Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Tu l’as dit, Buffy

La pĂ©tulante PĂ©tronille et le volubile Odieux Connard m’ont fait dĂ©couvrir l’existence (parce que nous, les vieux, on n’y connaĂ®t rien Ă  toute cette musique de jeunes) de « En transe… ylvanie »*, premier single extrait du nouveau spectacle musical (LOL) de Kamel Ouali (LOL) Ă©crit par Adrien Gallo des BB Brunes (LOL) et mis en musique par Axel Bauer (LOL) : « Dracula » (LOL). Pour te donner une Ă©chelle de grandeur, disons que le seul moyen de faire plus consternant, ce serait « Le premier extrait du diaporama 3D de Zaz et Pascal Obispo sur le tripoux du Rouergue ».

Mais si Kamel Ouali s’attaque Ă  la vie du comte, ce n’est pas un hasard : les vampires fascinent. Tu mets deux vampires dans un roman pour ados tout mou, ça devient un carton. C’est comme ça. Je suis d’ailleurs Ă©tonnĂ© qu’on n’exploite pas plus le filon, dès qu’un truc peine Ă  trouver son audience, CarrĂ© Viiip, FC Vaduz, film d’art et d’essai suĂ©dois, hop, deux vampires et tout va mieux.

Mais pourquoi les vampires fascinent-ils autant ? Les scientifiques se perdent en conjectures.

C’est parce qu’ils boivent du sang : Mouais. Un bon filet de boeuf, ça se mange saignant (avec de la purĂ©e), sinon c’est du gâchis, et personne n’a jamais pensĂ© Ă  faire de comĂ©die musicale sur un type qui commande un steak au restaurant. (L’esprit de Jean-Marie Bigard m’est apparu en songe et m’a dictĂ© cette blague, je vous la livre telle quelle : « Moi, j’ai un pote, le gars, il se tape des boudins, et ben je peux te dire que ça a rien de fascinant, connard »)

C’est Ă  cause de la jeunesse Ă©ternelle : Tu parles d’une connerie. Les boutons, les remps trop relou qui te laissent pas aller Ă  la boum de bestah (oui, quand tu es Ă©ternellement jeune, tu parles forcĂ©ment le jeune de douze gĂ©nĂ©rations diffĂ©rentes, un peu comme les ados des films français), c’est vraiment pas super bath. En plus, Edward, le hĂ©ros de la saga « Twilight Ă©tait fermĂ© de l’intĂ©rieur », il a la jeunesse Ă©ternelle et il est encore au lycĂ©e ? Il serait pas un peu stupide ?

C’est Ă  cause des dents : Cet argument se tient, mais seulement si tu es dentiste.

C’est parce qu’ils vivent la nuit : les mecs qui nettoient les McDo aussi vivent la nuit, j’en fais pas tout une saga.

Oui mais en plus ils portent des capes : Ça, d’accord, c’est classe. Mais ça doit se trouver dans une bonne caperie.

Ils viennent de Transylvanie, une région extrêmement envoûtante : le CF Gloria Bistrita évolue précisément en Transylvanie, pas très loin de chez le fameux comte Dracula, et franchement, je serais pas capable de te citer un seul de ses joueurs.

Ils se glissent dans ta chambre la nuit, ils mordent, ça a un cĂ´tĂ© sensuel : Un bichon fait exactement la mĂŞme chose et il n’y a rien de moins sensuel qu’un bichon.

Les vampires sont mi-hommes, mi-chauve-souris (et re-mi-homme derrière) : Oui alors pardon mais si je devais ĂŞtre mi-animal, je choisirais un truc genre bonobo, loutre, coati, faisan, wombat, caracal, quelque chose d’un peu prestigieux, et avec une vie classe, pas une bestiole qui dort la tĂŞte en bas dans des granges et se fait bouffer par mon chat en laissant bĂŞtement ses boyaux traĂ®ner sous mes pieds.

C’est parce qu’ils sont mystĂ©rieux : Oui mais alors lĂ  non, s’il faut se passionner pour tout ce qui est mystĂ©rieux, on n’en a pas fini. Laurent Romejko, par exemple, il est super mystĂ©rieux. Est-ce que je regarde des Chiffres et des Lettres pour autant ? Non ! ils ont changĂ© l’horaire au mĂ©pris des besoins des honnĂŞtes travailleurs.

C’est parce qu’ils dĂ©testent l’ail : Ça, Ă©ventuellement, ça peut ĂŞtre possible. Si tu as une famille un peu portĂ©e sur l’assaisonnement, et qu’après chaque gigot, on doit dĂ©crĂ©ter une zone d’exclusion de 5 mètres autour de toi pendant une bonne semaine, malgrĂ© ton ingestion quotidienne de trois tubes dentifrice, c’est possible que tu rĂŞves de dire « Papa, maman, je vous prĂ©sente Fulberto, par contre je vous prĂ©viens, c’est un vampire, on va pas pouvoir rester manger, rapport Ă  l’ail, il nous invite dans un endroit super classe, mais on sera de retour tĂ´t, il ne faut pas vous ronger les sangs ».

C’est parce qu’ils sont morts-vivants et que c’est très fascinant : je comprends. Un jour on m’a offert des petites coupes Ă  dessert, on m’a dit « c’est pour faire des chauds-froids ». On retrouve le mĂŞme principe, le cĂ´tĂ© oxymoresque, l’opposition de chaleur. Ça m’a fascinĂ©. Et puis ça fait de super cendriers.

Ils fascinent parce que le vampire contre-attaque : L’esprit de Laurent Ruquier m’est apparu en songe et m’a glissĂ© cette excellente blague.

* Si toi aussi, chez toi, tu cherches Ă  Ă©crire des chansons cool pour Kamel Ouali, attention, « En transe… ylvanie », ce n’est pas un jeu de mots. « MoralitĂ©, il est mort alitĂ©, tout passe, tout casse, le joint, le cul lassent » ou « Et le dĂ©sir s’accroĂ®t quand l’effet se recule », ce sont des jeux de mots. « C’est une pie qui voit une autre pie et lui dit « alors, on fait pie-pie ? » », c’est un jeu de mots consternant**. « En transe… ylvanie » ou « J’aime les pandas… lousie », c’est juste un moyen d’user sa touche … pour pouvoir en acheter une nouvelle.
** Tiens, un peu comme « Moi ? Parler du mariage royal ? Franchement, il y a bien plus intĂ©ressant comme sujet… de sa MajestĂ© ! »


:\'(:-/:-):-D\\o/ (9 votes, moyenne: 5.00)
Pondu par raph le Friday 29 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

avec un grand A

Aujourd’hui (bon ok en fait hier, mais je n’ai pas eu le temps de terminer mon article, j’avais les quinze ans des PokĂ©mon Ă  cĂ©lĂ©brer), l’accident de la centrale nuclĂ©aire de Tchernobyl fĂŞte ses 25 ans. Bonne fĂŞte Ă  tous les enfants Ă  trois bras. Une catastrophe ne venant jamais seule, cette semaine, nous fĂŞtons aussi les dix ans de l’arrivĂ©e de la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© en France et, par effet collatĂ©ral, en Suisse romande, toujours très inspirĂ©e par les avancĂ©es culturelles de sa voisine.

Penchons-nous donc sur cette décennie et sur les nombreux apports de la télé-réalité à notre société :

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type classique, celle oĂą il ne se passe absolument rien, type “Loft Story”, “Nice People” ou encore “l’Ă®le des mots flĂ©chĂ©s”, a rĂ©conciliĂ© avec l’ennui tout une gĂ©nĂ©ration d’employĂ©s de bureau, a prouvĂ© que la vacuitĂ© pouvait ĂŞtre sympathique, mais surtout, a rappelĂ© Ă  tout une gĂ©nĂ©ration traumatisĂ©e par des annĂ©es de bons sentiments tĂ©lĂ©visuels Ă  quel point c’est bon de se moquer. Et c’est Ă  mon avis dans cette voie qu’il faut chercher l’avenir de l’armĂ©e suisse : 15 semaines, 200 candidats, beaucoup de temps perdu, des rĂ©pliques culte comme “qui c’est qu’a pĂ©tĂ©” ou “Ă©tablissez un hĂ©risson front ma main”, chaque vendredi, le public Ă©limine les plus mauvais et Ă  la fin, ceux qui n’ont pas Ă©tĂ© capables de se faire Ă©liminer gagnent un grade.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type karaokesque, façon Nouvelle star ou X-Factor, qui n’est pas un remake de Fear factor avec des stars du X, comme je le croyais, parce que je ne regarde plus la tĂ©lĂ© pour enfin devenir un bobo et manger des pizzas cool, qui nous a donnĂ© beaucoup de grands noms de la chanson, comme Cyril Cinelu ou Myriam Abel et a fait naĂ®tre bien des vocations, par exemple Ă  un moment, j’ai eu envie de devenir orthophoniste.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type rĂ©insertif, celle oĂą on va rechercher des has-been pour en faire des ringards et inversement, comme dans “Sortez-moi de lĂ  je suis une cĂ©lĂ©britĂ©”, est une excellente publicitĂ© pour le recyclage, surtout avec l’apparition de la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© bi-rĂ©insertive, qui recycle des anciens participants d’autres Ă©missions.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type agricole, comme “l’Amour est dans le prĂ©” ou “la Ferme cĂ©lĂ©britĂ©”, a fait Ă©normĂ©ment, plus mĂŞme que FarmVille, pour la rĂ©habilitation de l’agriculture, profession nĂ©cessaire, belle et mal considĂ©rĂ©e. Et puis, Ă  titre personnel, en tant qu’habitant plus ou moins rĂ©current de localitĂ©s oĂą l’on sent encore un secteur primaire bien prĂ©sent, voir toutes ces exploitations sans que jamais l’odeur du champ fraĂ®chement purinĂ© ne vienne nous titiller les narines, j’aime bien.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type aventurier, Koh-Lanta spĂ©ciale Vanuatu ou PĂ©kin Express sur la route des Andes, nous a permis de relativiser toutes ces histoires de gĂ©ographie, si futiles Ă  l’heure de la mondialisation. C’est grâce Ă  elle qu’aujourd’hui, enfin, on accepte l’idĂ©e d’un Paris-Dakar en AmĂ©rique du Sud ou de Gruyère français.
Mais la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type aventurier a d’autres atouts. Elle nous familiarise avec l’idĂ©e de manger des insectes, si utile Ă  l’heure d’enfourcher son vĂ©lo pour avoir l’air Ă©colo. Et, surtout, elle redonne de l’espoir Ă  bien des rĂ©alisateurs amateur : oui, il est facile de faire complètement oublier aux tĂ©lĂ©spectateurs que oui, lĂ , au milieu de rien, dans ce dĂ©sert hostile oĂą l’homme est face Ă  lui-mĂŞme, il y a douze camĂ©ramans, un preneur de son, de l’Ă©clairage, des mètres de câble partout et le sandwich du deuxième assistant rĂ©alisateur que sa maman lui a fait.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type incomprĂ©hensible, illustrĂ©e par mon Ă©mission prĂ©fĂ©rĂ©e du genre, Le Royaume, a prouvĂ© Ă  tous les organisateurs de soirĂ©es jeux que plus de 47 minutes d’explication des règles, c’Ă©tait pas une bonne idĂ©e.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type culinaire, comme Un dĂ®ner presque parfait et Top chef, prouve Ă  tous les amateurs de junk food que c’est très simple de cuisiner un bon petit plat avec des ingrĂ©dients du marchĂ©, les mains dans le dos, une enclume attachĂ©e aux gencives et un jury impitoyable qui te lance des pierres.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type coachons, Ă©mouvante ode au quart d’heure de gloire dont tout le monde peut aujourd’hui rĂŞver, oĂą l’on vient t’expliquer comment te relooker, faire ton mĂ©nage, repeindre ton plafond en Ă©change d’un petit quart d’heure d’humiliation publique.

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type meetique, avec d’audacieuses Ă©missions comme “l’Ă®le de la tentation” oĂą des amoureux transis peuvent se prouver la fidĂ©litĂ© de leur engagement, avec d’Ă©mouvantes Ă©missions comme “Next” qui illustrent Ă  merveille qu’on ne voit bien qu’av

La tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de type helvĂ©tique, celle qui essaie de ne pas ĂŞtre voyeuse, mais d’apporter quelque chose au tĂ©lĂ©spectateur, comme “Y a pas pire conducteur” ou “5 de der”, et qui finit invariablement par ĂŞtre extrĂŞmement chiante, car on peut bien faire de la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© sans renier nos valeurs ancestrales.

Et puis surtout, n’oublions pas l’apport capital de la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© sur l’Ă©conomie : sans ses innombrables stars Ă©phĂ©mères, les trois-quarts de la presse people seraient en faillite, et les 112 chaĂ®nes du câbles ne sauraient plus quels invitĂ©s exclusifs convier Ă  leurs passionnants dĂ©bats sur l’avenir de la saucisse dans l’aligot.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (5 votes, moyenne: 5.00)
Pondu par raph le Wednesday 27 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

J’ai dĂ©cidĂ© de m’aigrir

Tout le monde le sait, la fin du monde est prĂ©vue pour le 21.12.2012. Et au vu des prĂ©liminaires, c’est mal parti pour une fin genre “On fait un bisou et on Ă©teint la lumière”. On est nettement plus sur du “On Ă©teint la lumière, on se montre nos cĂ´tĂ©s sombres et on zigouille tout le monde Ă  la petite cuillère”.

Pour se protĂ©ger de la fin du monde, oublie, c’est foutu, c’est Ă©crit dans les calendriers mayas, c’est te dire l’inĂ©luctabilitĂ© du truc. Mais on peut un peu minimiser son impact Ă©motionnel. En se dĂ©pĂŞchant de tomber dans la misanthropie.

Et pour cela, l’homme moderne a un outil formidable : les rĂ©seaux sociaux. Si tu sais choisir convenablement tes amis, Facebook et Twitter sont un peu comme un mĂ©tro Ă  l’heure de pointe pour un tĂ©lĂ©pathe : une incitation Ă  dĂ©vorer en quatrième vitesse le best-seller « Osez… vivre en ermite ».

Mais pour la misanthropie comme pour la procrastination ou pour les sitcoms en live, le plus important est de bien choisir ses amis. Il faudra donc te munir d’un compte Facebook, d’un compte Twitter et des amis suivants :

le dragueur compulsif
L’Ă©quivalent virtuel du mec qui, dans les soirĂ©es, commence par scruter ostensiblement l’assemblĂ©e, les mains dans le dos, Ă  la manière d’un Ă©leveur bovin dans une foire aux bestiaux, Ă  la recherche d’une personne sur qui balancer sauvagement son dĂ©volu. Lui, il fait ça dans ta liste d’amis Facebook. Tout, pour lui, est sujet Ă  l’interprĂ©tation graveleuse, au sous-entendu vaseux, au like libidineux. Il commencera par t’amuser, te fera un peu de peine s’il est du genre Ă  manger Ă  tous les râteaux, mais te confortera assez vite dans l’idĂ©e que le mâle de sexe masculin n’est guère frĂ©quentable. Et, si ça se trouve, il parviendra Ă  conclure avec Pernula, que tu couvrais pourtant de pokes depuis des mois.

le narcissique dépressif
Avec, avouons-le, un certain talent et une imagination sans bornes, il arrive Ă  se plaindre de tout. Un vent de libertĂ© souffle sur l’Afrique du Nord ? “Je vais devoir annuler mes vacances” Une centrale explose au Japon ? “Pff, je ne vais plus pouvoir manger de sushis”. Tu annonces, Ă©plorĂ©, Ă  la virtualitĂ© tout entière le dĂ©cès de ton caniche nain ou de ton grand-père ? Il est le premier Ă  commenter “Pff c’est comme moi, j’ai un rhume”

l’optimiste
Il est plutĂ´t sympa, mais sa tendance Ă  s’enthousiasmer pour un oui pour un non finit par te rappeler que… Bon, ok, c’est juste moi qui ai un problème sĂ©rieux avec les gens qui emploient plus de dix-sept points d’exclamation par phrase, suite Ă  un terrible accident de ponctuation.

le mec au premier degré
Incapable de saisir la moindre ironie alors qu’il passe la moitiĂ© de ses journĂ©es sur Twitter, un rĂ©seau social principalement dĂ©diĂ© aux jeux de mots sur les lapsus, les morts et les catastrophes naturelles, il est tout Ă  fait capable de t’expliquer tes propres blagues. D’oĂą hĂ©sitation entre laisser passer, en rajouter une couche ou t’abaisser au dĂ©sormais condamnĂ© par toutes les instances compĂ©tentes “han mais c’est du deuxième degrĂ©”, d’oĂą frustration, d’oĂą aigreur, d’oĂą misanthropie rĂ©ussie.

le naĂŻf
Parce que bon. La première fois que tu l’as vu cliquer sur “Incroyable, regardez ce qu’il a fait après avoir mangĂ© un kougloff”, tu n’as rien dit. La deuxième fois (“Cauet raconte une super blague Ă  un kougloff”), non plus. La troisième, “Cette fille nue mange tous ses vĂŞtements en les confondant avec un kougloff”, toujours pas. Mais il t’invite huit fois par jour Ă  deviner qui regarde le plus ton profil (en mangeant du kougloff) et ça commence Ă  t’inquiĂ©ter, il est quand mĂŞme maire de ta commune.

Eric Stauffer

le chat
A priori, il est plutĂ´t sympa, mĂŞme s’il publie des vidĂ©os de chats et des jeux de mots, et joue Ă  FarmVille. Mais le problème, c’est qu’il a des amis. Beaucoup. Qui ont l’air de penser qu’ils sont vraiment des chats. Et te donnent envie de faire du tennis.

le geek autoproclamé
Il adore internet, il connaĂ®t tous les mèmes, il sait mĂŞme que ça ne s’Ă©crit pas comme ça. Sa plus grande joie dans la vie c’est de t’avoir rickrollĂ©, il utilise Ă  dessein et sans sourciller des trucs bizarres comme haters gonna hate ou pathignon, il dit +1 quand il est d’accord avec quelqu’un, il appelle tous les blogueurs Ă  la mode du moment par leur prĂ©nom, il a lu et applique Ă  la lettre les 1512 articles intitulĂ©s « comment gagner des followers sur twitter » sans jamais se demander « pourquoi gagner des followers sur twitter ». Il retweete tout ce que dit @maitre_eolas, mĂŞme s’il n’y a rien compris. Surtout s’il n’y a rien compris. Il se tient au courant de l’actualitĂ© pour pouvoir ĂŞtre le premier Ă  faire des jeux de mots dessus, et ainsi, gloire suprĂŞme, ĂŞtre citĂ© dans le premier article de 20minutes ou de melty qui parlera du hashtag cool de ces 20 dernières minutes. Il dit merci et bonsoir pas parce qu’il trouve ça dans le contexte, mais parce qu’il a lu que ça se faisait, un peu comme un type qui aurait appris par coeur tout Nadine de Rotschild mais se moucherait dans la nappe parce que c’est pas prĂ©cisĂ© qu’il ne faut pas le faire.
Un jour, il a fait une phrase complète entièrement de lui, sans rien copier sur personne. Depuis, il a très peur pour sa e-reputation.

le mec qui n’en manque pas une pour faire son auto-promo


:\'(:-/:-):-D\\o/ (5 votes, moyenne: 4.40)
Pondu par raph le Wednesday 20 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Hari Sheldon Cooper

La semaine dernière, l’Office fĂ©dĂ©ral de la statistique nous apprenait qu’en 2035, un quart de la population aurait plus de 65 ans.
Un chiffre qu’il est bon de connaĂ®tre : cela nous laisse 24 ans pour tourner de nouveaux Ă©pisodes de l’inspecteur Derrick. Mais comment arrive-t-on Ă  le dĂ©terminer ? Le calcul est compliquĂ©, car il faut prendre en compte de nombreux facteurs.

Il y a :
23% de chances que rien de spécial ne se passe avant 2035.
11,4% de chances que d’ici 2028, la France tombe en faillite, que tous les retraitĂ©s suisses n’en profitent pour acheter un bout de terrain pas cher quelque part entre le Var et l’HĂ©rault et qu’ils y meurent de la terrible Canicule de 2029.
2,7% de chances que d’ici 2028, la France tombe en faillite, que tous les retraitĂ©s suisses n’en profitent pour acheter un bout de terrain pas cher quelque part entre le Var et l’HĂ©rault et que le Sud de la France adopte le Suisse allemand comme langue officielle en 2031.
0,00000000000001% de chances que la Suisse remporte le titre de championne du monde de football 2026 et que cela entraîne un baby-boom sans précédent.
0,000000000000000000000001% de chances que la fin du monde intervienne avant 2035.
0,00000000000000000000000000001% que les furets rĂ©duisent l’homme en esclavage en 2032.
3,7% de chances qu’une lĂ©gère bĂ©vue dans la fabrication de prĂ©servatifs nervurĂ©s pour encore plus de sensations n’entraĂ®ne un baby-boom sans prĂ©cĂ©dents.
14,8% de chances qu’après avoir totalement exploitĂ© le thème des Ă©trangers, l’UDC dĂ©cide de lancer une initiative contre les jeunes, qui terrorisent la population et sont bruyants, incitant une large partie de la population de moins de 38 ans Ă  chercher refuge ailleurs (mais pas dans l’HĂ©rault).
0,17% de chances qu’après avoir totalement exploitĂ© le thème des Ă©trangers, l’UDC dĂ©cide de lancer une initiative contre les vieux, improductifs et pas toujours polis, incitant une large partie de la population de plus de 67 ans Ă  chercher refuge ailleurs.
37,2% que dans une émission spéciale retraités, Alain Morisod invite AC/DC, Motörhead, Judas Priest et Kiss, provoquant moult arrêts cardiaques dans son public traditionnel.
77% de chances que les chiffres sus-mentionnés soient erronés à plus de 77%
17,3 ratons-laveurs


:\'(:-/:-):-D\\o/ (5 votes, moyenne: 4.00)
Pondu par raph le Monday 18 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Donnez-moi une truite arc-en-ciel, je n’en veux pas.

Chaque annĂ©e, Ă  pareille Ă©poque, le PalĂ©o dĂ©voile sa programmation. Chaque annĂ©e, Ă  pareille Ă©poque, la Suisse est Ă  deux doigts d’un nouveau Sonderbund: d’un cĂ´tĂ© ceux qui trouvent, comme l’an dernier et les seize prĂ©cĂ©dents que “Ohlala comment elle est nulle la programmation cette annĂ©e et puis de toutes façons moi j’y vais jamais”, de l’autre ceux qui glapissent de joie mais qui n’auront pas de billets parce qu’ils auront justement besoin d’Ă©ternuer pendant les 23 secondes entre l’ouverture de la billetterie et le moment oĂą c’est guichet fermĂ©. Et qui seront un peu frustrĂ©s de dĂ©couvrir que les premiers citĂ©s ont obtenu une invitation parce que le prĂ©sident de leur choeur mixte connaĂ®t un mec qui est le cousin d’un des plus gros sponsors et qu’ils vont y aller juste pour l’apĂ©ro parce que bon sinon ils y vont jamais, c’est trop un truc de bobos qui s’en foutent de la musique.

La particularitĂ© du PalĂ©o, c’est d’ĂŞtre un festival très Ă©clectique, avec une programmation un peu pour tous les goĂ»ts, ce qui lui reprochent ses dĂ©tracteurs qui aimeraient que la programmation soit faite exprès pour eux, comme au festival de la Chaise Musicale qu’ils organisent, sauf que Queen of the stone age c’Ă©tait trop cher alors on a fait venir les Eskalopps, un groupe très prometteur et plein d’Ă©nergie qui s’est formĂ© la semaine passĂ©e et cherche encore un batteur, avis aux intĂ©ressĂ©s. Par exemple, cette annĂ©e, tu as le choix entre la soirĂ©e The Strokes / PJ Harvey et la soirĂ©e Eddy Mitchell / CamĂ©lia Jordana. Mais, qui sait, ces hasards de calendriers peuvent dĂ©boucher sur de belles rencontres et peut-ĂŞtre mĂŞme sur de futures collaborations ?

Dans l’optique d’un Ă©ventuel duo Cali – Zaz, j’ai pris la libertĂ© d’Ă©crire les paroles de leur future chanson. Et justement, ça s’appelle LibertĂ©.

La libertĂ©, c’est quand on est libre,
Que dans nos coeurs l’espoir vibre,
De lendemains sans entraves,
Comme des enfants hors de la cave.

[Refrain]
La libertĂ©, c’est bien
Et la guerre, c’est pas bien
Les oiseaux c’est bien joli
Sauf les vautours qui sont moins jolis

Si tu es contre la liberté,
On est vraiment trop dégoûtés,
Parce que nous, on est pour,
Ça nous remplit de joie et d’amour.

[Refrain]
La libertĂ©, c’est bien
Et la guerre, c’est pas bien
ĂŠtre en prison, c’est nul,
Avec sursis, c’est moins nul

Trop de gens sont enchaînés
Comme des oiseaux malmenés
Par le chasseur tragique
Qui ne pense qu’Ă  gagner du fric.

[Refrain]
La libertĂ©, c’est bien
Et la guerre, c’est pas bien
Le chĂ´mage, c’est pas bien
Le travail, c’est pas bien
(attention y a un piège
on est tellement espièges)

Si tu es pour la liberté,
Comme on serait pour l’Ă©tĂ©,
On est trop comme toi,
Dansons, dansons, pendant des mois.

[Refrain]
La libertĂ©, c’est bien
Et la guerre, c’est pas bien
L’amour c’est encore mieux
La mort c’est bien moins mieux


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.67)
Pondu par raph le Tuesday 5 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

1, 2, 3 Mickey, Donald et moi

Quand l’humain a inventĂ© les chiffres et les nombres, il a commencĂ© par ne pas en faire grand chose. Puis il a dĂ©cidĂ© de trouver des applications pratiques, pour ne pas avoir appris Ă  compter jusqu’Ă  147 pour rien.

En cette Ă©poque oĂą la nature Ă©tait hostile et les Ă©lĂ©ments dĂ©chaĂ®nĂ©s, les compĂ©titions sportives Ă©taient rares : si tu Ă©tais mauvais au 10’000 mètres haies, tu avais de toute façon fini depuis longtemps en croquettes pour tigre Ă  dents de sabre.
Par une longue soirĂ©e d’hiver, un dĂ©nommĂ© UhhGruhr inventa le loto. Cela permettait d’utiliser des chiffres jusque lĂ  sous-exploitĂ©, comme 47, 23, 68 et 76 et de s’occuper intelligemment. Or, il advint que l’on remarqua assez vite que les vainqueurs de ces compĂ©titions acharnĂ©es exerçaient une Ă©trange fascination sur leurs pairs. UUhHGruhr, 33 fois vainqueur du Super Loto, avait rĂ©gulièrement droit aux meilleurs morceaux des mammouths, voire parfois aux meilleurs morceaux de ses pairs.

En cette Ă©poque fruste, ces perpĂ©tuelles quĂŞtes de la chère et de la chair avaient, hĂ©las !, bien plus d’influence que le bonheur de l’Ă©lĂ©vation spirituelle. C’est pourquoi les compĂ©titions commencèrent Ă  se multiplier. C’est Ă  cette Ă©poque que fut par exemple inventĂ© le football mais, comme le ballon n’existait pas encore, l’idĂ©e fit long feu.

Mais c’est dès la fin du XIXe siècle, Ă©poque oĂą les Anglais, qui devaient quand mĂŞme sacrĂ©ment s’ennuyer, inventaient trois nouveaux sports par semaine, que les classements eurent leur heure de gloire. Aujourd’hui, ils sont partout, omniprĂ©sents, du concours de l’Eurovision des tenues Ă  paillettes Ă  l’Ă©lection de Miss Fromages du Nord, au point que si tu n’as jamais Ă©tĂ© 23e de quelque chose Ă  50 ans, tu as ratĂ© ta vie.

Il est, heureusement, des domaines oĂą les classements n’ont pas droit de citĂ©. Un exemple au hasard : la paix. Jamais on n’offrira de rĂ©compense au meilleur dans ce domaine-lĂ , tant il n’est pas compatible avec l’idĂ©e mĂŞme de compĂ©tition. Je ne sais mĂŞme pas trop comment je suis arrivĂ© Ă  cette idĂ©e.
Ou la littĂ©rature. Comparer des styles, des techniques, des mondes diffĂ©rents et dire “Bon alors tertio Musso, deuxio Nothomb et primo LĂ©vy”, c’est absurde.
Autre exemple plus rĂ©cent, les blogs. D’une part parce que les blogueurs sont mus par l’envie de crĂ©er, par la passion de communiquer, par le besoin de s’exprimer, pas par l’envie d’ĂŞtre vingt-deuxièmes ou septante-quatrièmes, il y a des hĂ´tels, pour ça. De l’autre, parce qu’un blog est un outil, et que comparer les utilisateurs d’un mĂŞme outil est une idĂ©e idiote, qui ne viendrait Ă  l’esprit de personne : “Meilleur utilisateur d’Ă©crous, Fulgor Chompard, garagiste, devance PulchĂ©rie Catachrèse, plombière et Matteo-Eudes Swanson, Ă©leveur de PokĂ©mon”. Ou encore : “Surprise lors de la remise des Oscars de presse-purĂ©es, oĂą Fulgor Chompard, restaurateur, patron du premier bar Ă  purĂ©es du monde, et PulchĂ©rie Catachrèse, inventeur du hachetague #jemangeraisbiendelapuree, grandissimes favoris, ont Ă©tĂ© devancĂ©s par Matteo-Eudes Swanson, cĂ©lèbre pour avoir assassinĂ© sa femme au presse-purĂ©e”.

Tout ça pour te dire qu’un truc tel que :
CLASSEMENT MONDIAL WIKIO DES MEILLEURS BLOGUEURS SUISSES DE L’UNIVERS EN EXCLUSIVITE MONDIALE

1 Fattorius
2 Audouchoc
3 Le blog de Louis Lepioufle
4 Les chroniques d’AngĂ©lique
5 Juan-Carlos Hernandez – Stage Photographer (Jazz Music Dance Theater Live Instruments Performance)
6 Bon pour ton poil
7 Lyonel Kaufmann blogue…
8 Les chroniques numériques de Bernard Rappaz
9 tsr.ch – Info – Le carnet de route d’Yves Magat
10 Sarah babille
11 La marinière
12 Blogeek
13 funambul(in)e
14 ptite-boukinette
15 VictoriaMarchand.ch
16 Top Slurp avec Estèbe
17 tsr.ch – La chronique mĂ©tĂ©o de Philippe Jea
18 Macbrains
19 Mille plateaux
20 InfGov’s Blog par Claude Super

Classement réalisé par Wikio

n’a strictement aucun sens.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (3 votes, moyenne: 4.33)
Pondu par raph le Saturday 2 April 2011 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La banničre est de Luria