Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

50 tranches de brie

– Allo oui c’est Gunda, ta Community manager imaginaire.
– Ça faisait longtemps.
– Oui ben ça se voit. Il faut arrĂŞter un peu avec la science-fiction. Le futur, c’est du passĂ©. Le truc qui marche, de nos jours, c’est “50 shades of grey”.
– De Procol Harum ?
– Pfff… je vais pas tarder Ă  aller bosser pour la concurrence.
– Non mais j’ai jamais compris ce que c’Ă©tait, au juste, ce truc de 50 nuances de gris. Un nouveau magasin de peinture spĂ©cialisĂ© dans les cieux broyards ?
– Mais enfin, il faut sortir, un peu… C’est le roman Ă  succès du moment, c’est du mum porn.
– Du porno de maman ?
– HĂ© ben, t’as bien fait d’Ă©tudier les langues…
– C’est dĂ©gueu, un peu, non ?
– C’est la mode.
– Bon alors… J’essaie. Ursula sentit le dĂ©sir affluer en elle comme des furets dans les champs. Mais elle devait d’abord aller chercher Gordon, son petit dernier, Ă  son entraĂ®nement de tchouckball, avec le 4×4 qui Ă©tait au garage, et laver le kimono de Burt, son labrador, qui avait une compĂ©tition de judo. Par ailleurs, son Ă©poux avait pas mal de repassage en retard et pas trop le temps pour la bagatelle et leur jeune amant Fiodor avait Ă©cole demain.
– Tu salis tout ! Ça ne vend pas de rĂŞve, ça. DĂ©jĂ , tes hĂ©ros, il faudrait qu’ils soient jeunes, riches et beaux.
– C’est pas un peu chiant ?
– C’est la mode.
– Petrouchka sentit le dĂ©sir affluer en elle comme la marĂ©e après les vendanges. Ce qui Ă©tait plutĂ´t inconvenant, car elle Ă©tait en train de boucler le dossier des saucisseries gĂ©nĂ©rales avant l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des actionnaires qui dĂ©butait dans 19 minutes.
– Mais tu le fais exprès ?
– Ben il faut bien du contexte.
– Mais on s’en fout du contexte, ce qu’il faut c’est du cul.
– Tu n’es pas romantique, Gunda.
– Je suis imaginaire, c’est pour ça.
– Tu sais que tu es sexy quand tu t’Ă©nerves ?
– Je suis imaginaire…
– Comme l’immense totalitĂ© de mes amantes entre 15 et 25 ans, et je peux te dire qu’elles ne rechignaient pas Ă  la bagatelle.
– Je ne veux rien savoir. ArrĂŞte, maintenant, ou j’appelle la police.
– Mais enfin, Gunda, ne sens-tu pas le dĂ©sir affluer en toi comme la neige au printemps ?
– Non.
– Oh.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (12 votes, moyenne: 4.75)
Pondu par raph le Tuesday 30 October 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Les souffrances du jeune Werther’s Echte.

Je me souviens très bien du premier bonbon que m’a offert mon cher grand-père. Il avait un vieux goĂ»t de poussière. Ça fait tout de mĂŞme plus de vingt ans que toutes les sucreries ont Ă©tĂ© interdites dans le cadre de la lex obesitas. Mon grand-père dit que c’est pas du vrai latin, mais bon, impossible de contrĂ´ler, ça fait beaucoup plus longtemps que vingt ans qu’il n’y a plus de latinistes. Il me l’a offert parce que j’avais Ă©tĂ© rĂ©parer sa tĂ©lĂ©vision. C’est une sorte d’objet plat qui diffuse des images en 2D. Il paraĂ®t qu’Ă  l’Ă©poque, il y avait des centaines de chaĂ®nes dont une uniquement dĂ©diĂ©e aux chevaux, ça me semble bizarre. Aujourd’hui, il en existe encore trois, dont deux indonĂ©siennes, je me demande un peu pourquoi mon grand-père tient tellement Ă  les regarder mais il est comme ça, un peu conservateur. Tout de mĂŞme, je trouve ça fou : il a des objets diffĂ©rents pour regarder des films, jouer Ă  la console, tĂ©lĂ©phoner, se brosser les dents et contrĂ´ler la cuisson des pâtes. Et aucun ne permet de procĂ©der Ă  des auto-opĂ©rations chirurgicales alors est-ce que c’est vraiment la peine ?
Du coup, ça prend beaucoup de place, mais il peut se permettre, il habite un appartement de plusieurs pièces.
C’Ă©tait vraiment n’importe quoi, jadis.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (12 votes, moyenne: 3.83)
Pondu par raph le Saturday 20 October 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Malgré la crise

– Bon, vous commencez lundi. »
– Ah mais parce que je vous ai pas encore parlĂ© de mon expĂ©rience, j’ai Ă©tĂ© trieur de cornichons et… »
– C’est bon, je vous dis. »
– Bon ben super. Mais ça consiste en quoi, le job ? J’ai pas super bien compris… »
– RĂ©soudre la crise de la dette. »
– Ah oui, quand mĂŞme. Vous ĂŞtes bien sĂ»r que j’ai les capacitĂ©s ? »
– Bon. Imaginez par exemple que les collectivitĂ©s publiques soient toutes endettĂ©es. Que les banques soient au bord de la faillite. Que les grandes entreprises soient obligĂ©es de licencier. Que toi-mĂŞme, tu aies une demi-trentaine de crĂ©dits. »
– Oui, je dois pouvoir imaginer ça. »
– A un moment donnĂ©, si tout le monde doit du fric Ă  tout le monde, il doit bien y avoir un type Ă  qui on doit du fric, sinon c’est l’anarchie. »
– Ce sont les patrons et les banques qui nous spolient… »
– Et merde, j’ai jamais pu encadrer les communistes. »
– Alors il est oĂą ? Et surtout, je viens foutre quoi lĂ  dedans ? »
– C’est Smoaghl, un dragon. »
– Ah tiens. »
– Oui. »
– Ça alors. »
– En effet. »
– Un dragon ? »
– Vous savez comment ils sont, ils adorent l’or et tout. Ils se couchent dessus, ça les dĂ©tend, c’est traditionnel chez eux. Bon, lĂ , il est surtout couchĂ© sur un Ă©norme trĂ©sor de reconnaissances de dettes et de transactions banquières, c’est moins confortable, du coup ça le rend un peu grognon, mais l’intention y est. »
– Mais que fait le gouvernement ? »
– Justement, c’est lĂ  que vous intervenez ! On monte une petite Ă©quipe d’aventuriers pour aller le trucider, et en Ă©change vous pouvez garder la peau pour en faire des sacs Ă  main et des bottines. »
– Ah oui… mais il va y avoir des elfes et des nains et tout ? parce que moi, bon, niveau expĂ©rience, j’ai gardĂ© des vaches une annĂ©e Ă  l’alpage mais le dragon j’ai jamais fait. »
– Non, pas d’elfes, pas de nains, juste une douzaine de titulaires de l’aide sociale dans le cadre d’un programme novateur de rĂ©insertion mais n’ayez crainte, vous serez encadrĂ©s par deux assistants sociaux de niveau 12. »
– Ça a l’air moins facile que la fois oĂą on avait nettoyĂ© les rives du RhĂ´ne avec une brosse Ă  dents, quand mĂŞme. »
– Non mais le topo est simple, vous partez, il vous arrive en route deux trois aventures secondaires, ça fait un peu peur mais vous vous en sortez quand mĂŞme, après, quelques pĂ©ripĂ©ties, peut-ĂŞtre mĂŞme un petit intermède romantique pour capter le public romantique, puis arrivĂ©e dans l’antre du dragon, lĂ , deux ou trois personnages secondaires vaguement attachants mais pas trop quand mĂŞme finissent comme la saucisse que on avait bien dit qu’il fallait pas en rajouter sur le gril on a eu bien assez avec les chips mais tu veux jamais m’Ă©couter du barbecue de l’Ă©tĂ© dernier, puis confrontation. LĂ , escalade, la situation devient franchement pĂ©rilleuse, Ă  deux pages de la fin, on se dit que c’est foutu mais soudain, dĂ©couverte du point faible du dragon, le faire-valoir rigolo mais un peu inutile du hĂ©ros, et je pense que ce serait totalement un job pour vous, sans vouloir vous influencer, se sacrifie, tout le monde pleure un peu mais bon, et ensuite tout le monde danse la ronde de l’amitiĂ© et le tour est jouĂ©. »
– Ah ouais, ok. »


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.73)
Pondu par raph le Friday 5 October 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La banničre est de Luria