Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

TV on the radio

Soudain, je me suis dit que √ßa ne pouvait plus durer, que je ne pouvais plus continuer √† avoir ¬ę Friends ¬Ľ comme r√©f√©rence culturelle.

J’ai donc d√©cid√© de rallumer ma t√©l√©. √áa n’a pas √©t√© chose facile (on a mis un joli napperon en velours dessus et je ne sais pas trop o√Ļ le poser).

Attention, je ne suis pas un de ces bobos qui refusent de regarder la t√©l√© car ils y voient une ali√©nation. Enfin si, mais je suis plut√īt pour tout ce qui est ali√©nation, en g√©n√©ral, sauf peut-√™tre le travail. D’ailleurs, je la regarde m√™me de temps en temps, mais ce n’est plus pareil, je n’ai plus dans le regard la lueur d’autrefois. Je crois que la t√©l√© et moi, nous nous sommes un peu lass√©s (et puis surtout, √† chaque fois que je refais une tentative, y a les Experts)(s√©rieusement, il faudra arr√™ter avec √ßa, un jour)(les m√©chants de s√©rie sont des gens bien trop importants pour qu’on les laisse se faire prendre parce qu’ils ont connement march√© dans une terre sp√©ciale qui ne pousse que dans un seul endroit dans le monde encore 50 ans)

Donc, pour la culture, j’ai rallum√© ma t√©l√©. Sur RTL9, y avait Friends. Sur W9, les Simpson. Sur TF1, une soir√©e sp√©ciale ¬ę Experts ¬Ľ. Sur Canal +, Omar se plaignait de l’absence de Fred aux soir√©es et lui chantait Doudou Ronron et les Guignols se moquaient de Bayrou. J’ai cru que mon poste √©tait cass√© et bloqu√© sur 2007, du coup j’en ai rachet√© un autre, plus grand, mais moins pratique pour le napperon.

J’ai rallum√© ma t√©l√© et c’√©tait bien, j’avais environ 300 cha√ģnes dans plein de langues, dont plein que je ne parle pas, mais tout de m√™me. J’ai commenc√© par regarder Eurosport, j’avais 8 minutes devant moi, √ßa me laissait le temps de regarder le match de Djokovic √† Roland Garros. Manque de bol, ils passaient une sorte de b√™tisier du foot, mais au ralenti, je n’ai pas tr√®s bien compris pourquoi. Heureusement, les t√©l√©visions modernes sont tr√®s polies, on peut leur demander ce qu’on est en train de regarder : c’√©tait la rediffusion de France-Islande. J’ai zapp√© sur Eurosport 2, ils passaient les championnats de Pologne junior de fl√©chettes synchronis√©es (cat√©gorie moins de 60 kilos). Sur France 2, ils avaient pr√©f√©r√© passer le match du fran√ßais Jean-Pierre Froucheteaux, 548e mondial, au b√©n√©fice d’une wild card, qui affrontait le qualifi√© ouzbek Bogdor Polichtenkov, match commenc√© depuis 6 heures √† peine, Froucheteaux avait trois balles de 15-40 alors on ne pouvait pas rater √ßa. Sauf les commentateurs qui se racontaient leurs vacances, il y en a un qui a fait du v√©lo. Puis apr√®s ce match, ils passeraient la fin du double mixte des anciennes gloires, Lendl et Navratilova contre Yannick Noah et Zaz. J’ai zapp√©.

TF1 rediffusait l’√©pisode-culte o√Ļ les Experts Tallahassee rencontrent les Experts Lons-le-Saunier. Sur M6, il y avait une √©mission de cuisine o√Ļ il fallait pr√©parer un b¬Ĺuf mayonnaise en moins de trois minutes les mains attach√©es dans le dos. J’ai donc d√©cid√© de jouer la pr√©f√©rence nationale parce que c’est quand m√™me √† cause de tous ces gens qui zappent sur les cha√ģnes √©trang√®res que Migrop est au bord de la faillite, Jean-Marc Richard tr√®s √©nerv√© pr√©sentait une √©mission de vari√©t√©s autrichiennes o√Ļ des Heidi cochonnes coca√Įn√©es tentaient de faire passer Hans-Gunther et son accord√©on pour du trash metal. J’ai √©teint cinq minutes pour me remettre de mes √©motions.

Quand j’ai rallum√©, il y avait, sur une cha√ģne du c√Ęble, une improbable t√©l√©-r√©alit√© o√Ļ des gens dont m√™me Closer n’a jamais fait sa une disaient du mal d’autres gens dont m√™me NRJ12 n’a jamais voulu pour pr√©senter le t√©l√©-achat.

Alors j’ai t√©l√©charg√© des s√©ries, et je suis tomb√© sur l’√©pisode de How I Met your Mother o√Ļ on croit que Ross et Rachel vont se remettre ensemble, mais en fait non.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.73)
Pondu par raph le Wednesday 30 May 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

To be frites

Je sais pas vous, mais je reviens de vacances dans l’H√©rault. Pile au moment o√Ļ Jean-Marc Ayrault est nomm√© premier ministre de la France, je sais bien que c’est une co√Įncidence, mais je vais quand m√™me soigneusement √©viter Coppet ces prochaines semaines. Pile au moment o√Ļ Montpellier devient champion de France de football, je sais bien que c’est une co√Įncidence, mais je pense prendre mes prochaines vacances rue de la Servette (√ßa va √™tre super).

Mais je m’√©gare, et depuis qu’on ne peut plus dire “bref” tranquillement, j’essaie d’arr√™ter.

Une des particularit√©s des vacances, c’est que tu bouffes beaucoup au resto. J’ai d’ailleurs pris au moins trois kilos, j’ai d√©cid√© de les appeler Pancrace, Uther et G√©ronimo. Mais ce n’est pas d’eux dont je voulais te parler.

Je voulais te parler de ce ph√©nom√®ne √©trange : dans plusieurs restaurants, j’ai vu, sur la carte, des frites “maison”. Cela m’a plong√© dans des ab√ģmes de perplexit√©. Pourquoi ces guillemets ? Qu’est-ce que ces restaurateurs essaient de nous dire par l√† ?

La premi√®re hypoth√®se, c’est que l’on veut pr√©ciser qu’il s’agit bien de frites maison et non de frites-maisons, au cas o√Ļ certains clients particuli√®rement sensibles √† l’√©volution du march√© immobilier, mais √©galement un peu na√Įfs, penseraient qu’il s’agit de frites dans lesquels des lutins particuli√®rement peu perspicaces auraient √©lu domicile.

Dans la m√™me veine, peut-√™tre que frites “maison” signifie : ¬ę Nos frites sont tellement dures que vous pourrez vous en servir pour fabriquer des murs originaux, color√©s, √† l’√©preuve des intemp√©ries et des jets d’huile bouillante. ¬Ľ Possible, mais √ßa ne marchera jamais, ne dit-on pas ¬ę les murs s’effritent ¬Ľ ?

Ou alors au contraire, il s’agit justement d’√©viter que des personnes ayant essay√© d’habiter dans leurs frites ne portent plainte contre le restaurant. Ou que des clients tr√®s pointilleux ne leur retournent le plat, sous pr√©texte que les frites n’ont pas √©t√© √©labor√©es dans une maison, mais dans un restaurant, quel scandale, jamais vu des choses pareilles !

Il s’agit peut-√™tre d’une citation : Nos plats sont accompagn√©s de frites. ¬ę Maison ¬Ľ, ajouta, dans un rire tonitruant, Pac√īme, le fils du patron, √† qui l’on demandait souvent d’inscrire sur l’ardoise le menu du jour, car il avait une √©criture charmante et savait correctement orthographier le nom de plusieurs poissons. Mais dans ce cas-l√†, il faudrait le pr√©ciser, l’ellipse narrative est un peu exag√©r√©e, j’estime.

Si c’est un hommage √† ¬ę Friends ¬Ľ, ce serait bien de le pr√©ciser, au cas o√Ļ des gens seraient tent√©s de commander un diplomate pour le dessert.

Ou alors peut-√™tre s’agit-il simplement de bien se distancer de tous ces restaurants qui te servent des “frites” maison.

Enfin, derni√®re possibilit√©, me direz-vous : il s’agit tout simplement de gens qui ne ma√ģtrisent pas bien la grammaire et posent des guillemets n’importe o√Ļ, “au hasard”. J’y ai song√©.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.91)
Pondu par raph le Monday 28 May 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Mayday, mayday !

On ne m’√ītera pas de l’id√©e que le lobby des dictons essaie, pour je ne sais quelle raison commerciale, voire politique, de nous survendre le mois de mai. Parce que quand tu y penses, le mois de mai, le joli mois de mai, celui o√Ļ tu fais ce qu’il te pla√ģt, c’est les saints de glace au milieu, o√Ļ tu fais ce qu’il te pla√ģt mais emmitoufl√© sous dix-sept couches de couvertures parce que la g√©rance a d√©j√† coup√© le chauffage, lol, et deux f√™tes de concepts terribles et terrifiants bien fich√©es √† chaque bout pour bien planter le d√©cor, la f√™te du travail au d√©but et la f√™te des voisins √† la fin.

Alors tu vas me dire “ah mais pas du tout, les miens, de voisins, ils sont tr√®s bien !”, probablement parce que tu habites dans les steppes canadiennes et que le prochain voisin est √† trois jours de raquette √† neige. Mais la r√©alit√©, c’est qu’un bon voisin, √ßa n’existe pas vraiment. Au moins, un coll√®gue, tu peux te dire que si, comme toi, il a choisi de s’orienter vers la couture analytique, c’est qu’il a probablement un bon fond. Alors qu’un voisin, faut pas se leurrer, s’il est dans le m√™me immeuble que toi c’est au mieux par hasard, au pire pour te piquer tes jours de lessive.

Non seulement un bon voisin, √ßa n’existe pas, mais en r√©alit√©, les mauvais voisins sont les plus recommandables. Car ils jouent franc jeu. Ils utilisent un charbon sp√©cial fum√©e pour leurs grillades tri-hebdomadaires, ne se nourrissent que de hareng, cultivent une bonne demi-douzaine de gosses qui semblent passer leurs soir√©es √† s’entra√ģner pour le 32 m√®tres des prochains jeux olympiques, ont une notion tr√®s convexe du parking, n’ont jamais de sel ni le temps d’√©changer le jour de lessive, et la fois o√Ļ ils ont accept√© de nourrir les plantes, tu es revenu, la foug√®re avait mang√© le chat, organisent r√©guli√®rement des soir√©es bilboquet et appellent la police quand tu √©ternues √† 22 heures 01. Mais au moins, tu le sais.

Alors que le voisin qui a l’air sympa, il faut t’en m√©fier comme d’une guigne. Et encore, une guigne, sous nos latitudes, √ßa va, c’est rare. Le voisin sympa, au d√©but tu lui parles et tr√®s vite, tu te rends compte que gr√Ęce √† ses pouvoirs magiques, il sort de chez lui √† chaque fois que tu reviens les bras charg√©s de courses, press√© de rentrer parce que tu ne voudrais pas manquer l’√©pisode 5588 des feux de l’amour mais lui il te parle de sa femme qui est toujours aussi d√©c√©d√©e et √ßa commence √† l’inqui√©ter un peu et de la bronchite du petit et des voisins du quatri√®me qui sont sympa mais un peu bruyants mais tr√®s sympa surtout elle, toi bon tu ne les a jamais vus, mais tu acquiesces parce que √ßa risque de se prolonger sinon. Du coup, tu te retrouves √† d√©velopper des strat√©gies d’√©vitement assez fugaces, comme la fois o√Ļ tu avais install√© un trampoline en bas de chez toi pour pouvoir rentrer par le balcon, tu sors justement de l’h√īpital √† l’instant.

Plus agr√©able, le voisin invisible, six mois que tu habites ici et la premi√®re fois que tu l’as crois√©, c’est le jour o√Ļ il t’a crois√© pour la premi√®re fois et appel√© les flics parce qu’il trouvait bizarre cet individu √† l’air suspicieux qui tentait de rentrer chez les nouveaux voisins du deuxi√®me √† l’aide d’une cl√©.

Alors bon, le mois de mai, moi, je suis plut√īt contre.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.36)
Pondu par raph le Wednesday 16 May 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

Normales saisonnières

Cette ann√©e-l√†, les Fran√ßais avaient √©lu un type qui se pr√©sentaient comme “le pr√©sident normal”.

Son √©lection provoqua une incroyable vague de normalitude. Aux Jeux olympiques de Londres, par exemple, il n’y eut pas une seule surprise, tous les r√©sultats √©taient tr√®s normaux, la Suisse ne devint pas championne olympique de foot, la France rafla les m√©dailles en tir moins de 50 m√®tres couch√© au moyen calibre et en fleuret mouchet√©. Douze scandales de dopage √©clat√®rent de fa√ßon absolument normale.

“La Normal Attitude”, une chanson hyper normale avec couplet, refrain, pont, et paroles consternantes, devint le tube de l’√©t√© et son interpr√®te, DJ Jean, popularisa la coupe de cheveux normale. Les gens s’habillaient de fa√ßon normale. Le pantalon coupe normale fit un retour fracassant.

A Paris, les brasseries normales, o√Ļ on te servait des plats classiques mais un peu rat√©s en te faisant la gueule, √©taient les endroits branch√©s du moment. M√™me la m√©t√©o, cette ann√©e-l√†, √©tait particuli√®rement normale, et les gens r√Ęlaient de fa√ßon extr√™mement normale qu’il n’y avait plus de saison.

Le mouvement pictural normal √©tait un genre assez int√©ressant, de la peinture r√©alis√©e par des gens normaux, ce que l’on aurait appel√©, en d’autres temps, “des paysages, mais un peu rat√©s, quoi”. La litt√©rature normale se caract√©risait quant √† elle par ses rebondissements compl√®tement attendus et ses personnages caricaturaux.

En Suisse, les 163 partis politiques du centre, ainsi que tous ceux qui pr√©tendaient √™tre du centre, fusionn√®rent et se renomm√®rent “Mouvement Extr√™me-Normal”.

Barack Obama s’inspira de ce que l’on appelait d√©sormais le mouvement normaliste et remporta un succ√®s pas colossal, mais quand m√™me un succ√®s bien, finalement assez normal, quoi, gr√Ęce √† son nouveau slogan, “Perhaps we can, who knows ?”

Puis soudain, quelqu’un se souvint que si on avait vot√© pour “le pr√©sident normal”, √† la base, c’√©tait avant tout pour se d√©barrasser du pr√©sident, qui ne l’√©tait pas du tout, et du coup on se remit √† faire des trucs bizarres, la mode normale n’avait tenu qu’un √©t√© ce qui, pour une mode, est extr√™mement normal.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.64)
Pondu par raph le Monday 14 May 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.

L’important, c’est le jambon

Il √©tait une fois un pays tr√®s joli avec, pour compenser, un syst√®me politique qui ne l’√©tait pas toujours : la faitdiversocratie.

La faitdiversocratie reposait sur un constat tr√®s simple. Il vaut mieux r√©gler les situations apr√®s qu’elles sont arriv√©es plut√īt qu’avant, sinon comment veux-tu qu’on voie qu’elles ont √©t√© r√©gl√©es, hein ?

Tous les jours, le Conseil des Ministres lisait les journaux et cr√©ait des lois. Quand un homme assassina sa ma√ģtresse √† coups de hachoir √† viande, ils interdirent la viande hach√©e. Quand un jeune fan de jeux vid√©os violents et de musique du diable d√©cida soudain d’abattre 33 personnes dans la rue avant de se donner la mort, ils interdirent le suicide (parce que c’est un peu trop facile, sinon). Quand un homme assassina son √©pouse √† coups de poing, ils interdirent le mariage. Mais comme il n’y a pas que des faits divers sordides, dans la vie, et qu’on s’ennuie parfois entre deux meurtres sanglants, ils l√©gif√©raient aussi quand personne ne mourait √† la fin. Quand le jeune Flouki, un berger allemand nain, parcourut 320 kilom√®tres pour retrouver ses ma√ģtres qui l’avaient abandonn√© sur une aire d’autoroute, ils offrirent des sandales √† tous les bergers allemands nains du pays. Quand le match nul 2-2 de Montpellier face au FC Evian-Thonon-Gaillard relan√ßa les chances du Paris Saint-Germain, ils d√©cid√®rent d’interdire les √©quipes de foot avec trois noms dedans. Quand on les accusa de ne l√©gif√©rer que sur des faits divers, ils √©dict√®rent la d√©claration des droits du fait, qui commence (et se termine, il n’y a qu’un article) ainsi : “Tous les faits sont libres et √©gaux, et il est interdit d’en consid√©rer certains comme divers, sauf s’ils se passent √† l’√©tranger, l√†, ok, on s’en fout, LOL”

Il existait, dans ce pays, 942 310 lois diff√©rentes, dont certaines se contredisaient, mais ce n’√©tait pas grave car tout le monde √©tait heureux et dansait la ronde de l’amiti√©, vu qu’on avait interdit d’√™tre malheureux suite aux derniers sondages.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (15 votes, moyenne: 4.80)
Pondu par raph le Wednesday 2 May 2012 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tÍte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillť avec Wordpress. La banniŤre est de Luria