Bon pour ton poil - Der Blog, der lolt

Selon que vous serez puissant ou misérable

Je sais pas si ça se sait, mais Roman Polanski a Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©. Alors sur le fond, je vais me contenter de linker Krazy Kitty, parce que sinon après je m’Ă©nerve et ça me donne mal Ă  l’estomac.

Sur la forme, par contre. ArrĂŞter un homme Ă  l’occasion d’une remise de prix lors d’un festival, je trouve ça d’une classe folle.

Tu n’es pas sans savoir que pour le secret bancaire, lĂ , en Suisse, on est mal. Ou alors, en dernier recours, de payer leurs impĂ´ts comme vous et moi… En plus, comme le forfait fiscal a mauvaise presse en ce moment, tous nos riches vont finir par se barrer Ă  Monaco, on va se retrouver avec Alain Delon sur les bras et c’est tout, mĂŞme les tennismen français vont se barrer (car oui, il y a des tennismen français en Suisse)(Ă  mon avis, ils doivent aussi avoir fait un truc louche et craindre l’extradition, c’est pour ça que personne ne les voit jamais sur un court).

Mais il nous faut des sources de revenus. Parce que le chocolat et les montres, c’est plus ce que c’Ă©tait. Et je me disais qu’on pouvait organiser des grands happenings, oĂą on ferait semblant de remettre des prix Ă  des fugitifs cĂ©lèbres pour pouvoir les capturer, moyennant une petite aide financière des Ă©tats-tiers.

Par exemple, je sais pas…
“Nous sommes rĂ©unis ce soir Ă  Grosshochstetten pour la remise du prix de l’ennemi public numĂ©ro 1. Nous allons vous dĂ©voiler le classement gĂ©nĂ©ral en commençant par l’ennemi public numĂ©ro 50, Raymond Grouchard dit l’Ă©quarrisseur du Marais-Poitevin, dit le sadique Ă  la houpette… Ah mesdames et messieurs, on me signale hĂ©las que l’Ennemi Public numĂ©ro 1 ne pourra ĂŞtre prĂ©sent ce soir, il vient d’ĂŞtre arrĂŞtĂ© Ă  l’aĂ©roport en vue de son extradition. Mais accueillons maintenant notre invitĂ© spĂ©cial, Ă  qui nous remettons un prix spĂ©cial pour l’ensemble de sa carrière, Slobodan Milosevic, merci de l’applaudir bien fort…. Ah non, lui non plus n’a pas pu venir ce soir, dĂ©cidĂ©ment, quel dommage, nous allons donc vous passer, pour la peine, une page de publicitĂ©.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (12 votes, moyenne: 4.17)
Pondu par raph le Tuesday 29 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Marketing Ă  la plage

– Nous avons quelque chose pour vous !
–Oui ?
–VoilĂ … C’est un auteur qui recherche un personnage pour son prochain bouquin. Il vous recontactera prochainement.
– Mais…
– Je vous rappelle que vous ĂŞtes tenu d’accepter tous les emplois que nous vous proposons.
– Je sais, je sais… mais vous ĂŞtes vraiment sĂ»r que je corresponds ? Et vous n’avez pas comme une impression de dĂ©jĂ  lu ?
– Oh vous savez, moi, je suis fonctionnaire, le dĂ©jĂ  vu, c’est un peu ma vie.
– Jolie phrase, je peux la noter ?
– Il faut pour cela remplir le formulaire 25bis sur l’utilisation discrète de phrases volĂ©es Ă  des fonctionnaires et le 43.2 relatif Ă  l’usage de clichĂ©s rĂ©ducteurs.
– Bigre.
– Je ne vous le fais pas dire. Par ailleurs, je vous rappelle que les dialogues se prolongeant au-delĂ  de cinq phrases sont formellement interdits par la guilde des lecteurs qui finissent toujours par ne plus savoir qui parle.
– Oui mais alors lĂ  j’ai une idĂ©e gĂ©niale.
– Allons bon.

Un chômeur, paresseux et pouilleux, comme ceux de son espèce:
VoilĂ , c’est tout de suite plus clair comme ça, non ?

Un fonctionnaire,
revĂŞche et obtus mais ne le sont-ils pas tous ?
Mouais

Le chĂ´meur, appelons le Wolfram
Je disais que j’avais comme une impression de dĂ©jĂ -lu

Le fonctionnaire, mettons Abelardo
Je sais, j’Ă©tais lĂ .

Wolfram
Ah oui, je sais ! Le dĂ©but du dialogue, lĂ , c’est le mĂŞme que dans une nouvelle Ă´ combien passionnante, qui a brillamment Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©e pour figurer dans l’ouvrage “Plumes bigarrĂ©es“, paru aux Ă©ditions Campiche !

Abelardo
35 textes sĂ©lectionnĂ©s sur 70 participants, c’est pas encore le Goncourt non plus, hein.

Wolfram
Tu dis ça parce que tu es jaloux parce que tu es un fonctionnaire aigri, mais moi je brĂ»le de savoir ce qui va m’arriver dans la suite de cette magnifique Ă©popĂ©e.

Abelardo
Une pauvre nouvelle qui tient sur trois pages, en plus, j’avais tout de suite devinĂ© la fin.

Wolfram
Mais arrĂŞte ! arrĂŞte ! Tu vois pas que j’Ă©tais en train de faire de la pub, discrètement, pour l’ouvrage “Plumes bigarrĂ©es“, paru aux Ă©ditions Campiche, disponible probablement dans plein d’endroits super ?

Abelardo
Mon pauvre, ça va mĂŞme pas te rendre riche et cĂ©lèbre alors hein, j’ai d’autres chats Ă  fouetter.

Un chat
Putain j’y crois pas, Ă  chaque fois c’est sur ma gueule que ça retombe, j’en ai marre, je me casse au Mexique.

Abelardo
Et d’ailleurs, pourquoi on se tutoie ?

Wolfram
L’ouvrage “Plumes bigarrĂ©es“, paru aux Ă©ditions Campiche.

Abelardo
Tu l’as pas dĂ©jĂ  fait, le titre, “Marketing Ă  la plage” ?

Wolfram
Si mais sur un autre blog, alors ça compte pas.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (11 votes, moyenne: 4.18)
Pondu par raph le Thursday 24 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Bande passante

Walburge était revenue positivement impressionnée du cinéma de sa petite ville, où elle se rendait dévôtement chaque vendredi soir. Le film projeté cette semaine-là, Julie&Julia, avait été pour elle comme une révélation. Enfin, elle avait trouvé sa voie : elle allait ouvrir un nouveau blog, se faire adapter au cinéma et, accessoirement, gagner des pétées de thunes.

Ne lui restait donc qu’Ă  trouver un livre de cuisine, Ă  en tester, jour après jour, toutes les recettes et Ă  devenir cĂ©lèbre. Elle ne s’arrĂŞta pas sur “la Franche-ComtĂ© en 200 saucisses”, ignora superbement “la cuisine suisse facile” car elle digĂ©rait mal la papet, se dit que le temps qu’elle arrive au bout de “13 312 macarons pour Ă©pater les copains”, la mode serait passĂ©e, ne jeta mĂŞme pas un regard Ă  “kougloffs et autres trucs pâteux”, le best-seller de la rentrĂ©e culinaire.
Il faut dire qu’elle Ă©tait aussi douĂ©e pour la cuisine qu’un journaliste sportif du Matin pour le… français. Elle pensait qu’une duxelle Ă©tait une ville de Belgique, que le salpicon Ă©tait une maladie honteuse, que la julienne Ă©tait la femelle du Julien et que faire revenir des oignons, c’Ă©tait toujours mourir un peu. Tant est si bien que la rĂ©putation de son blog, oĂą elle testait chaque jour une page du livre “l’oeuf au plat facile”, ne dĂ©passa qu’Ă  peine les frontières de son cercle familial, Ă  l’exception notable de quelques membres du club de cuisine de Chaumont en mal d’expĂ©riences nouvelles et de quelques pervers, car une statistique rĂ©cente prouve que quoi que tu foutes sur internet, quelqu’un trouvera le moyen de tomber dessus en cherchant des trucs cochons.

C’est justement en constatant ce fait que Walburge eut l’idĂ©e gĂ©niale : ouvrir un blog sur lequel elle testerait chaque soir une page du kama sutra. Une idĂ©e couronnĂ©e de succès, qui prouve une fois de plus que l’internet est un merveilleux mĂ©dia qui permet Ă  chacun de s’exprimer et de faire connaĂ®tre ses talents pourvu qu’il y mette un peu du sien.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (13 votes, moyenne: 4.31)
Pondu par raph le Tuesday 22 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Lance et compte

C’Ă©tait par un de ces jours de dĂ©but d’automne oĂą la grisaille ambiante incite Ă  la mĂ©lancolie et Ă  acheter des tas de trucs peu diĂ©tĂ©tiques pour mettre un peu de gras pour l’hiver. Tout naturellement, je me suis donc rendu en Franche-ComtĂ© voisine, paradis de la saucisse, Nirvana du fromage (je sais pas si tu te rends compte, ils font de la Morteau au ComtĂ© (quand j’ai dĂ©couvert ça, j’ai failli devenir croyant)). Je me rendis chez un charcutier traditionnel du lieu, un certain monsieur Leclerc, lequel vendait Ă©galement, c’est cocasse, des billets de concerts.
Et c’est lĂ  que je rĂ©alisai que, contrairement Ă  tant d’autres en ce mordorĂ© septembre, Roch Voisine n’Ă©tait pas mort, mĂŞme si certaines mauvaises langues prĂ©tendront qu’artistiquement parlant, se produire Ă  MontbĂ©liard y ressemble beaucoup.
Roch Voisine qui lui aussi s’Ă©tait fait connaĂ®tre en se penchant sur cette pĂ©riode vaporeuse oĂą l’Ă©tĂ© s’achève avec une chanson qui en dĂ©range certains, mais je n’ai pas peur :

Roch Voisine – HĂ©lène

Seul sur le sable les yeux dans l’eau

Ce qui est une position pour le moins inconfortable, surtout à marée montante.

Mon rĂŞve Ă©tait trop beau
L’Ă©tĂ© qui s’achève tu partiras

C’est l’histoire d’un amour de vacances, d’une histoire sans lendemain, mais Ă  laquelle on repense les yeux plein de chagrin.

A cent mille lieues de moi

LĂ  je m’excuse, mais il va falloir ĂŞtre un peu technique. Vous n’ĂŞtes pas sans savoir que Roch Voisine est quĂ©bĂ©cois. On peut donc dĂ©duire qu’il parle de la lieue nord-amĂ©ricaine, soit 4,828032 kilomètres, et non de la lieue postale ou de la lieue marine, ni des bâtonnets de lieu du Cap’tain Igloo.
100 000 lieues Ă©quivalent donc Ă  482 803,2 kilomètres, soit 12 fois le tour de la terre et environ 2800 kilomètres, si vous me permettez d’arrondir, ce qui fait quand mĂŞme pas mal. Si l’on admet que la plage dont on parle est situĂ©e au QuĂ©bec, car oui, il y a des plages au QuĂ©bec, 2800 kilomètres ça fait soit plein d’endroits qu’on ne connaĂ®t pas aux Etats-Unis, soit quelque part Ă  Cuba, nous dit cet outil de calcul de distance (qu’est-ce que tu crois, y a de la recherche, dans mes posts). Alors de lĂ  Ă  se demander ce qu’elle peut bien venir foutre Ă  la plage dans un pays qui n’est pas un pays mais l’hiver, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas parce qu’on risque de commencer Ă  s’Ă©garer.

Comment oublier ton sourire
Et tellement de souvenirs

Là, la réponse est assez simple, oublier un souvenir, par définition, on ne peut pas.

Nos jeux dans les vagues près du quai

Car ce n’est pas parce qu’on batifole fougueusement avec une accorte touriste qu’il faut oublier les règles Ă©lĂ©mentaires de sĂ©curitĂ©. C’est un bien bel exemple que nous donne Roch Voisine.

Je n’ai vu le temps passer

Oui, lĂ , je n’ai pas grand chose Ă  ajouter, c’est sĂ»r que s’il s’Ă©tait ennuyĂ© comme un rat mort, il n’en aurait peut-ĂŞtre pas fait une chanson.

L’amour sur la plage dĂ©sertĂ©e

LĂ  encore, bel exemple de civisme. Si vous aussi, chez vous, vous tenez absolument Ă  faire l’amour sur la plage, attendez que les gens soient partis. Il y a tellement de monde en gĂ©nĂ©ral qu’on risque de se rouler par mĂ©garde sur le linge de bain d’un voisin. Et, dans ces moments-lĂ , se retrouver nez Ă  nez avec des dauphins qui s’Ă©brouent devant un coucher de soleil ou des chatons espiègles sous un parasol Ricard peut avoir des consĂ©quences psychologiques irrĂ©versibles.

Nos corps brûlés enlacés

Par contre, là, on ne le répète jamais assez, protégez-vous, mettez de la crème solaire, sinon on meurt.

Comment t’aimer si tu t’en vas
Dans ton pays loin lĂ -bas babababa

Skype, msn, voire twitter, mais c’est sĂ»r que ça enlève assez vite le cĂ´tĂ© roulades sur la plage de la relation.

Hélène things you do make me crazy about you

Comme il est très énervé, limite nervous breakdown, il se met soudain à parler anglais sans crier station. Pour les non-anglophones, il dit Hélène les choses que tu fais me rendent fou de toi, ce qui est joli.

Pourquoi tu pars reste ici j’ai tant besoin d’une amie

Elle part parce que l’Ă©tĂ© s’achève, tu l’as dit au dĂ©but de la chanson. En plus, vu la nature de vos jeux de plage, lier une relation d’amitiĂ© va s’avĂ©rer des plus dĂ©licats.

Hélène things you do make me crazy about you
Pourquoi tu pars si loin de moi
LĂ  oĂą le vent te porte loin de mon coeur qui bat

Alors moi je dis ça je dis rien, mais lui, s’il y mettait un peu de bonne volontĂ©, il pourrait se faire engager comme gardien de hockey au CP La Havane et il serait plus si loin d’elle.

Hélène things you do make me crazy about you
Pourquoi tu pars reste ici reste encore juste une nuit

Et lĂ  tout s’explique, il veut lui faire rater l’avion juste pour une ou douze galipettes de plus. De lĂ  Ă  dire ahlala c’est bien les mecs, il n’y a qu’un pas que je ne me refuse Ă  franchir que par solidaritĂ© masculine.

Seul sur le sable les yeux dans l’eau
Mon rĂŞve Ă©tait trop beau
L’Ă©tĂ© qui s’achève tu partiras
A cent mille lieues de moi
Comment t’aimer si tu t’en vas
Dans ton pays loin lĂ -bas
Dans ton pays loin lĂ -bas
Dans ton pays loin de moi

Et lĂ , j’aimerais citer le philosophe qui disait “La distance est Ă  l’amour ce que le vent est au feu: Elle Ă©teint le petit. Elle attise le grand.” Le mĂŞme philosophe qui d’ailleurs disait”Je n’aime que deux choses, la rose pour un jour et toi pour toujours”, voire “J’aimerais ĂŞtre une larme pour naĂ®tre dans tes yeux et mourir dans un vieux mouchoir sale.”


:\'(:-/:-):-D\\o/ (24 votes, moyenne: 4.58)
Pondu par raph le Thursday 17 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Etreintes délétères

Il ne pouvait s’empĂŞcher d’ĂŞtre un peu nerveux et la clope qu’il venait d’Ă©craser, après trois bouffĂ©es Ă  peine, tĂ©moignait de cet Ă©tat. C’Ă©tait pourtant idiot, il s’en rendait bien compte. Tous les jours, des gens font ça, recroiser des amis d’enfance, se remĂ©morer de très vieux souvenirs, s’amuser ou s’effrayer de la manière dont leurs copains d’avant ont Ă©voluĂ©. Pas de quoi se paniquer. Mais ils avaient tant vĂ©cu ensemble.

Il s’Ă©tait imaginĂ© ces retrouvailles bien des fois. Bien sĂ»r, c’Ă©tait surtout elle qu’il se rĂ©jouissait de voir. Bien sĂ»r, c’Ă©tait surtout elle qu’il apprĂ©hendait de voir. Elle, son premier amour, une histoire de gosses… dans les films amĂ©ricains, ils se reverraient, il y aurait des violons et voilĂ . Mais les films amĂ©ricains, il y avait longtemps qu’il n’y croyait plus. Depuis le jour oĂą il s’Ă©tait avouĂ© que sa tentative de conquĂ©rir Hollywood avait Ă©chouĂ© et qu’il Ă©tait rentrĂ©, la mort dans l’âme et quelques rĂ´les anecdotiques sur sa fiche imdb.

C’est dans l’avion qu’il avait eu l’idĂ©e de cette soirĂ©e, de ce rendez-vous dans vingt-cinq ans. Envie d’une bouffĂ©e d’enfance pour oublier. Envie de revoir ses vieux potes, Dipsy, qui travaillait aujourd’hui dans la mode et Po, devenue trompettiste. Et Laa-Laa, qu’il n’avait pas eue au tĂ©lĂ©phone, mais il Ă©tait sĂ»r qu’ils auraient tant de choses Ă  se raconter.

Il arrive, lentement, avec cinq minutes d’avance. Les deux autres sont en retard. Il s’approche, timidement.
– Laa-Laa… tu n’as pas changĂ©.
– Eh ho ! Laa-Laa n’a pas changĂ© ! Laa-Laa n’a pas changĂ© ! Oooooh Tinky Winky a beaucoup changĂ© ! Tinky Winky a beaucoup changĂ© !
– Ah merde… tu n’as VRAIMENT pas changĂ© ?


:\'(:-/:-):-D\\o/ (17 votes, moyenne: 4.24)
Pondu par raph le Tuesday 15 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Les chutes, quand il n’y en a qu’une, ça va, c’est quand il n’y en a pas que ça pose problème

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs bonsoir et bienvenue Ă  ces septièmes championnats du monde de mauvaise foi, des championnats du monde que nous nous rĂ©jouissons particulièrement de commenter ce soir, puisque la France part archi-favorite et pourrait mĂŞme rĂ©aliser un doublĂ© historique. Attention toutefois au candidat suisse, redoutable mĂŞme s’il semble un peu Ă©moussĂ© après une saison oĂą il s’est beaucoup dĂ©pensĂ©…

Nous sommes, il faut le dire, un peu déçus du niveau technique de ce dĂ©but de compĂ©tition, qui intervient peut-ĂŞtre trop tard dans la saison. Nous avons ainsi eu le droit Ă  un “Mon chien a mangĂ© ma feuille”, Ă  un “C’est pas moi, je vous jure, j’Ă©tais en train de retendre mon piano”, certes bien exĂ©cutĂ© mais un peu lĂ©ger Ă  ce stade de la compĂ©tition. Le candidat amĂ©ricain a mĂŞme Ă©tĂ© disqualifiĂ© pour un “C’est la faute au 11 septembre”, qu’il avait dĂ©jĂ  tentĂ© l’an dernier, celui d’avant et toutes les annĂ©es depuis 2001.
Rappelons tout de mĂŞme que les championnats du monde de mauvaise foi sont les seuls oĂą l’on n’invite que les plus mal placĂ©s Ă  la confĂ©rence de presse et peut-ĂŞtre certains ont-ils volontairement visĂ© le bas du classement pour pouvoir profiter d’un apĂ©ro gratuit. Pour reprendre les paroles du concurrent moldave, en tĂŞte avant le passage des favoris, “c’est la faute Ă  la crise”.

Attention, voici le concurrent suisse. Va-t-il tenter la triple pirouette bancaire, toujours apprĂ©ciĂ©e du jury, mais très difficile Ă  rĂ©aliser ? Va-t-il se risquer Ă  la double-vrille libyenne ? … c’est fou ! C’est incroyable, c’est le tournant de cette compĂ©tition, il se lance dans un “Je ne suis pas candidat, sauf si mon parti me demande de l’ĂŞtre”. C’est peut ĂŞtre efficace au niveau national, mais bien faible pour une compĂ©tition de cette envergure, la tactique du sacrifice inversĂ© a fait le bonheur des helvètes pendant des annĂ©es, mais on attendait plus d’originalitĂ© de ce concurren… Quelle dĂ©ception pour nos amis suisses, mais quelle bonne nouvelle pour nous, voilĂ  qui laisse la voie grande ouverte aux deux français, le tenant du titre, immense favori pour conserver son trophĂ©e gagnĂ©, faut-il le rappeler, avec son “Estelle, veux-tu m’Ă©pouser ?” encore dans toutes les mĂ©moires, et le non moins redoutable challenger, rĂ©cent champion de France, dont la technique dite de la potĂ©e auvergnate est redoutable.

Mais tout de suite, une page de publicité.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (23 votes, moyenne: 4.87)
Pondu par raph le Monday 14 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Paroles, paroles, paroles

Quand un nouveau truc est inventĂ©, il y a d’abord une phase oĂą personne ne sait trop Ă  quoi ça sert, avant qu’il devienne indispensable ou sombre dĂ©finitivement dans l’oubli non loin de la cassette digitale et du fil Ă  couper les corn-flakes.

Par exemple, quand Jean-Louis Aubert a inventĂ© le tĂ©lĂ©phone : au dĂ©but, il Ă©tait seul dans l’annuaire et songeait sĂ©rieusement Ă  rĂ©silier son abonnement. Puis quelques personnes suivirent son exemple, malgrĂ© le regard suspicieux des sceptiques qui leur disaient “ah mais vous ĂŞtes encore Ă  causer de tĂ©lĂ©phone, lĂ  ? Moi je pourrais pas, je prĂ©fère parler aux gens dans la vraie vie, en plus il paraĂ®t que ça peut donner des maladies de l’oreille.” Puis de plus en plus de monde s’y mit, Ă  tel point que le pauvre Graham Bell se suicida juste après avoir envoyĂ© “kif” par sms au 8 22 22 (cette anecdote est toutefois peu connue).

Autre exemple, l’invention de la parole par Grahumgruhr en deux flopĂ©es et demi avant JC. Au dĂ©but, il fut confrontĂ© au scepticisme ambiant qui a de tout temps accompagnĂ© les avancĂ©es scientifiques :

– HĂ© les mecs, je viens d’inventer un truc gĂ©nial, la parole, ça va complètement rĂ©volutionner notre façon de communiquer !
– Grunt ?
– Pardon, pardon, je vais un peu vite en besogne. C’est tout moi, ça, je m’emballe, je m’emballe… Bon, commençons par un exemple pratique… Ça, viande. Ça, manger. Ça… ça, attends un peu que j’aie inventĂ© le concept de religion et tu pourras plus le faire en pleine caverne aux heures des repas, dĂ©goutant !
– Grunt…
– Non mais ça a l’air compliquĂ© comme ça mais vous verrez, la prise en main est simple et après c’est super.
– Graou
– Oui alors je sais, j’avais dĂ©jĂ  inventĂ© un système de communication rĂ©volutionnaire basĂ© sur le jonglage, ça n’a pas marchĂ©, soit, je persiste Ă  dire que c’Ă©tait intĂ©ressant, mais ce système-lĂ , vous allez voir, c’est gĂ©nial.

Puis de plus de plus de gens s’y mirent, dĂ©veloppèrent ensemble ce terrain oĂą tout Ă©tait encore tellement Ă  explorer qu’on pouvait faire une faute d’accord sans que personne ne se sente personnellement insultĂ©.

– Oh les mecs, je viens d’avoir une idĂ©e.
– Une quoi ?
– Ah oui, c’est un mot que je viens d’inventer pour dĂ©signer un truc qui existe pas mais qu’on pense que ça pourrait ĂŞtre bien…
– Mais ça se mange ?
– Ah ben non…
– Bon c’est nul, on oublie.

Et très vite, tout le monde s’y mit:

– Alors lĂ , selon une Ă©tude, il paraĂ®t que 75% des paroles Ă©changĂ©es servent Ă  dire des banalitĂ©s.
– Ah tiens ?
– Oui et seuls 25% concernent des choses importantes comme la bouffe, la mĂ©tĂ©o et tripoter des filles
– C’est peu.
– Certes, mais plutĂ´t que banalitĂ©, je prĂ©fère utiliser le terme de “personal branding”, car les interactions sociales permettent de se situer quant au paradigme ascensionnel, comme le souligne la thĂ©orie communicationnelle de Grughrur.
– Grunt ?


:\'(:-/:-):-D\\o/ (17 votes, moyenne: 4.59)
Pondu par raph le Friday 11 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.

Peur sur Philippe Lavil

En cette pĂ©riode de rentrĂ©e, c’est un peu la dĂ©bâcle. La crise devait nous condamner Ă  manger les cadavres des milliards de gens morts de la grippe cochonne. Or, des sources aussi fiables que le Matin nous informent que la première est en train de s’essouffler comme le premier footballeur suisse venu, tandis que la seconde semble n’ĂŞtre qu’un gros rhume. Pas de quoi fouetter un canard.

Oui mais voilĂ : de tous temps, l’homme a toujours trouvĂ© de bonnes raisons d’avoir peur, le noir, l’orage, les araignĂ©es, les serpents, l’an mil, le communisme, le nouvel album de GĂ©rald de Palmas. Et autant celui dont la phobie est rare, qu’il ait peur des chauves, de la crème brĂ»lĂ©e ou des maracas, se sent isolĂ© et un peu ridicule, autant rien de tel qu’une bonne hystĂ©rie collective pour relancer l’Ă©conomie et parler d’autre chose que de mĂ©tĂ©o avec son voisin de train. S’il ne faut plus ĂŞtre effrayĂ© ni par la grippe ni de la crise A(H1N1), de quoi peut-on bien peur en cette fin d’annĂ©e 2009 ?

10
Des Irlandais. Cette information est passĂ©e inaperçue, preuve que les mĂ©dias tentent une fois de plus de nous cacher la vĂ©ritĂ©, mais les Irlandais ont enregistrĂ© l’an dernier une forte hausse de la natalitĂ©. Selon un rapide calcul basĂ© sur les mĂ©thodes mathĂ©matiques de l’UDC, d’ici Ă  15-20 ans, 97% de la population europĂ©enne devrait ĂŞtre irlandaise, boire de la bière, jouer au rugby et parler une langue bizarre avec les cheveux roux et, pire encore, s’appeler Patrick.

9
Des JamaĂŻcains. Selon la mĂŞme mĂ©thode de calcul, Usain Bolt et Asafa Powell devraient passer sous les 9 secondes sur 100 mètres avant la fin de l’annĂ©e, sous les 7 secondes avant les JO de 2012 et, d’ici Ă  ceux de 2016, ils devraient ĂŞtre en mesure de dĂ©passer la vitesse de la lumière et donc de remonter dans le temps. Pas besoin de vous expliquer Ă  quel point ceci est dangereux.

8
Des vidéos de chaton sur internet, manifestement placées là pour détourner notre attention des complots qui se trament en douce.

7
Des chevaux. Après l’encĂ©phalite spongiforme bovine, la grippe aviaire et la grippe porcine, tout semble indiquer qu’ils prĂ©parent le coup de grâce.

6
De Laurent Romejko. Ce mec qui n’a pas changĂ© de tĂŞte depuis 132 ans et qui prĂ©sente Des Chiffres et des Lettres et la mĂ©tĂ©o avec le sourire mijote forcĂ©ment quelque chose.

5
De la rentrée littéraire. Savoir que Beigbeder a écrit un nouveau livre, ça me colle des frissons.

4
Des titres de films français, probablement placĂ©s lĂ  pour faire passer un message mystĂ©rieux Ă  une puissance extra-terrestre en observation qui n’attend que “Les clĂ©s sont sur la commode du salon” pour lancer son offensive finale.

3
Des jeunes, qui vont forcément devenir vieux plus tard et forcer le monde entier à écrire en sms et à se taguer sur facebook.

2
Des vaches.

1
Des top 10. Il y en a partout, dans les magazines, sur les blogs, et le prochain passage Ă  l’an 2010 ne va faire qu’augmenter cette tendance. Si l’on n’y prend garde, ils seront bientĂ´t partout et ce sera terrible. Et en plus, y a toujours un moment oĂą tu galères pour finir.


:\'(:-/:-):-D\\o/ (34 votes, moyenne: 4.76)
Pondu par raph le Wednesday 2 September 2009 oui je sais la date est en anglais, c'est parce que je suis trop hype dans ma tęte.
Les textes ne sont pas libres de droits. - Trifouillé avec Wordpress. La banničre est de Luria