ceux d’avant Son retour.
Car des savants venaient de retrouver comment acc√©der aux internets, une grande base de donn√©e o√Ļ les humains d’avant avaient stock√© de nombreuses connaissances et des photos de chats. “Ouais bah, si on a oubli√© comment s’en servir, c’est que √ßa devait pas trop en valoir la peine”, lui r√©p√©taient inlassablement ses professeurs d’histoire, qui auraient pr√©f√©r√© le voir retracer l’arbre g√©n√©alogique de Bingo, l’Etalon sacr√©. (En r√©alit√©, si on avait oubli√© comment s’en servir, c’est que pendant les quatre guerres mondiales cons√©cutives, on n’avait pas tellement eu le temps de s’occuper de poker, mais les gens n’aimaient pas trop qu’on leur reparle de cette p√©riode)(d’ailleurs pas compl√®tement r√©volue puisque quelque part, dans le grand d√©sert bourguignon, deux arm√©es de robots capables de s’autor√©g√©n√©rer s’affrontaient encore pour la conqu√™te du village de La Galopine, pourtant ray√© de la carte depuis plus de 13 si√®cles).

L’√©tude des internets avait passionn√© David Chicotte, surtout celle de l’√©trange rapport √† la nudit√© qu’avaient les anciens. Et c’est l√† qu’il avait fait cette terrible d√©couverte, qu’il aurait peut-√™tre d√Ľ ne jamais r√©v√©ler : en r√©alit√©, la Licorne Rose Invisible, Lou√©s soient ses divins sabots, n’avait probablement pas cr√©√© le monde et n’√©tait m√™me probablement qu’une blague de potaches.

Cornify


:\'(:-/:-):-D\\o/ (6 votes, moyenne: 4.17)
Pondu par raph le Monday 6 September 2010 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillť avec Wordpress. La banniŤre est de Luria