Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Nul ne le conteste

– Bonjour, ici Paul-Emile GrĂĽffenhagen, secrĂ©taire de rĂ©daction au Courrier Picard International.
– Oui, que puis-je ?
– Eh bien, j’ai un cas de “tous les experts s’accordent Ă  dire” dans le papier d’un stagiaire, j’ai besoin de fact-checker.
– AĂŻe. Mais enfin, il devrait savoir que les experts ne s’accordent jamais. C’est une de nos prĂ©rogatives ! Nous autres, experts, adorons ne pas ĂŞtre d’accord, juste par principe. A la limite, s’il avait Ă©crit “Tous les experts s’accordent Ă  dire, sauf ce con de Jean-Claude”
– Non mais lĂ  c’est pas ça, et puis ça va faire serrĂ© au niveau des signes.
– C’est moi, Jean-Claude. Mais je sais bien que les autres experts me dĂ©testent Ă  cause de mes positions Ă  contre-courant.
– Bon, je vais juste virer cette phrase. Fatiguez-vous pas.
– La libertĂ© de pensĂ©e dĂ©range ! C’est quoi, au juste, le sujet de l’article ? Encore le printemps pourri ?
– Non. Pas cette fois.
– Dommage, parce que j’avais trouvĂ© un expert qui estime que le printemps n’a pas Ă©tĂ© pourri, vu qu’avec son arthrite et son cholestĂ©rol, c’est mieux quand il fait un peu humide.
– Mais lĂ , non, c’est pas ça. C’est le dopage dans le cyclisme.
– Ah, alors attendez, ça peut marcher, on n’en a presque plus, des experts, on devrait rĂ©ussir Ă  les faire s’accorder Ă  dire ! Mais ça va prendre un peu de temps parce qu’ils sont Ă  l’apĂ©ro, Ă  cette heure.
– Oui mais lĂ , l’heure du bouclage approche et j’ai encore un “de tout temps” qui traĂ®ne.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (10 votes, moyenne: 4.60)
Pondu par raph le Wednesday 26 June 2013 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

RĂ©vision du spoiler

Cette nuit s’achèvera sur HBO la saison 3 de la sĂ©rie Game of Thrones. Je ne sais pas si vous en avez entendu parler. C’est une sĂ©rie avec plein de gens qui veulent devenir rois, des dragons, des zombies, un nain et deux sectes rivales et dĂ©terminĂ©es qui s’affrontent dans le sang et les larmes, Ceux qui regardent d’abord la sĂ©rie et Ceux qui lisent les livres.

Pour le moment, Ceux qui lisent les livres gagnent. Car ils savent que dans le tome 6, de terribles Ă©vènements se produisent, impliquant un personnage, mais je ne veux pas trop en dire, par respect, mais quand vous verrez ça, vous allez ĂŞtre surpris, surtout le passage avec les deux jodleurs norvĂ©giens et le trampoline, mais patience. J’espère qu’ils ne le supprimeront pas dans la sĂ©rie.

Mais Ceux qui regardent la sĂ©rie tiendront bientĂ´t leur revanche. Quand ils connaĂ®tront le dĂ©nouement de cette histoire, alors que leurs Ă©ternels rivaux en seront encore Ă  attendre “The Winds of Winter”, qui devrait paraĂ®tre vers 2014 ou 2023, puis sa suite, “The Ponies of Vaumarcus”, prĂ©vue pour 2053.

Car le malheureux George RenĂ© RenĂ© Martin s’est totalement empĂŞtrĂ© dans son histoire, ses septante-deux mille neuf-cent quatre-vingt-trois personnages, ceux qu’on croit morts mais qui ne le sont pas, ceux qu’on croit vivants mais qui ne le sont pas, ses intrigues enchevĂŞtrĂ©es, ses complots alambiquĂ©s.

Tu me connais, je suis un gars serviable. J’ai donc imaginĂ© quelques idĂ©es de fins qui permettraient Ă  George Ramuncho Rakham Martin de s’en tirer sans trop de dommages.

  • Tout le monde meurt. Sauf un personnage ultra secondaire qu’on avait dĂ©jĂ  oubliĂ© au chapitre quatre du livre I. Il devient roi de Westeros mais trouve le temps un peu long, alors il se souvient de jadis et ressort sa collection de bannières. Puis il les Ă©numère pendant 900 chapitres.
  • Tout le monde meurt, sauf les dragons et les marcheurs blancs, qui se retrouvent pile au milieu de Westeros et se neutralisent pendant 251 ans. Puis ils se lassent et repartent chez eux.
  • L’arrière-petit-fils de Jaime Lannister et Brienne de Torth rencontre son rival de toujours, l’arrière-petit-fils de Loras Tyrell et de Rickon Stark. Alors qu’il est sur le point de l’Ă©gorger, il lui demande : “Mais pourquoi on se battait, dĂ©jĂ  ?”. Comme aucun des deux n’en a la moindre idĂ©e, ils dĂ©cident de plutĂ´t aller boire l’apĂ©ro avec les 9412 morts des tomes prĂ©cĂ©dents, qui n’Ă©taient pas vraiment morts, en fait.
  • Eddard Stark se rĂ©veille chez lui, Ă  Winterfell. “Ouf, tout ceci n’Ă©tait qu’un rĂŞve !”, se dit-il. Mais une armĂ©e de manticores ninjas l’attaquent. Ă€ ce moment-lĂ , Lady, la chienne de Sansa Stark, se rĂ©veille. “Ouf, tout ceci n’Ă©tait qu’un rĂŞve”, se dit-elle. Mais alors qu’elle va avalaer une plâtrĂ©e de Canigou spĂ©cial direwolf empoisonnĂ©e, Jean Sola, le traducteur, se rĂ©veille. “Une rĂŞverie, cestuy se rĂ©vèle n’avoir Ă©tĂ© tertou en mon for”, constate-t-il alors.
  • Soudain, Nagui arrive au milieu du champ de bataille. “Après 20 ans, la production de “Tout le monde veut prendre son trĂ´ne s’arrĂŞte”, lance-t-il. Alors des gens lancent une pĂ©tition sur internet et le ministre des jeux tĂ©lĂ© intervient.
  • Westeros est exsangue après 150 ans de guerre. Les Français dĂ©barquent et prennent possession de l’Ă®le. Ils partent alors Ă  la recherche de quelqu’un qui pourrait enfin gagner Roland Garros. Mais ils ne trouvent pas.
  • Alors que la guerre fait rage, une blogueuse se fend d’un billet enflammĂ© soulignant Ă  quel point toute cette situation est sexiste. Les belligĂ©rants, Ă©mus, laissent alors gagner Daenerys. Mais une autre blogueuse se fend d’un billet enflammĂ© soulignant Ă  quel point cette situation est nanophobe.
  • Alors que la guerre fait rage et que le pays est exsangue, le fantĂ´me de Jacques Martin apparaĂ®t et s’exclame “VoilĂ , tout le monde a gagnĂ© !”
  • Ă€ la fin, tout le monde danse la ronde de l’amitiĂ© et part Ă  Dorne manger des glaces au piment. C’est Ă  cette occasion qu’est composĂ©e la fameuse “Chanson de la glace et du feu”

:\'(:-/:-):-D\\o/ (14 votes, moyenne: 4.79)
Pondu par raph le Sunday 9 June 2013 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Vine Bar

Observons un peu ce qui se passe lors de l’Ă©mergence d’un nouveau mĂ©dia social :

Les premiers utilisateurs commencent Ă  s’y intĂ©resser. Ils dĂ©veloppent leurs propres codes, en parlent un peu autour d’eux, sous l’oeil sarcastique de tous ceux qui pensent que de toutes façons, ça ne marchera jamais.

– Tiens, Ugror ! Tu as entendu parler de ce truc, la “sĂ©dentarisation” ? Tu en penses quoi ?
– Bah, ça ne durera qu’un temps ! C’est comme leur histoire de pierre polie, des modes, rien de bien sĂ©rieux.
– Je crois que je vais quand mĂŞme essayer. Tu sais pas oĂą je pourrais trouver une invitation ?

Ensuite, deux solutions. Soit ça ne prend pas. La plupart des early adopters partent, seule une petite poignĂ©e reste curieusement fidèle jusqu’Ă  la mort.
– Alors, toujours dans tes histoires de “village” ?
– Ouais… ok, pour le moment, ça ne marche pas très bien, mais tu verras, c’est l’avenir.
– Oui, oui, je verrai. C’est vrai que vous avez fini par vous manger entre vous ?
– Non. Enfin, pas tous. Ok, on n’est plus que deux, mais franchement, c’est vraiment bien !

Soit ça prend et on voit alors arriver des nouveaux qui adoptent scrupuleusement les codes des premiers.
– Ca, c’est une boulangerie. On doit y aller le matin pour acheter du pain, parler de la mĂ©tĂ©o en attendant son tour et faire une blague sexiste Ă  la boulangère (elle a de belles miches).
– C’est obligĂ© ?
– Ouais, on a toujours fait comme ça. Tiens, voilĂ  le “Guide des usages en village”, Ă©crit par Uggrur, un ancien, il est lĂ  depuis deux semaines. C’est très pratique.
– “Le gazon devra ĂŞtre tondu, sinon tout le monde te regarde de travers”… Je comprends rien. C’est quoi, du gazon ? Pourquoi on ne peut pas regarder de travers ?
– Parce que ça fait mal aux yeux, je crois. Non mais tu verras, c’est pas si compliquĂ© que ça, Ă  l’usage.

Au début, la communauté est encore réduite. Tout le monde se connaît. Il faut impérativement : un relou qui drague tout le monde, un relou qui drague tout le monde mais ça marche, un(e) comique se service, un(e) râleur(se) de service, et assez rapidement des soirées IRL fortement alcoolisées.

– Dis, Ugroohr a trouvĂ© le moyen de faire fermenter du jus de raisin, il paraĂ®t que ça fait encore plus rigoler que le jus de pain rassis, on fait une soirĂ©e demain, tu viens ?
– Y aura Ugraura ?
– Ben ouais.
– Ah ouais, ouais, alors je sais pas si je peux, parce que je lui ai un peu brisĂ© le coeur et tout…
– Non mais elle a pas l’air au courant ! Elle est avec Gurghruhr, lĂ .
– Ah. Ouais, ouais, alors je sais pas si je peux.

La communautĂ© continue de s’Ă©toffer : quelques professionnels de la communication, des journalistes, des stars suivies d’une cohorte de fans… Quelqu’un fait un top 25 des comptes Ă  suivre sur son blog puis, onze mois plus tard, quelqu’un fait un top 25 des comptes Ă  suivre dans les Inrocks (il comprend douze cĂ©lĂ©britĂ©s et treize amis de l’auteur).
– C’est quoi ce truc dĂ©bile dont tout le monde parle, lĂ , “les 25 villageois avec qui aller boire un jus de pain rassis” ?
– Ah ouais, c’est dĂ©bile, ce truc.
– Ouais mais tout le monde en parle.
– Non mais c’est pas important, de toutes façons, c’est Ugrorr qui a fait ça pour dĂ©conner. SacrĂ© Ugrorr. T’es combien, toi ?
– On s’en fout.
– Moi je suis huitième.
– Je suis pas dedans.
– Ah. Bon mais de toutes façons, c’est pas important.
– On est 23 dans le village et je suis pas dedans.

La communauté grandit et se scinde en petites communautés.
– Bon alors lĂ , c’est le quartier des chasseurs-cueilleurs, je les aime pas trop, ils sont un peu rĂ©ac, lĂ , c’est le quartier des potiers, des artistes enfin, tu vois le genre…
– Et toi, tu es oĂą ?
– Bah, j’ai prĂ©fĂ©rĂ© m’installer dans une grotte, Ă  l’ancienne, tu vois.

Deux adolescents utilisent le mĂ©dia social pour s’insulter. Des journaux relaient l’affaire. Un dĂ©putĂ© fait une intervention.
– HĂ© ben, tu vois bien que c’est dangereux, ces “villages” ! Y a deux adolescents qui se sont battus Ă  GruuuhrVille!
– Deux quoi ?
– Des adolescents… Des gens de 14-15 ans.
– Des vieillards.
– Non… Parce que bon, ils vivent plus vieux, dans les villages, parce qu’ils mangent plus, et leurs sorciers sont mieux formĂ©s… Du coup, ils ont Ă©tĂ© obligĂ©s d’inventer d’autres âges que “enfant” ou “vieillard”.
– HĂ© ben, quelle dĂ©cadence !
– Ouais, la fin de la civilisation.

Une nouvelle version du mĂ©dia social apparaĂ®t. Les utilisateurs la dĂ©testent, ils menacent de partir si on ne remet pas l’ancienne. On ne remet pas l’ancienne. Ils restent.
– C’est quoi ce truc, lĂ , des portes aux maisons ? Mais pour quoi faire ?
– Tu verras, c’est super pratique.
– Non mais Ă  chaque fois, il faut les ouvrir, les fermer… C’est une terrible perte de temps, je peux pas accepter ça.

Un nouveau mĂ©dia social apparaĂ®t et Ă©clipse l’ancien.
– Oh, tu sais pas, dans mon village, on vient d’ouvrir un bar !
– Un quoi ?
– C’est un genre d’endroit oĂą tu peux aller acheter du jus de pain rassis et du jus de raisin fermentĂ©.
– Mais Ă  quoi ça sert ?
– Ah ben on boit un verre, on discute, on drague Ugraura…
– Mais on peut dĂ©jĂ  faire tout ça !
– Ugru, le sculpteur, y est tous les soirs.
– Justement, on peut dĂ©jĂ  faire tout ça et en plus l’Ă©viter.
– Tu comprends rien au cool, mon pauvre.

L’ancien mĂ©dia social tombe peu Ă  peu en dĂ©suĂ©tude. Yahoo ! le rachète.
– Alors, toujours dans tes histoires de “village en balsa” ?
– Ouais… je vois pas pourquoi je changerais, ça a toujours très bien marchĂ©.
– C’est vrai que vous avez fini par vous manger entre vous ?
– Non. Enfin, pas tous.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (13 votes, moyenne: 4.69)
Pondu par raph le Wednesday 5 June 2013 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

La nation reconnaissante

Gunda, ma community manager imaginaire, aimerait que je parle plus souvent de musique de jeunes. Justement, le nouvel album de The National vient de sortir.

Mais bon, lĂ , c’est une vieille chanson.

The National – Fake Empire

Le National – faux empire

Stay out super late tonight picking apples, making pies

Rester dehors super tard ce soir, cueillir des pommes, faire des tartes
Il s’agit donc d’une chanson qui explore un univers assez peu exploitĂ© dans le domaine musical, celui de la cuisine.

Put a little something in our lemonade and take it with us

Mettre un petit quelque chose dans notre limonade et l’emporter avec nous
Voilà. La mienne, je la préfère pas trop sucrée, merci.

We’re half awake

Nous sommes à moitié réveillés
Ah oui ben Ă  force de rester dehors toute la nuit, aussi !

in a fake empire
We’re half awake in a fake empire

Dans un faux empire. Nous sommes à moitié réveillés dans un faux empire
Je pense qu’il s’agit ici d’une dĂ©nonciation assez virulente des Ă©missions modernes de tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© culinaire.

Tiptoe through our shiny city with our diamond slippers on

Sur la pointe des pieds Ă  travers notre ville brillante avec nos chaussons en diamant
Oui parce que dans les Ă©missions de cuisine, ils se contentent pas de laisser les gens prĂ©parer un soufflĂ©. Non. Il faut qu’ils leur imposent des Ă©preuves du genre “vous avez une heure pour enfiler un tutu, aller acheter une rascasse Ă  l’autre bout de la ville, la vider et prĂ©parer un dessert avec, tout en rĂ©pĂ©tant une chorĂ©graphie.”

Do our gay ballet on ice,

Faire notre ballet homosexuel sur la glace
Ou alors, on leur a juste dit d’utiliser un casse-noisette et du sorbet, et ils ont tout compris de travers.

bluebirds on our shoulders

des oiseaux bleus sur nos Ă©paules
Normalement, ils auraient dĂ» s’en servir pour leur entrĂ©e, mais ils n’ont pas eu le courage.

We’re half awake in a fake empire
We’re half awake in a fake empire

Nous sommes à moitié éveillés dans un faux empire. Nous sommes à moitié éveillés dans un faux empire
Toutes ces épreuves, forcément, ça fatigue.

Turn the light out say goodnight, no thinking for a little while
Let’s not try to figure out everything at once
It’s hard to keep track of you falling through the sky

Eteindre la lumière et dire bonne nuit, ne plus penser pour un moment.
Essayer de ne pas tout comprendre Ă  la fois
C’est difficile de garder trace de soi-mĂŞme tombant du ciel

Ils se sont fait Ă©liminer rapidement de l’Ă©mission et ils surrĂ©agissent un peu : je te rappelle qu’on parle quand mĂŞme de gens qui pensaient devenir Top Chef avec une pauvre tarte aux pommes et deux boules de glace noisette et bouvreuil.

We’re half awake in a fake empire

We’re half awake in a fake empire

Nous sommes à moitié réveillés dans un faux empire. Nous sommes à moitié réveillés dans un faux empire.
C’est une très belle chanson porteuse d’espoir, puisqu’elle rappelle aux enfants qu’il faut avoir un peu de respect pour la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ©. Mais Gunda, ma community manager imaginaire, me signale que ce n’est pas vraiment de la musique de jeunes non plus, au temps pour moi.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (3 votes, moyenne: 4.67)
Pondu par raph le Sunday 2 June 2013 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La banničre est de Luria