Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Dans les choux

Parmi les phénomènes que les scientifiques ne parviennent toujours pas à expliquer, le plus effrayant est celui de la mode.
Imagine un peu. Des extraterrestres dĂ©barquent sur terre et tu essaies de leur expliquer calmement que le mĂŞme poncho en velours peut ĂŞtre, en l’espace de deux ans, ridicule, ĂĽbertendance puis totalement dĂ©passĂ©, sans la moindre modification de sa structure molĂ©culaire (sauf qu’il Ă©tait restĂ© au fond de l’armoire et que oh c’est mignon, le chat s’en est servi comme couverture). Comment vas-tu t’y prendre (sachant qu’en plus ils ont sept bras et parlent un dialecte oĂą poncho veut dire “excusez-moi madame, mais je pense que vous avez un fer Ă  souder coincĂ© entre les fanons”, d’oĂą quiproquo amusant, mais gĂŞnant) ?

Si, en l’Ă©tat actuel des connaissances, il est impossible d’expliquer pourquoi les gens s’intĂ©ressent Ă  la mode, on peut vaguement comprendre pourquoi elles dĂ©marrent. En cherchant Ă  qui profite le crime.
Prends les modes musicales, par exemple. Au dĂ©but, tu as un groupe qui parvient Ă  sortir de la masse grâce Ă  son originalitĂ© (musicale ou capillaire). Puis 4232 clones apparaissent. Le chanteur du plus connu des clones meurt d’une overdose, le bassiste du deuxième plus connu des clones sort avec un mannequin, la presse spĂ©cialisĂ©e Ă©voque la haine que se portent ces deux groupes pendant que celui du dĂ©but sombre dans l’oubli. Des adolescents achètent des t-shirts et/ou s’Ă©vanouissent pendant les concerts. Bon. Mais pour tout ça, au dĂ©but, il faut une major qui pousse le groupe puis un journaliste qui avait un quart de page Ă  remplir et titre “la nouvelle folie joddlecore”.

Tu remarqueras d’ailleurs qu’il suffit souvent que quelqu’un, mais pas ta coiffeuse, plutĂ´t quelqu’un dans ta tĂ©lĂ©, affirme qu’un truc est super Ă  la mode pour qu’effectivement, il le devienne. Tu remarqueras que des millions de gens ont poussĂ© le vice jusqu’Ă  remplir des grilles de sudoku deux jours après le reportage de notre envoyĂ© spĂ©cial “la nouvelle folie sudoku”. Tu remarqueras aussi que le reportage prĂ©cède souvent de très peu l’apparition de tas de produits dĂ©rivĂ©s mais tu n’en tireras pas de dĂ©ductions, merci, je trouve que tu as l’esprit un peu retors.

Bon. Mais il y a des modes qui n’ont apparemment aucune logique commerciale. Les modes de prĂ©noms, par exemple. Tes copains entre 25 et 30 ans s’appellent tous Julien, tu rigoles dès que tu entends le nom Kevin et ton pote prof d’Ă©cole primaire a 11 Matteo dans la mĂŞme classe, pendant que tes copains qui viennent d’avoir un bĂ©bĂ© trouvent ça chou et tellement original, les prĂ©noms anciens.
Et dans 60 ans, tu entendras des gens dire LĂ©a ? Mais c’est un prĂ©nom de vieille ça ! et s’entendre rĂ©pondre Ah non mais ça revient Ă  la mode, les prĂ©noms dĂ©suets, d’ailleurs si c’est un garçon on l’appellera Lucas.

Donc, d’un cĂ´tĂ©, aucune explication logique au fait que tout le monde ait envie d’appeler son gosse pareil en mĂŞme temps. Tu imagines, tu es dans la rue, ta fille est en train de jongler avec des bĂ©bĂ©s phoques, soudain elle s’approche un peu trop du trottoir, tu cries “reviens immĂ©diatement, Jean-Edern” et lĂ , 34 fillettes blondes reviennent immĂ©diatement, n’est-ce pas terriblement problĂ©matique ? alors que si tu l’avais plutĂ´t appelĂ©e Bernard-Henri, on n’en serait pas lĂ  aujourd’hui. Mais d’un autre cĂ´tĂ©, qui aurait intĂ©rĂŞt Ă  manipuler le gouvernement et la presse afin de pousser la population Ă  appeler son fils Horst ?

Exactement. Les fabricants de bols souvenirs nous manipulent dans le but sournois d’Ă©couler leurs stocks.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (30 votes, moyenne: 4.70)
Pondu par raph le Friday 30 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

We Feet

Il y a une Ă©poque, je sais pas si tu te souviens, les appareils Ă©lectromĂ©nagers survivaient plus de trois semaines Ă  leur garantie. Par exemple, moi, dans la vie, j’ai une très vieille tĂ©lĂ©. Tellement vieille que y a un temps, je la regardais, parce que dieu n’avait pas encore inventĂ© msn. Tellement vieille que, tu vois, je peux pas l’abandonner comme ça, au bord d’une autoroute, pour la remplacer par un vulgaire Ă©cran plat, après tout ce qu’on a vĂ©cu ensemble (une soirĂ©e Shining, la coupe du monde 2002, Dream On avec le son tout bas pour pas qu’on me signale que non mais t’as pas cours demain?,…)

Du coup, tu comprendras bien qu’il m’est impossible de faire comme sur tous les blogs et de te parler de la wii-fit.

Du coup, j’ai Ă©tĂ© obligĂ©, constatant que le canapĂ© sis face Ă  la dite tĂ©lĂ© commençait lentement mais sĂ»rement Ă  Ă©pouser la forme veloutĂ©e de mes fesses Ă©vanescentes, tandis qu’Ă  l’inverse, mon ventre jadis jalousĂ© commençait Ă  trahir lĂ©gèrement la tendresse que je porte aux boissons houblonneuses, de tester un truc archaĂŻque, le fit sans wii.

Mais pas dans une salle de sport ni sur un terrain de squash, hein, faut pas dĂ©conner, c’est un blog respectable, ici, y a des enfants qui pourraient tomber dessus en plus. J’ai donc testĂ© pour toi le Nordic Walking, mais sans bâtons. Un sport hype, vivifiant et on sait jamais, au cours de mes 12 heures de pc par jour, je pourrais croiser une fan de randonnĂ©e, les chances sont minces, mais tout de mĂŞme, faut que je m’entraĂ®ne au cas oĂą. Oui, en gros, j’ai Ă©tĂ© me promener, quoi.

Alors comme ça, ça n’a l’air de rien mais crois moi, ce n’est pas un sport sans dangers.

Au dĂ©but, il fait beau, tu es plein d’entrain, d’espoir et de mp3. Tu arrives vers les petits panneaux jaunes, tu te dis 3 heures, ça a l’air faisable, je vais suivre plutĂ´t celui-lĂ  .

Et tu commences Ă  monter, plein d’entrain et de vigueur. L’air poudroie, les buses cacadent, les chevreuils chevrotent, tu es seul au monde, l’esprit libre et la jambe alerte.
Et tu montes encore.
Et encore.
Un coup d’oeil en contrebas, vers un panorama magnifique…
Et lĂ  , tu te rends compte que le panorama magnifique, c’est ton point de dĂ©part.
Plus petit qu’avant, certes, mais c’est ton point de dĂ©part.
Devant toi, la route a pas l’air de vouloir s’arrĂŞter de grimper.
Et y a personne, bordel. Seul trouble l’inquiĂ©tant silence le cri dĂ©chirant d’un… ah non, c’est juste ton tĂ©lĂ©phone qui vient de sonner, tu viens de recevoir un sms, tu en profites pour constater que sur les 3 heures, il te reste environ 2 heures 48.

Tu repars, plein de crampes et d’entrain, parce que si tu mourais de fatigue ici, sĂ»r que les secours se moqueraient en portant ta dĂ©pouille encore fumante. Tu es toujours seul au monde, ah non, tiens en fait y a des gens qui montent en voiture, ils sont rusĂ©s, j’aurais dĂ» faire pareil. Mais tu tiens bon, tu t’accroches. Quand, au deuxième panneau jaune, tu te rends compte que tu as mis une demi-heure dans la vue aux poseurs de panneaux, tu commences Ă  te ressentir lĂ©ger et primesautier, surtout que tu es sorti de la forĂŞt, il y a des gentianes et des autres fleurs, plutĂ´t genre bleues.

Les mecs des panneaux dĂ©cident de se venger de toi, d’abord en dĂ©cidant de faire grève Ă  une intersection pourtant tripartite, puis en racontant franchement n’importe quoi.

Tu commences Ă  sentir le second souffle arriver, sauf qu’objectivement c’est plutĂ´t le 4 ou 5ème, tu es Ă  nouveau plein d’entrain et tu commences Ă  imaginer un petit Moutier – Genève par les crĂŞtes cet Ă©tĂ©. C’est Ă  ce moment lĂ  que tu croises deux types, environ cinq fois ton âge, immĂ©diatement suivis par deux sac Ă  dos, environ cinq fois ton poids et qui n’ont absolument pas l’air (je parle des vieux, pas des sacs)(je crois que cette blague est interdite depuis environ 1922) essoufflĂ©.

Et lĂ , tu dĂ©cides d’attendre qu’on construise un tĂ©lĂ©phĂ©rique pour redescendre.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (27 votes, moyenne: 4.63)
Pondu par raph le Monday 26 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Avant, tu riais

Il y a trois films dont il est difficile de ne pas entendre causer en ce moment.
Bienvenue chez les Ch’tis, d’abord, qui vient de dĂ©passer la barre des beaucoup de spectateurs, des tas de millions de gens se sont pressĂ©s au cinĂ©ma pour avoir la confirmation que oui, avec un peu de bonne volontĂ©, il est possible de tenir pendant 108 minutes avec comme propos “dans le Nord, ils ont pas le mĂŞme accent que dans le Sud”, vivement qu’un mec adapte la blague du fou qui repeint son plafond pour le grand Ă©cran.

Sex and the City, ensuite, qu’on ne peut pas traduire par Baise en Ville, adaptation probablement mauvaise d’une sĂ©rie qui a rĂ©ussi Ă  tenir dix ans avec comme propos “des fois, des femmes et des hommes ont des relations sexuelles”.

Et puis le nouvel Indiana Jones, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal.
Indiana est un archĂ©ologue retraitĂ©. Il se souvient du temps de sa splendeur passĂ©e en picolant dans des bars louches de la banlieue de Tegucigalpa. C’est lĂ  qu’il rencontre Cristal, qui finance ses Ă©tudes de strip-teaseuse en rĂ©solvant des Ă©quations Ă  treize inconnues dans les pubs des environs. Indiana engage la conversation et propose Ă  Cristal de venir chez lui regarder sa grosse collection d’objets antiques. HĂ©las, trois fois (au moins) hĂ©las, la sĂ©millante jeune fille souffre de terribles maux de tĂŞte. Qu’Ă  cela ne tienne, se dit Indiana, toujours pragmatique sauf les premiers mardis du mois de 8 heures 30 Ă  9 heures 16, je vais lui acheter de l’aspirine. Mais oĂą vas-tu trouver une pharmacie d’ouverte Ă  cette heure-ci dans la banlieue de Tegucigalpa ?


Cette radio prouve que effectivement, Cristal souffre d’un sacrĂ© mal de tĂŞte.


– Excusez-moi, jeune homme, pourriez-vous me dire oĂą trouver une pharmacie ?


Le pharmacien accepte d’ouvrir son Ă©choppe, Ă  condition qu’Indiana Jones le batte Ă  feuille caillou ciseaux


Battu, Indy dĂ©cide d’aller chercher une pharmacie Ă  Tegucigalpa, en train


En chemin, il rencontre des tas de gens qui ont aussi mal à la tête et décident de le suivre.


Malheureusement, ils se perdent.


– Alors lĂ , le mec il a fait ciseau et moi feuille…


Pour se dĂ©tendre, Indiana Jones monte un petit spectacle d’ombres chinoises


Et il faut l’admettre, il est très fort.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.80)
Pondu par raph le Thursday 22 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

FĂ©lin pour l’autre

Comme il faut toujours rĂ©pondre aux dĂ©sirs de son lectorat, des photos de nichons, les origines des expressions avoir d’autres chats Ă  fouetter, pas de quoi fouetter un chat, donner sa langue au chat, mettre le chat en rut devant les b½ufs et tu l’aimes ton chaton ? alors reprends-en une tranche

Nous sommes au Moyen-Ă‚ge, un mardi. Une pĂ©riode d’obscurantisme. Les blogs n’ont pas encore Ă©tĂ© inventĂ©s pour apporter paix, amour et connaissance aux peuples et, quand la conjoncture n’est plus ce qu’elle Ă©tait, on prĂ©fère fustiger le premier bouc Ă©missaire venu ou, en pĂ©riode de fièvre caprine, le premier koala Ă©missaire venu.

Quand le prix de l’avoine augmente brusquement, le premier rĂ©flexe est donc de dire “C’est de la faute aux Ă©trangers”. Mais le bon roi Fulgence XLVIII , qui a eu un terrible accident de labrador Ă©tant jeune, ne l’entend pas de cette oreille. En effet, c’est une pĂ©riode marquĂ©e par l’instabilitĂ© politique. Les frontières sont en constante Ă©volution, les profs de gĂ©o en dĂ©pression nerveuse et les Ă©trangers d’aujourd’hui pourraient très bien devenir les voisins de demain si on arrive Ă  marier le petit et Ă  empoisonner le grand. Fulgence XLVIII s’arrange donc pour faire courir le bruit dans la population que ce n’est pas la faute aux Ă©trangers, mais aux chats. A l’Ă©poque, en effet, bien loin d’orner tes cartes postales de vacances, le chat est encore considĂ©rĂ© comme crĂ©ature malĂ©fique. Voire famĂ©lique, la croquette de rĂ©gime pour matou d’appartement ne sera d’ailleurs inventĂ©e que bien longtemps plus tard.

Chaque fois que la situation l’exige, flambĂ©e des prix, mauvaise rĂ©colte, nouvel impĂ´t, Ă©pidĂ©mie, (et alors lĂ , tu te dis que je vais glisser un truc un peu olĂ© olĂ© dans la liste, genre pour provoquer l’hilaritĂ© de par l’aspect saugrenu et inattendu de cet Ă©lĂ©ment)(tu te trompes du tout au tout)(je ne suis pas si prĂ©visible que ça)(je suis un peu vexĂ©) concert de Michel Sardou, les bourreaux municipaux ont pour ordre de capturer quelques chats et de les fouetter jusqu’Ă  ce que flagellation s’ensuive. Seulement, ces fiers artisans estiment que ces nouvelles tâches nuisent Ă  la bonne image de leur corporation. Incapables de dĂ©sobĂ©ir Ă  un ordre royal, car ils ont le sens du devoir autant que l’amour du travail bien fait, ils renâclent tout de mĂŞme, invoquent la surcharge de travail en cette pĂ©riode de crise ou tentent de minimiser les fautes reprochĂ©es aux vils fĂ©lins.

Aujourd’hui, le fouet n’est plus guère employĂ© qu’en cuisine et dans quelques salons SM branchĂ©s, oĂą le chaton n’est que rarement admis, et les bourreaux ont tous perdu leur travail ; leur art sĂ©culaire a Ă©tĂ© sacrifiĂ© sur l’autel du politiquement correct et ils ont dĂ» se reconvertir, ils sont dĂ©sormais patrons ou organisateurs de concerts de Tokio Hotel, et très peu de gens fouettent leur chat, ou alors seulement s’il a fait un truc vraiment grave comme pisser sur le canapĂ© ou organiser une soirĂ©e electro en l’absence de son maĂ®tre. L’expression, par contre, est restĂ©e.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (21 votes, moyenne: 4.48)
Pondu par raph le Monday 19 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

J’ai mangĂ© que 4 lĂ©gumes aujourd’hui, je me sens tout pâle

Deux films plein de testostérone sortent en salle prochainement. Indiana Jones et JCVD.
Si toi aussi, chez toi, tu veux avoir l’air d’un survivor sans devoir passer par des situations terrifiantes et pĂ©rilleuses comme traverser une fosse remplie de serpents ou Ă©couter Arthur et Jean Dujardin se moquer de toi, il y a un moyen simple: l’hypocondrie.
En effet, la somatisation te permet, avec un peu d’entraĂ®nement, de guĂ©rir, dans la mĂŞme semaine, de trois cancers, dont un du sein (ou de la prostate, si tu es une fille), d’un sida et d’une maladie non-rĂ©pertoriĂ©e.

Alors, bien sĂ»r, ça demande un peu d’entraĂ®nement. D’imagination. Il faut rĂ©ussir Ă  te convaincre que si tu es si fatiguĂ©, c’est Ă  cause d’un grave problème sanguin, pas Ă  cause de tes trois heures de sommeil de la veille.

Au dĂ©but, tu auras peut-ĂŞtre le rĂ©flexe de foncer chez ton mĂ©decin. Surtout pas, malheureux. Les salles d’attente, c’est dangereux. Dans la salle d’attente, tu risques d’attraper une maladie contagieuse. Voire une dĂ©pression Ă  force de relire des vieux Gala. Le mieux, c’est d’entretenir le doute. Tu sais que tu n’as rien, que tout ça c’est dans la tĂŞte, mais tout de mĂŞme, si tu souffrais encore des sĂ©quelles de cette chute Ă  vĂ©lo quand tu avais 5 ans ?

Heureusement, l’Argan moderne a un alliĂ© de choix. Fonce sur ton google, tape quelques symptĂ´mes et tu te verras confortĂ© dans ta certitude de souffrir de mille maux. Tu finiras forcĂ©ment, tĂ´t ou tard, sur doctissimo, paradis de la somatisation oĂą, pour ton mal de bras gauche, on te diagnostiquera bien vite une lèpre ou une gale.

N’hĂ©site pas, non plus, Ă  lire attentivement les posologies des mĂ©dicaments que ton pharmacien t’aura dĂ©livrĂ©s. Avec un peu de bonne volontĂ©, tu devrais très vite ressentir tous les effets secondaires dĂ©crits, mĂŞme les très rares.

N’hĂ©site pas Ă  lire la presse de boulevard. Ainsi, entre deux Ă©ternuements de canard, une agrĂ©able promenade en forĂŞt au bras d’une blonde pourra se transformer en expĂ©rience mystique. Alors que vous vous allongerez langoureusement pour tenter de capturer au lasso une fraise des bois Ă©garĂ©e, tu sentiras une lĂ©gère chatouille le long de la gambette puis, dans la foulĂ©e, les premiers effets de l’encĂ©phalite Ă  tiques et tu te diras que tiens, c’est bien la première fois que c’est toi qui a la migraine en de telles circonstances.

Au bout de quelques temps de cet entraĂ®nement, chaque Ă©dition du journal de la santĂ© sera pour toi synonyme de vertiges, de sueurs froides et de tiens, j’ai pas un genre de boule, lĂ  ? ah non c’est un coude, pardon. Parfois, tout de mĂŞme, tu trouveras ça un peu absurde, la vision qui commence Ă  se brouiller après un reportage poignant et Ă©mouvant de 30 millions d’amis consacrĂ© au glaucome chez la truite saumonĂ©e, est-ce bien raisonnable ?


:\'(:-/:-):-D\\o/ (21 votes, moyenne: 4.43)
Pondu par raph le Friday 16 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Paris, c’est une blonde

Paris, c’est une blonde

:\'(:-/:-):-D\\o/ (No Ratings Yet)
Pondu par raph le Friday 9 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

L’âge de raisonJordy

Pour un post original et décalé, tapez 1

Pour un post autosatisfait Ă©gocentrique pontifiant et bleu tapez 2

Pour un post sur la transsubstantiation autotĂ©lique et son rapport externe intrinsèque Ă  l’immatĂ©rialitĂ© exogène en tant qu’Ă©lĂ©ment contraignant de la dynamique des fluides non-newtoniens par rapport au plan de l’euclidien, mangez cinq fruits et lĂ©gumes par jour

Pour un panda tapez 12

Pour les Forbans tape des mains allez tape des mains allez tape tape tape des mains

Pour un bouton qui ne sert Ă  rien,

et pour fêter ça, les 24 premiers à me mailer leur vraie adresse postale gagnent une Carte Postale Moche.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (22 votes, moyenne: 4.64)
Pondu par raph le Wednesday 7 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

We there dance all in round

Entre l’Ascension, le 8 mai, fĂ©riĂ© en France pour commĂ©morer la victoire de François Mitterrand en 1981 et le lundi de l’EntrecĂ´te, pas fĂ©riĂ© en France pour commĂ©morer la dĂ©faite de plein de vieux face Ă  leur ventilateur, mais tout de mĂŞme, le mois de mai est marquĂ© par une succession de ponts. Alors qu’il n’existe que peu de chansons sur les tabourets, le pont a inspirĂ© de nombreux grands noms de la musique. Yves Duteil et son fameux pont de bois, Francis Cabrel qui construit des ponts entre nous et le ciel, mais aussi un ancien groupe de rock aujourd’hui dissous dans la pop mielleuse, les Red Hot Chili Peppers.

Sometimes I feel
Like I don’t have a partner

Parfois j’ai l’impression de ne pas avoir de partenaire
Des fois, Anthony Kiedis, chanteur des Rouges Chauds Chili Poivres, a l’impression que sa meuf est en train de construire des ponts ailleurs.

Sometimes I feel
Like my only friend
Is the city I live in

Parfois j’ai l’impression que ma seule amie est la ville oĂą je vis
Tout le monde est parti en week-end, alors il se sent très seul, vraiment très très seul.

The city of angels

La ville des anges
Los Angeles. Ou Angers.

Lonely as I am
Together we cry

Seul comme je suis, nous pleurons ensemble.
Il pleut dans son coeur comme il pleure sur la ville. Ca doit plutĂ´t ĂŞtre Angers, en fait.

I drive on her streets
‘Cause she’s my companion

Je conduis dans ses rues, car elle est mon compagnon
Si, pour lui, l’amour c’est de conduire dans les rues, je comprends pourquoi sa partner est partie partnerer ailleurs.

I walk through her hills
‘Cause she knows who I am

Je marche Ă  travers ses collines, car elle sait qui je suis
Oui pour marcher Ă  travers les collines d’Angers, il faut qu’Angers te connaisse, sinon on te jette des pierres. Mais sinon, c’est chaleureux.

She sees my good deeds
And she kisses me windy

Elle voit mes bonnes actions, elle m’embrasse venteusement
Si toi aussi, chez toi, tu as envie de rendre ton ex-partner jalouse, évite de choisir la ville où tu vis comme objet de sa jalousie, ça devient vite scabreux.

I never worry
Now that is a lie

Je ne me fais jamais de soucis, maintenant c’est un mensonge
LĂ , il se rend compte que personne ne croira Ă  son histoire d’amour passionnĂ©e avec Angers alors il avoue qu’il est en train de raconter n’importe quoi.

I don’t ever want to feel
Like I did that day

Je ne veux plus jamais me sentir comme je me suis senti ce jour-lĂ 
Il s’est senti super mal, ce jour-lĂ .

Take me to the place I love
Take me all the way

Amène-moi Ă  l’endroit que j’aime, amène-moi tout le long
Il dĂ©cide d’aller Ă  un endroit qu’il aime bien, Ă  Angers, en taxi. La dernière fois, le chauffeur de taxi, un peu inquiĂ©tĂ© de voir son client parler Ă  la ville, lui dire des mots d’amour, des mots de tous les jours, avait refusĂ© de l’amener Ă  destination. Il espère que cette mĂ©saventure ne se reproduira pas.

It’s hard to believe
That there’s nobody out there
It’s hard to believe
That I’m all alone

C’est difficile de croire qu’il n’y a personne ici, c’est difficile de croire que je suis tout seul
Il ne se fera jamais au calme des rues les jours de pont

At least I have her love
The city she loves me
Lonely as I am
Together we cry

Au moins, j’ai son amour, la ville m’aime, seul comme je suis, ensemble nous pleurons.
Il est vraiment persuadĂ© de vivre une belle et torride histoire d’amour avec sa ville, il a affirmĂ© mentir au couplet prĂ©cĂ©dent juste pour Ă©loigner les messieurs avec la blouse blanche.

Refrain

Under the bridge downtown
Is where I drew some blood

Sous le pont au centre ville, c’est lĂ  oĂą j’ai tirĂ© du sang
Son endroit prĂ©fĂ©rĂ© Ă  Angers, c’est le centre de don du sang, situĂ© sous le pont au centre ville, parce qu’on lui donne toujours un sandwich après.

Under the bridge downtown
I could not get enough

Sous le pont, au centre-ville, je n’en avais jamais assez
Franchement, il aurait bien pris un deuxième sandwich

Under the bridge downtown
Forgot about my love

Sous le pont au centre-ville, j’ai oubliĂ© mon amour
En plus, l’infirmière qui s’occupe des prises de sang, sĂ©rieux, elle a qu’Ă  ouvrir l’espace de ses bras pour tout reconstruire.

Under the bridge downtown
I gave my life away

Sous le pont au centre-ville, j’ai perdu ma vie
Par contre, Anthony, il est un peu chochotte, il est parti dans les pommes quand elle l’a piquĂ© et il a cru mourir.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (10 votes, moyenne: 4.60)
Pondu par raph le Tuesday 6 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

On y danse tout en rond

Entre l’Ascension, le 8 mai, fĂ©riĂ© en France pour commĂ©morer la victoire de François Mitterrand en 1981 et le lundi de l’EntrecĂ´te, pas fĂ©riĂ© en France pour commĂ©morer la dĂ©faite de plein de vieux face Ă  leur ventilateur, mais tout de mĂŞme, le mois de mai est marquĂ© par une succession de ponts. Alors qu’il n’existe que peu de chansons sur les tabourets, le pont a inspirĂ© de nombreux grands noms de la musique. Yves Duteil et son fameux pont de bois, les Red Hot Chili Peppers et leur fameux Under the Little Wooden Bridge, mais aussi Francis Cabrel qui, contrairement Ă  Yves Duteil et aux Red Hot Chili Peppers, n’est pas dĂ©cĂ©dĂ©.

Je l’aime Ă  mourir
Paroles et Musique: Francis Cabrel

Moi je n’Ă©tais rien
Et voilĂ  qu’aujourd’hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits

Avant, il ne faisait pas grand chose de sa vie. Puis il a rencontrĂ© une fille. Depuis, il ne fait pas grand chose de sa vie alors elle lui demande, la nuit, d’aller engueuler le voisin technomane, Ă©touffer le colloc ronfleur, Ă©teindre l’allumeur de rĂ©verbères, enfin ce genre de choses, qu’elle puisse pioncer peinard et si il est sage, gentil, il a le droit de la regarder dormir.

Je l’aime Ă  mourir

Lui bon, comme il la kiffe grave grave, il trouve que le deal est équilibré.

Vous pouvez détruire
Tout ce qu’il vous plaira
Elle n’a qu’Ă  ouvrir
L’espace de ses bras
Pour tout reconstruire
Pour tout reconstruire
Je l’aime Ă  mourir

Ouvrir l’espace de des bras, c’est la façon poĂ©tique de dire montrer ses nichons. Il est vraiment très très amoureux, au point d’en perdre un peu le discernement et pense qu’elle a la poitrine tellement jolie qu’il lui suffirait de l’agiter un peu pour reconstruire Bagdad et changer les piles de l’ampoule, ce qui, sans vouloir trop paraĂ®tre nĂ©gatif, n’est pas gagnĂ©.

Elle a gommé les chiffres
Des horloges du quartier

Elel fait partie d’un groupuscule anarchiste qui pense que la mesure du temps aliène l’homme, ce qui n’est pas faux, sauf quand tu as rendez-vous Ă  et quart.

Elle a fait de ma vie
Des cocottes en papier
Des Ă©clats de rire

Elle a fait de ma vie des Ă©clats de rire, ça c’est une mĂ©taphore, mais je pense que mĂŞme la personne arrivĂ©e ici en tapant “les poĂ©mes d amour pour les filles de 16 ans pour son coupin” a pu la comprendre. Par contre elle a fait de ma vie des cocottes en papier, c’est plus difficile Ă  comprendre, surtout quand tu es pas très douĂ© en origami. Je crois que ça veut dire, elle est tellement drĂ´le, surtout quand elle raconte la blague des trois lapins, que je suis pliĂ©.

Elle a bâti des ponts
Entre nous et le ciel
Et nous les traversons
Ă€ chaque fois qu’elle
Ne veut pas dormir
Ne veut pas dormir
Je l’aime Ă  mourir

LĂ , c’est une mĂ©taphore que la personne d’avant ne peut pas comprendre, 16 ans c’est bien trop jeune, ça veut dire qu’Ă  chaque fois qu’elle a des insomnies, ils vont chercher des parpaings et construisent des ponts. Heureusement, elle a le sommeil lourd.

Elle a dĂ» faire toutes les guerres
Pour ĂŞtre si forte aujourd’hui

Elle est, comme on dit dans les magazines fĂ©minins, un peu ronde, voire voluptueuse. Cabrel suppose que c’est parce qu’elle a très longtemps servi dans l’armĂ©e française et que bon, tu sais ce que c’est, la bouffe militaire c’est pas 5 fruits et lĂ©gumes par jour.

Elle a dĂ» faire toutes les guerres
De la vie, et l’amour aussi

C’est une mĂ©taphore pour dire qu’elle a dĂ» se taper plein de soldats.

Elle vit de son mieux
Son rĂŞve d’opaline

Elle aimerait qu’il lui offre des bijoux, elle se dit que bon, pour le moment, c’est pas gagnĂ©, mais elle est gentille, elle attend.

Elle danse au milieu
Des forĂŞts qu’elle dessine
Je l’aime Ă  mourir

En dessinant des forĂŞts et en dansant au milieu, ce qui est une mĂ©taphore pour dire qu’elle a le cerveau dĂ©rangĂ©.

Elle porte des rubans
Qu’elle laisse s’envoler
Elle me chante souvent
Que j’ai tort d’essayer
De les retenir
De les retenir
Je l’aime Ă  mourir

Bon lĂ  je crois que ça se passe d’explications. Cette chanson a Ă©tĂ© Ă©crite il y a longtemps, de nos jours, bien sĂ»r, on recycle les rubans.

Pour monter dans sa grotte
Cachée sous les toits
Je dois clouer des notes
Ă€ mes sabots de bois
Je l’aime Ă  mourir

Elle habite un splendide appartement mansardĂ© et, s’il veut aller la voir pour faire quelques ponts, il doit lui prĂ©parer un spectacle de claquettes.

Je dois juste m’asseoir
Je ne dois pas parler
Je ne dois rien vouloir

Le prĂ©parer mais c’est tout, quand il est avec elle il a pas le droit d’ouvrir sa gueule, juste de la regarder chatter sur msn avec ses vieux potes soldats.

Je dois juste essayer
De lui appartenir
De lui appartenir
Je l’aime Ă  mourir

A mon avis, elle se fout un peu de sa gueule.

Elle a dĂ» faire toutes les guerres
Pour ĂŞtre si forte aujourd’hui
Elle a dĂ» faire toutes les guerres
De la vie, et l’amour aussi
Moi je n’Ă©tais rien
Et voilĂ  qu’aujourd’hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits
Je l’aime Ă  mourir

Vous pouvez détruire
Tout ce qu’il vous plaira
Elle n’aura qu’Ă  ouvrir
L’espace de ses bras
Pour tout reconstruire
Pour tout reconstruire
Je l’aime Ă  mourir

Mais lui, il a pas des masses l’air de s’en rendre compte.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.60)
Pondu par raph le Monday 5 May 2008 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La banničre est de Luria